Anciens Brainois

De Wiki - Braine-l'Alleud .

Version du 25 octobre 2016 à 16:09 par Germain (Discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Sommaire

Anciens Brainois

A

Adriaens Thomas : né à Braine-l'Alleud (Ménil) le 1er décembre 1791 et décédé à Waterloo (rue Coleau) le 8 mai 1878, fils d'Henri Adriaens et de Catherine Dubois. Epoux de Caroline Delval (native des Hauts-Tiennes). Maçon de profession, il travaille notamment pour Henri Vandercam (principal entrepreneur en construction de la période Hollandaise). Conscrit en mai 1811, enrôlé dans le 112ème de ligne,sert en Toscane (Italie) puis participe à la campagne napoléonienne en Allemagne (combats de Lützen et Bautsen)et rentre en Belgique début 1814. Disparu lors des Cent-Jours (impossible de retrouver son matricule aux archives hollandaises et bruxelloises). La paix venue, il se marie après la terrible disette de 1816 (récoltes largement insuffisantes) en octobre 1817. Son foyer était dans le parc actuel du Collège Cardinal Mercier (la maison a été rasée en 1855 suite à un accord avec les Boucqueau de Neuve-Cour (Lillois)). Il est père de 8 enfants dont 5 nés avant 1830. En septembre 1830, il se rallie sans hésitation à la troupe des volontaires brainois qui monte aux barricades à Bruxelles. Il emmène deux proches parents avec lui (Jean-Baptiste Matheys dit " Tich du blanc bois" et Jean-Baptiste Arnould dit : "colporteur" (pour le distinguer de son père homonyme dit : "blanchisseur"). Il revient fin novembre 1830, après les premiers combats de l'indépendance. A partir de juillet 1855 il achète la maison face à la Chapelle Notre-Dame des Fièvres (Ménil), anciennement appelée " le cabaret du plat de patates " et y tient à son tour cabaret jusqu'aux environs de 1873.Décoré de la médaille de Sainte-Hélène en 1858, comme tant d'autres anciens conscrits du premier Empire. Il part résider chez sa fille Pétronille Ghislaine épouse de Florentin Nicaise (entrepreneur de pavages)début 1877.

Adriaens Jean-Baptiste : né à Braine-l'Alleud (Ménil) le 26 mai 1831 et y décédé le 26 juin 1916. Surnommé : " Djean d'Thomas " maçon et cultivateur. Conscrit en 1851, il fait deux années de service militaire. Ce qui lui vaut de faire partie de la société des anciens militaires sous Léopold 1er fondée à Braine-l'Alleud en 1896. Vers 1890, il se consacre à l'agriculture avec ses quatre enfants.Son fils Eugène, comme le plus jeune, François, reprennent les biens paternels et cultivent à leur tour.Sa ferme fut incendiée en mai 1888 et reconstruite quelques mois après. C'est Charles Boucqueau qui hébergera Jean-Baptiste, sa femme Angélique Glibert (née au Roussart sous Waterloo)et leur fils aîné Eugène, les autres enfants résideront chez les cousins. En 1915, son fils François est arrêté par les Allemands et cette courte arrestation (une erreur de personne) aura raison de la santé du patriarche.

Adrians Eugène (Pierre Joseph) : né à Braine-l'Alleud (Ménil) le 23 février 1874 et y décédé le 25 avril 1965. Surnommé " Eugène Djean d'Thomas ". Paveur puis agriculteur, il reprend à 25 ans la ferme dite de la Maloue (partie montante vers Waterloo de la rue Légère Eau après le carrefour avec la Rue Baty Gigot) où il passera toute sa vie. Epoux d'Elisa Lefevre (native de Merbraine) dont il aura 7 enfants. Veuf en 1923. L'orthographe du nom de famille reprise n'est pas erronée ! L'absence du " e " provient d'une variation entre l'acte de naissance de son père en 1831 (pas de "e") et celui de son décès !

Allard Alphonse: né à Lasne en 1857 et décédé à Braine-l'Alleud, le 24 septembre 1923. Instituteur. Conseiller communal de 1895 à 1921. Conseiller provincial. Député socialiste de 1900 à sa mort en 1923. Il a fondé la Maison du Peuple de Braine. L' Avenue Alphonse Allard porte son nom.Fondateur du socialisme à Braine-l'Alleud et les communes environnantes. Jeune instituteur, c'est en se rendant certains dimanches après-midi à la ferme de la Papelotte, alors exploitée par les frères Mathieu, qu'il rencontra, écouta et fut convaincu par Hector Denis, apôtre de la cause ouvrière. Il se décida alors de faire connaître la voix de l'espoir par une lutte en faveur du suffrage universel, pour l'instruction des démunis, afin de vaincre le fatalisme de la pauvreté et de la déchéance alcoolique, en unissant les humbles autour d'une volonté de militer pour une amélioration globale de la vie matérielle des ouvriers. La section locale du Parti Ouvrier fut créée par lui et ses proches entre 1887 et 1893, qui sont les deux dates à retenir. Il vécut en apôtre, célibataire, désintéressé, ne profita pas de son mandat de député de l'Arrondissement de Nivelles pour s'enrichir, et termina ses jours dans la plus grande simplicité, hébergé avenue Alphonse Allard 22 (actuel) chez Ernest Gerrebos (ancien employé de la gare de Braine) et Juliette Schepers. Il était resté ami avec les libéraux progressistes de Braine, ceux-ci comprenaient la valeur et la sincérité des opinions d'Alphonse Allard. Il faut aussi membre de l'Harmonie de Braine-l'Alleud. In Mémoriam Ph.B. Voir article à son propos dans Brania 2007/2.

Allard Blanche: née à Ohain le 8 janvier 1892 et décédée le 10 juin 1975. Soeur de Allard Suzanne et André.

Allard Charles-Justinien: né à Braine-l'Alleud le 9 mars 1861 et y décédé le 7 mars 1927. Fils de Justinien Allard et d'Odile Minne, il est né dans la maison familiale de la Grand-Place (à gauche de l'Hôtel de Ville en regardant depuis la place)et part habiter quelques années à Bruxelles, après son mariage avec Laure Vanham et où naissent ses deux fils Jean-Marie et Valentin. Il revient à Braine-l'Alleud au début de 1901, date où il réside rue des Marolles (ancienne maison familiale des Vanham). Ensuite, il acquiert un large terrain situé au dessus de la rue Champ-Craya actuelle Joseph Gos où il fait construire sa résidence entourée quelques années après d'un beau parc,le château des Tilleuls, bâti en 1906. Ce château où Charles Allard vécut jusqu'à la fin de sa vie, devint plus tard le pensionnat de l'athénée royal,cédé par les descendants Allard. Charles Allard fut industriel, un des trois patrons de la société Allard-Minne, avec ses deux frères Henri et Louis. Ses deux fils, Jean et Valentin ainsi que son neveu Maurice assurèrent ensuite la direction après son décès.

Allard Jacques : né à Montignies-sur-Sambre le 17 octobre 1786 et décédé à Braine-l'Alleud le 17 juillet 1876 est l'ancêtre masculin de la maison de fabrication de tissus réputée et connue sous le nom d'Allard-Minne. Jacques Allard arrive à Braine-l'Alleud en 1811, comme ouvrier journalier. Il est recruté à la ferme du Houzart, rue Jean Volders actuelle, chez Jean-Baptiste Jacqmin. A cette époque, il est déjà orphelin et a migré en quête de travail. Il séduit et épouse une des filles du Houzart, Marie Joseph Jacqmin, avec le consentement de son patron. Les noces se déroulent le 15 juillet 1811. Ami de son beau-père,ce dernier lui confie un âne et fait les tournées de colporteur en marchandises diverses. Rapidement, il se spécialise dans les cotonnelles, les articles textiles. L'âne est remplacé rapidement par un cheval.A la fin de la période hollandaise, il est alors employeur et négociant d'articles divers en coton. Il s'installe à la rue du Môle où naissent ses 6 enfants. Parmi ceux-ci on notera surtout Justinien (ci-dessous)qui créera au milieu du siècle la maison de textile Allard-Minne. Jacques Allard était le fils de Barthélémi Allard et de Marguerite Bastin, tous deux de Montignies-sur-Sambre. Il est décédé le 17 juillet 1876, âgé de 89 ans, rue du Môle n° 32. Son inhumation a lieu dans le cimetière du centre, rue Pierre Flamand actuelle, le 19 juillet 1876.

Allard Jules-Alfred: né à Braine-l'Alleud le 16 janvier 1858 et y décédé le 31 décembre 1932. Fils de Prosper Allard et de Anne Catherine Vanhove. Imprimeur et éditeur responsable du journal local "Le Courrier Brainois" organe au départ neutre (à sa fondation en 1877) ensuite porte-parole des libéraux brainois (en pleine période de "guerre scolaire" c'est à dire en 1880 - 1884), journal qui a paru une dizaine d'années. Son imprimerie est tout d'abord située rue du môle, numéros 6 et 8, et ensuite à partir de juillet 1881, rue du chemin de fer (actuelle rue des croix de feu) date à laquelle il dote son installation de la force motrice de la vapeur. Son journal faisait dès l'origine la part belle aux innovations technologiques et se voulait tourné vers l'avenir. Plus tard, il fit une partie de ses affaires dans la production de ciments colorés. Il vécut en célibataire, avec ses deux soeurs Elise et Charlotte. Il a édité, en autres, une édition en fac-similé du Journal des Pays-Bas pour l'année 1815, en 1890. Il est décédé rue du chemin de fer n°27, où il résidait depuis 51 ans.


Allard Justinien : né à Braine-l'Alleud le 26 novembre 1822 et y décédé le 11 mars 1912. Fils de Jacques Allard et de Marie Jacqmin. Il épouse Odile Minne le 18 septembre 1849 avec laquelle il a 8 enfants. Fils d'un simple colporteur de cotonelles, devenu par après négociant sédentaire, Justinien Allard acquiert en 1855 (le jour du réveillon de Noël !) la grande maison Fortemps sise Grand-Place n°4. Il y installe à l'arrière de sa maison, dans des annexes aujourd'hui démolies et donnant sur la rue des jambes, une teinturerie de toiles de coton qu'il transfère à la Goette en 1867. En 1883, il fait construire un grand tissage à vapeur. Cette usine s'étendra vers le haut après 1900. La maison de textiles Allard-Minne est ensuite transmise à la seconde génération, celle de ses fils,Henri, Louis et Charles.Fort de sa réussite sociale, à l'écart de la vie publique, Justinien Allard vivra sans s'impliquer dans la politique locale, malgré son poids social. Exception que brisent les deux générations suivantes. Sa fille Juliette épousera le sculpteur Desenfans. Il fit construire la magnifique serre de l'arrière de sa propriété par l'architecte Alphonse Balat (palais des Beaux-Arts de Bruxelles et serres Royales de Laeken).

Annendyck Clara : né à Braine-l'Alleud le 6 janvier 1911 et y décédée le 7 février 2011, à l'âge de 100 ans. Epouse de Lurquin François. A résidé au home du "Rossignol".

Arcq Lambert né à Glabais (ferme des Courtes-Bottes) le 2 décembre 1767 et décédé à Braine-l'Alleud le 23 décembre 1847. Epoux de Marie-Catherine Gossieaux (native de Waterloo le 27 septembre 1774 et décédée à Braine-l'Alleud le 2 avril 1857) dont il aura six enfants, Lambert (1803), Albert (1806), Catherine (1811) Elisabeth (1813), Marie Ursule (1816), Maurice (1820), qui furent autant de cultivateurs ! Installés en 1814 rue Pergère dans la ferme dite autrefois Lambotte, les " Courtes Bottes " y resteront jusqu'en 1894, les deux derniers enfants survivants achevant ainsi huit décennies d'agriculture en ce lieu. Le père Lambert faisait aussi le transport de charbons depuis les puits de la région de Charleroi jusqu'en notre commune (patentes datant de la période 1825-30).

Arcq Léon : né à Ophain le 10 novembre 1893 et tué à Dixmude le 29 septembre 1918. Fils de Arcq Léopold et de Renotte Célestine. Soldat au 9ème Régiment de Ligne. Inhumé au cimetière militaire de Caesberke, exhumé le 18 mars 1922. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

Arnould Emile : né à Braine-l'Alleud, Ménil, le 16 janvier 1849 et y décédé le 4 avril 1925, fils de Pierre Arnould et de Marie-Thérèse Adriaens. Epoux de Marie Kaivez (née à Meysse le 1er novembre 1844 et décédée à Braine l'Alleud le 22 juin 1925). Surnommé " el crolé du mainy " (à ne pas confondre avec le " crolé minique " de la Planche aux Pêcheurs " dont le nom de famille était Gossiaux), ouvrier maçon (avec son oncle J.Bte Adrians), propriétaire de la maison rue du ménil 153 (abattue pour l'élargissement de la rue en juillet 1983).

Arnould Jean-Baptiste : né à Braine-l'Alleud, Roussart (actuellement sous Waterloo) le 9 novembre 1779 et décédé au Ménil (Braine-l'Alleud) le 21 octobre 1850. Epoux d'Elisabeth Adriaens. Après son veuvage en 1818, il épouse en secondes noces Marie Engels. Surnommé : " le blanchisseur ". Journalier au Roussart et ensuite, par reprise de l'activité de la famille de son épouse, avec le rachat de la maison et le terrain d'héritage, devient blanchisseur de toiles de lin. Activité qui connut une certaine ampleur entre 1780 et 1840. (voir aussi Adriaens Pierre, Albert Veny, Humbert Veny, Jean-Baptiste Matheys qui furent avec Louis Adrians à l'Estrée les blanchisseurs de toiles de lin de cette époque). Eut de son mariage sept enfants survivants ayant fondé famille !

Arnould Jean-Baptiste : né au ménil sous Braine-l'Alleud le 30 novembre 1805, fils de Jean-Baptiste Arnould et d'Elisabeth Adriaens, surnommé : " le colporteur ". Marchand itinérant d'articles textiles, il établit son foyer au chenois sous Braine, à la limite de Rhode-Saint-Genèse.

Arnould Pierre : né au ménil le 20 avril 1808 et y décédé le 20 octobre 1878, fils de Jean-Baptiste Arnould et d'Elisabeth Adriaens. Il épouse le 13 septembre 1840 sa cousine Marie-Thérèse Adriaens fille de Thomas Adriaens et Caroline Delval (née et décédée au ménil les 18 octobre 1808 et 31 mars 1879). Ouvrier paveur, propriétaire d'une maison (numéro 57 pour la période 1870-90) située sentier du ménil (abattue en 1899).

B

Balduwyns Pauline (Soeur Marie-Gertrude): décédée au couvent des Soeurs de Marie de Braine-l'Alleud le 8 mai 1884 dans la 46ème année de son âge. Elle était religieuse depuis 1864.

Barbier Louis : né à Beauraing le 11 juillet 1862 et décédé à Braine-l'Alleud le 30 novembre 1929. Epoux de Hazard Joséphine. Percepteur principal des postes honoraire. S'installe à Braine le 4 octobre 1921 succédant à Léopold Moureau comme percepteur.

Barbier Louis.










Barbieux Robert (dit "Antoine") : né à Macon, le 2 février 1936 et décédé à Anderlecht le jeudi 6 février 1997. Epoux de Ooghe Francine. Père de Barbieux Marie-France, Philippe, Dominique et Jean-Pierre. Sa vie aura été marquée par une succession d'événements difficiles. Ainsi, quand en 1940, son père est fusillé par les Allemands, c'est lui qui devra travailler pour assurer la subsistance de sa famille comme nombre d'enfants de l'époque. Il travaillera en été dans les champs et en hiver dans les bois. Puis à 14 ans dans une verrerie, et c'est en 1955 qu'il commence le travail dans la mine du Bois du Cazier. Le 8 août 1956 surgit le drame : Robert et d'autres mineurs tentent de fuir l'incendie de la mine en prenant une cage censée les sortir du piège. Comme elle ne démarre pas, son meilleur ami descend pour actionner la manette de commande. La cage remonte sans l'ami, sans les centaines d'autres mineurs. Les six hommes qui l'ont empruntée sont sauvés. Et puis c'est l'hécatombe : 262 disparus, 13 survivants. Robert quittera la mine peu après, marqué à jamais par cette tragédie. A habité Rue Vallée Bailly. Voir l'article du Soir du 11 février 1997.Voir le reportage de TV Com du mardi 25 octobre 2016.

Baveye Joseph : né le 5 mars 1926 et décédé le 29 janvier 2006. Epoux de André Gisèle. A habiré Rue du Charron,127.

Bellemans Catherine : née à Alsemberg le 27 août 1919 et décédé à Braine-l'Alleud le 28 février 2011. Epouse de Allard J. Maman de Allard Marie-Paule et Albert.

Berger Lubin: né à Plancenoit le 31 décembre 1846 et décédé à Braine-l'Alleud le 5 juin 1898 sur la Grand-Place (n°15). Epoux de Cécile Delpierre aussi native de Plancenoit, il s'installe au coin de la rue et de la place Sainte-Anne (nos 36 et 36 bis) le 20 janvier 1871. Avec l'aide financière de son père Sylvain, il reprend le fonds commercial et le matériel de l'imprimerie de Pierre Benoit Harcq, premier imprimeur de notre commune. Second imprimeur, il sera aussi photographe, éditeur et fondera le premier journal hebdomadaire local qui eut une durée de plusieurs années. Il s'agit de " l'Echo du Hain " dont la sortie de presse coïncide avec le mise en fonction de la ligne de chemin de fer Bruxelles - Charleroi (avril 1874). Il édita aussi l'hebdomadaire " les Petites Affiches " dans les années 1880, puis " Le Lion " dont la date de fondation était rapportée à celle de l'Echo du Hain. De son épouse il eut 5 enfants dont René, Fernand et Camille et parmi ceux-ci deux photographes.Il transféra son domicile en avril 1888 sur la Grand-Place au coin de la rue Doyen Van Belle actuelle.

Bernard Nelly : née le dimanche 1 février 1920 à Braine-l'Alleud et y décédée le mercredi 7 juillet 2010 à l'âge de 90 ans. Epouse de Bréard Pierre.

Bertoux Marguerite : née à Wauthier-Braine le 19 octobre 1920 et décédée à Braine-l'Alleud le 30 novembre 2010. Epoux de Rousseau Armand.

Bilande Léon Joseph : né à Mont-Saint-André (prov.de Namur) le 28 mars 1887 et décédé à Jurbise le 15 février 1978. Fils de Louis Bilande et de Félicie Denil. Exploitant agricole Chaussée de Nivelles (ferme dite "Mathias" démolie en 1975 pour l'assiette du Ring), électricien. Président de l'association colombophile " Le Ramier " entre 1918 et 1968 et président de la Fédération belge des associations colombophiles jusqu'à cette date. Il finit ses jours en famille loin de Braine où il a vécu presque toute sa vie. Epoux de Marie Bernier ( " Mathias ")le 11 novembre 1911, il n'aura que son seul fils Louis (1912-1986) comme descendance.

Bilande Louis Joseph : né à Saint-Germain (prov.de Namur) le 21 juin 1861 et décédé à Braine-l'Alleud le 31 juillet 1937. Après avoir été Maréchal des Logis (régiment du Train) il devient gardien du Lion et s'installe au pied de la butte dans les années 1890.D'après les archives familiales (voir site de Michel Vandekerckhove sur généanet) il réside rue Colo-Hughes n°4 en 1893. Ensuite tour à tour marchand de bois puis hôtelier (Hôtel de la Paix) sur le site du Lion. Epouse à Saint-Germain Félicie Denil, il aura 7 enfants.

Bodenghien Alfred : né à Braine-l'Alleud, le 9 février 1855 et y décédé le 19 mars 1921.Fils aîné de Jean-Baptiste et de Victoire Michiels. Maréchal-ferrant.

Bodenghien Jean-Baptiste : né à Céroux-Mousty, le 10 décembre 1830 et décédé à Braine-l'Alleud, le 5 août 1898. Maréchal-ferrant, installe sa forge dans la rue des 3 Apôtres en 1858 et fonde alors une entreprise qui fonctionnera près d'un siècle au même endroit. Epoux de Victoire Michiels, ils auront 7 enfants dont 6 garçons et parmi eux 5 maréchaux-ferrant ! La rue des 3 Apôtres était aussi surnommée " rue des marchaux " à cause de leur incontournable présence, odorante et bruyante.

Bolle Viviane : née à Schaerbeek le 27 juin 1950 et décédée à Braine-l'Alleud le 22 mars 2011. Maman de Mercier Benoit et Nicolas. Grand-maman de Mercier Louise, Arthur, Raphaël et Justine.

Bolleire Georges : né à Berchem-Sainte-Agathe, le 24 février 1939 et décédé à Braine-l'Alleud, le 2 janvier 2010.Epoux de Wautier Eliane. Père de Bolleire Pascal et Patrick.

Boonen Christiane : née à Braine-l'Alleud le 17 juin 1922 et y décédée le 20 juin 1942. Présidente de la J.I.C.F.

Christiane Boonen.








Boonen Henri  : né à Bocholt le 12 juin 1892 et décédé à Braine-l'Alleud le 20 février 1964. Epoux de Marie Jans, père de Boonen Noël-Florent,Marie-Thérèse , Jacques et Franz. Pharmacien. Marguillier du Conseil de Fabrique de l'Eglise Saint-Etienne. Président d'Honneur de la Royale Harmonie "Le Cercle Musical". Président d'Honneur de la Mutuelle saint-François Xavier. Président d'Honneur de la "Paume Brainoise". Chevalier de l'Ordre de Léopold II. Croix civique de première classe.

Bosse Jean : né le mardi 2 décembre 1924 à Opprebais et décédé le lundi 30 avril 2012 à Braine-l'Alleud. Epoux de Janssens Betty. Papa de Bosse Jean-Claude, Jacqueline et Françoise. Lieutenant-colonel BEM. Président-fondateur de l'Association du Musée Brainois. A habité Avenue de l'Estrée,...

Botte Michel : né à Bois-Seigneur-Isaac le 13 février 1925 et fusillé par les Allemands à Maransart le 5 septembre 1944. Fils de Botte Georges et de Viseur Léonie. Membre de l'Armée Secrète pendant la guerre 40-45. La Rue Michel Botte porte son nom en son souvenir.

Boucqueau Achille Charles Florent Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 3 novembre 1866 et décédé à Nivelles le 29 avril 1931. Fils de Charles-Albert Boucqueau et de Flore Philippe. Propriétaire et rentier, né au château du Ménil, il épouse Berthe Delhaize (la nièce des fondateurs des grands magasins Delhaize Le Lion) le 26 avril 1898 à Saint-Josse-ten-Noode (commune natale de Berthe). Ils ont deux fils et une fille: Charles né le 19 mars 1899, Adolphe né (à Saint-Josse) le 19 mars 1900 (parrain : Adolphe Delhaize) et Ghislaine Simone Joséphine née le 14 janvier 1902. Achille Boucqueau avait diversifié ses avoirs immobiliers et investi aussi dans une industrie textile de Flandre Orientale. Il s'estimait trop imposé et avait introduit une réclamation auprès de l'administration communale de Braine-l'Alleud dans le courant de l'année 1904. N'ayant pas obtenu satisfaction, il quitta la commune et s'installa à Nivelles dans le courant de l'année 1906.Il y resta jusqu'à son décès, louant à différentes personnes sa propriété brainoise, notamment la partie des sources et les étangs au docteur Delpierre (eau minérale " La légère Eau") et la demeure à différents fermiers.


Boucqueau Charles-Albert Ghislain : né à Lillois-Witterzée le 5 mai 1840 et décédé à Bruxelles le 4 janvier 1893. Fils de Colin Boucqueau et de Florentine Dineur. Né dans la Ferme de la Neuve-Cour dont ses parents restent fermiers durant leur vie, Charles-Albert appartient au groupe familial des cultivateurs et propriétaires ancrés à Waterloo (ferme de Mont-Saint-Jean), Lillois, Nivelles et Genappe.Son père Colin Boucqueau rachète en 1852 la propriété des étangs de la Légère Eau à Prosper Gouttier avec quelques autres biens voisins. C'est ensuite sa veuve et ses fils qui s'y établissent. Charles-Albert y vivra seul à partir de son mariage avec Norbertine Cloquet en 1864. Ce bref mariage tourne à la tragédie, la jeune épouse décédant de la tuberculose la même année. Il se remarie avec Flore Philippe, native d'Arquennes (fille de cultivateurs)et c'est avec elle qu'il aura son seul enfant, Achille Boucqueau. Propriétaire à Braine-l'Alleud, il achète d'autres biens sur le territoire de la commune. En 1881, il se présente sur la liste libérale aux élections communales. Elu conseiller, il le reste jusqu'en 1890. Il est même, temporairement, échevin entre le 25 septembre 1886 et le début de 1888. Il est à la base de la création du Serment de l'Arc du Ménil en 1886.

Bourdon Emile François : né à Braine-l'Alleud (propriété Gouttier Bourdon) le 19 août 1869 et y décédé le 27 juillet 1929. Fils d'Henri Bourdon de Maria Glibert, fit ses études primaires sous la direction de Constant Schepers, puis poursuit des études moyennes à Bruxelles. Devient industriel en 1894, lors de la transformation de l'immeuble familial en deux parties, il fonde la teinturerie Bourdon qui réalise les apprêts des pièces des tissages voisins (Gérard, Jacobs, Cornil). Il est aussi volontiers chasseur, comme le sont les propriétaires de l'autre maison de campagne au Ménil, les Boucqueau. Après la première guerre mondiale et étant resté célibataire, il cesse toute activité professionnelle, vivant de son fonds. Sa succession ouvrira une grave crise familiale qui aboutira en 1955 à l'aliénation de la propriété en faveur de la Compagnie intercommunale bruxelloise des Eaux.

Bourdon Henri-Joseph : né à Brasménil (province de Hainaut, arrondissement de Tournai) le 26 mars 1844 et décédé à Braine-l'Alleud le 29 mai 1909. Vétérinaire de formation, Henri Bourdon est chargé d'un recensement du bétail dans notre commune en 1866.Deux ans plus tard (le 28 octobre 1868), il épouse Maria Zénaïs (Sylvie Pétronille) Glibert fille du brasseur Télésphore Glibert (6 rue du château)et de la soeur du Notaire Hilaire Gouttier, Zénaïs Gouttier. En entrant dans ce cercle familial bien enraciné chez nous, le jeune vétérinaire devient rapidement un notable local. Il achète à son beau-frère Hilaire Gouttier (héritier de Félix Gouttier décédé en 1868) la propriété de la petite filature situé le long de la Légère Eau au Ménil proche de l'actuelle rue Jean Volders et du Baty Gigot. Il agrandit ensuite ce patrimoine provenant des Gouttier et devient aussi bien courtier en assurances agricoles, fabricant d'engrais animaux, taxidermiste, une sorte d'écolo avant la lettre ! Il est également chargé de l'inspection vétérinaire à la fondation en 1892 de l'abattoir communal (chaussée d'Alsemberg).Dans le parc Bourdon actuel,des serres et des agrandissements surviennent avant 1900. Les cinq enfants du couple y grandissent. Voir aussi Emile Bourdon.

Boulanger Marie-Palmyre (Soeur Marie-Paula):,née à Corroy-le-Grand le 23 mars 1868 et décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 5 février 1895 dans la 27ème année de son âge et la 8ème de sa vie religieuse. Elle est la fille de Edmond Charles Eloi Boulanger natif de Limelette, à Braine-le-Château à la date du décès de sa fille, et de Victoire Romaine Lurquin, native de Corroy-le-Grand et habitant à Braine-le-Château.

Bourguignon Lambertine : née à Binche et décédée à Braine-l'Alleud, le 25 novembre 1883 à l'âge de 86 ans et 8 mois. Epouse de Grosse Emmanuel-André.

Bourgys Jean-François : né à Braine-l'Alleud le 12 mars 1817 et y décédé le 8 juin 1878. Fils de Jean-Joseph Bourgys et de Marie Cécile Delaby. Epoux de Marie Appolonie Herman. Tisserand et cultivateur à Paudure. L'orthographe du nom Bourgys a varié : Bourghys, Bourgheys, Bourgys. Ceci est dû, entre autre, au fait que les wallons de Braine-l'Alleud nommaient invariablement ces patronymes de " Bourgage " et rarement Bourgys. Il faut donc, en matière de généalogie, à chaque cas, vérifier la filiation pour être affirmatif à propos de telle ou telle personne d'un patronyme dont l'écriture fluctue.


Brassine Raymond : né à Braine-l'Alleud en 1909 et y décédé le 7 juillet 1967. Epoux de Hautfenne Georgette. Père de Brassinne Michel et Suzy. Entrepreneur de travaux publics dès la fin de la seconde guerre mondiale, il est la cheville ouvrière du rapprochement et du jumelage avec la municipalité d'Ouistreham-Riva Bella (Calvados-France). En 1959, il devient conseiller communal et en 1965, bourgmestre. Il décéda d'un cancer foudroyant. Il a eu le temps d'initier l'ébauche de ce que Braine-l'Alleud est devenu ensuite : une cité d'accueil pour les candidats résidants de plus en plus attirés par la campagne proche de la capitale et un nouveau réseau d'entreprises se développant suite à la crise et à la fermeture des usines textiles qui avaient fait la fortune de la bourgeoisie locale. ( Source: Philippe Buchelot dans "Aux urnes, citoyens : les élections communales et la vie politique locale à Braine-l'Alleud de 1830 à 2006" (Revue Brania - 2006/2007) ). Une avenue lui a été dédiée, l'Avenue Raymond Brassine

Bremacker Jean : né à Braine-l'Alleud le 19 septembre 1821 et y décédé le 12 mars 1894. La messe d'enterrement a eu lieu le jeudi 15 mars à 9 heures 1/4 du matin. Epoux de Clément Céline.

Bruneau Josette : née à Manage le 4 juin 1922 et décédée à Braine-l'Alleud, le 25 décembre 2011. Epouse de Foulard André. Maman de Foulard Pol, Daniel, Marie-Christine et Jean-Marie. A vécu au Congo, à l'Avenue des Coquelicots, à la résidence du Ménil,...

Bruyninckx Marie-Eugénie: (Révérende Mère Marie Philomène en religion): née à Oplinter le 20 octobre 1820 et décédée à Braine-l'Alleud le 19 mars 1900. Elle était entrée en religion le 15 octobre 1836, admise à la profession le 6 mars 1838 et élue supérieure générale des Soeurs de Marie.le 24 janvier 1844.

C

Campinaire Geneviève : née à Braine-l'Alleud, le 10 mars 1884 et y décédée le 22 décembre 1961. Fille de Campinaire Henri-Joseph et de Balsacq Elisa Virginie. Epouse de Hautfenne Georges. Institutrice à l'école communale de Paudure (1907-1912) puis à l'école mixte du Centre jusqu'à sa pension en 1944. Elle est née Rue de l'Hôpital, a ensuite habité Grand-Place n°9 au début de son mariage, ensuite résida dans la belle demeure Rue des Tisserands n°25 avec son mari Georges Hautfenne (1891-1958). Leur fille Georgette a épouse Raymond Brassinne (1907-1967) entrepreneur des travaux publics, conseiller communal (1959 à 1967) et bourgmestre de Braine-l'Alleud de 1965 à son décès en juillet 1967.

Castiaux Didier : né à Braine-l'Alleud le 27 décembre 1956 et y décédé le 24 janvier 1965. Fils de Castiaux Raymond et de Bertrand Marie.

Castiaux Edmond : né à Braine-l'Alleud le 8 mars 1926 et décédé à Nivelles le 26 décembre 2012. Fils de Castiaux Omer et de Ghysebrechts Augusta. Frère de Castiaux Marcel, Ernest, Robert, Jules, Raymond, Etienne, Marie-Madeleine, Simone et André. Epoux de Thérèse Collet. Papa d'Olivier et d'Isabelle Castiaux. A habité Rue Longue

Castiaux Ernest : né à Braine-l'Alleud, le 24 juin 1916 et y décédé le 16 octobre 2002. Fils de Castiaux Omer et de Ghysebrechts Augusta. Frère de Castiaux Marcel, Robert, Jules, Raymond, Etienne, Marie-Madeleine, Edmond, Simone et André. Epoux de Castiaux Gilberte. Père de Castiaux Nicole, Philippe, Nadine et Thierry. Ingénieur civil I.T. et Ch. A habité Rue Longue,Avenue Léon Jourez.

Castiaux Etienne : né à Braine-l'Alleud, le 3 juin 1923 et décédé à Thieulain, le 3 mars 1995. Fils de Castiaux Omer et de Ghysebrechts Augusta. Epoux de De Ridder Jacqueline. Père de Castiaux Xavier, Bernard, Marianne et Dominique. Volontaire de guerre et titulaire de nombreuses distinctions honorifiques et caritatives.

Castiaux Evariste Léon : né à Plancenoit le 27 octobre 1832 et décédé à Braine-l'Alleud le 21 avril 1874. Fils de Jean-Baptiste Castiaux et de Marie Françoise Masson, tous deux résidants à Plancenoit. Contre-maître de tissage. Epoux de Dieudonnée Joseph Lefebvre.Il fut un des premiers contre-maître à venir habiter Braine-l'Alleud, et à distribuer le travail dans son village. Son ascendance avec la famille Masson l'a ainsi fait entrer dans le réseau du textile dont le coeur était à Braine-l'Alleud, mais dont les tisserands étaient aussi établis dans les villages voisins. Il résidait rue Notre-Dame n°25 à son décès. Père de Emile, Jules, Léon, Gustave, Louise et Marie Castiaux.

Castiaux Gilberte : née à Lillois, le 17 octobre 1926 et décédée à Braine-l'Alleud, le 18 octobre 2002. Epouse de Castiaux Ernest. Mère de Castiaux Nicole, Philippe, Nadine et Thierry. A habité Avenue Léon Jourez.

Castiaux Jean-Baptiste: né à Plancenoit le 2 mars 1802 et décédé à Braine-l'Alleud le 5 mars 1877. Fils de de Pierre Hubert Castiaux et de Marie Joseph Wéry. Tisserand puis Contre-maître pour la maison de fabrication de toiles Masson de Braine-l'Alleud, il épouse à Plancenoit le 28 novembre 1831,Marie Françoise Masson, la fille de Pierre Donat Masson alors cultivateur et de Dieudonnée Pastur. Parmi les témoins au mariage, outre Pierre Castiaux, garde-champêtre de Plancenoit, on trouve aussi le beau-frère de Marie Françoise Masson, Pierre Henri Dambremé (voir ce patronyme) négociant. Jean-Baptiste Castiaux ne viendra résider à Braine-l'Alleud qu'après son veuvage survenu le 29 mars 1871 après avoir fait construire une maison rue Sainte-Anne où il décède âgé de 75 ans.

Castiaux Jean-Baptiste : né à Braine-l'Alleud le 7 avril 1896 et y décédé le 28 avril 1928. Fils de Castiaux Antoine et de Matheys Joséphine. A épousé le 26 septembre 1896 à Braine-l'Alleud, Picavet Hortance Odile. A habité Chaussée d'Alsemberg 2. Source : "La Maison du Peuple de Braine-l'Alleud 1911-2011" de Jean-Marie Laus (Revue Brania 2011)

Castiaux Jules : né à Braine-l'Alleud le 10 juin 1861 et y décédé inopinément (arrêt du coeur), le 21 avril 1931. Fils de Castiaux Evariste et de Lefèvre Dieudonnée. Epoux de Lor Célina, père de Castiaux Marie (née le 13 août 1885) et Omer (né le 7 août 1887). S'occupait de "textiles en gros". A habité Rue de l'Hôpital.

Castiaux Jules









Castiaux Jules : né à Braine-l'Alleud le 6 février 1920 et décédé à Uccle le 25 mai 2013. Fils de Castiaux Omer et de Ghysebrechts Augusta. Frère de Castiaux Marcel, Ernest, Robert, Raymond, Etienne, Marie-Madeleine, Edmond, Simone et André. Ordonné prêtre à Malines le 3 juin 1944. Professeur au Collège Saint-Boniface à Ixelles. Vicaire à la paroisse de Genappes de 1952 à 1960. Curé de la paroisse de Ways de 1960 à 2001. A habité Rue Longue, Boulevard de l'Europe,...

Castiaux Justinien : né à Lillois le 3 novembre 1886 et décédé à Braine-l'Alleud le 18 décembre 1944. Epoux de Parvais Anna.

Castiaux Louise : né à Braine-l'Alleud le 24 novembre 1867 et y décédé le 28 février 1894. Fille de Castiaux Evariste et de Lefèvre Dieudonnée. Soeur de Castiaux Emile, Jules, Marie, Léon, Léon et Gustave. Epouse de Camusel Jean-Baptiste.

Castiaux Marcel : né à Braine-l'Alleud le 2 février 1915 et décédé à La Hulpe (clinique Docteur Derscheid), le mardi 25 janvier 1994. Fils de Castiaux Omer et de Ghysebrechts Augusta. Frère de Castiaux Ernest, Robert, Jules, Raymond, Etienne, Marie-Madeleine, Edmond, Simone et André. Epoux de Lefebvre Mercédes, mariage le 4 septembre 1948. Père de Castiaux Françoise, Micheline et Danielle. Membre du comité des anciens élèves de l'institut Saint-Jacques où il était entré comme élève en 1ère primaire le 1er septembre 1921. Trésorier, pendant près de 40 ans, de l'Institut Saint-Jacques. Trésorier du conseil de fabrique de l'Eglise Saint-Etienne. A habité Chaussée d'Ophain.

4 septembre 1948 : mariage de Castiaux Marcel et de Lefevre Mercédes.










Castiaux Omer : né à Braine-l'Alleud le 7 août 1887 et y décédé le 15 août 1977. Fils de Castiaux Jules et de Lor Célina. Epoux de Ghysebrechts Augusta, père de Castiaux Marcel (né le 2 février 1915), Ernest (né le 24 juin 1916), Robert(né le 23 février 1918), Jules (né le 6 février 1920), Raymond (né le 8 novembre 1921), Etienne (né le 3 juin 1923) , Marie-Madeleine (née le 27 juillet 1924), Edmond (né le 8 mars 1925), Simone (née le 6 juillet 1927) et André (né le 23 décembre 1931). Parrain de la cloche Sainte-Anne de l'église Saint-Etienne. S'occupait de "textiles en gros". A habité rue de l'Hôpital, Rue du Petit Jean et Rue Longue.

Castiaux Robert : né à Lillois, le 30 août 1914 et décédé à Braine-l'Alleud, le 29 décembre 2006. Epoux de Boulanger Josette. Titulaire de la médaille commémorative de la guerre 1940-1945.

Castiaux Robert : né à Braine-l'Alleud, le 23 février 1918 et décédé à Uccle le 8 novembre 1980. Fils de Castiaux Omer et de Ghysebrechts Augusta. Frère de Castiaux Marcel, Ernest, Jules, Raymond, Etienne, Marie-Madeleine, Edmond, Simone et André. Epoux de van Velsen Fernande. Ancien combattant 1940-1945, titulaire de distinctions honorifiques. A habité Rue Joseph Gos.

Chabeau Jean-Baptiste: né à Braine-l'Alleud, le 14 avril 1815 et y décédé le 25 mai 1895.

Chabeau Joseph-Ghislain: décédé à Braine-l'Alleud le 5 août 1953 dans sa 77ème année. Epoux de Dubois Maria. Père de Chabeau ?, Chabeau Florimond, Chabeau Siméon, Chabeau Auguste.

Chabeau Philibert: né à Braine-l'Alleud, le 1er septembre 1829 et y décédé le 18 octobre 1908. Epoux de Orlans Anne-Marie.Entrepreneur de pavages résidant au Ménil (actuelle rue Longchamp).Sa première ferme brûla le mardi 9 mars 1875, entrainant l'incendie des deux maisons voisines, appartenant aux familles Orlans et Naverne.Son beau-père Joseph Guillaume Orlans décéda deux jours plus tard,âgé de 77 ans. Tout fut rebâti par François Naverne également époux Orlans, dans l'année même. Philibert Chabeau exploitait de nombreuses terres au Ménil et au Longchamp, produisant principalement des céréales et des betteraves. Son entreprise de pavages fut reprise par son fils Casimir Chabeau qui fit construire la maison de Mlle Marien chaussée de Mont-Saint-Jean (actuelle chaussée Reine Astrid n°102).

Chanoine Alain: né à Fizi (Congo belge) le 18 janvier 1960 et décédé accidentellement à Plancenoit le 23 août 1981. Fils de Chanoine Jean-Marie et de Hachez ?. Frère de Chanoine Guy, Yves, Francis, Didier et Nathalie. A habité Avenue de la Paix, 32.

Charlier Antoine: né à Vieux-Genappe le 30 novembre 1796 et décédé à Braine-l'Alleud le 3 mars 1886. Fils de Pierre Philippe Charlier et de Hyacinthe Glibert, ses parents résident quelques années plus tard à Villers-la-Ville où Antoine grandit. Il épouse le 13 septembre 1820 à 4 heures du matin (en effet : pourquoi attendre ?!) Emerance Gerrebos alors jeune veuve de Philippe Croquet et mère du futur abbé Croquet ainsi que de Barbe Croquet (future mère du Cardinal Mercier) Ensemble, le nouveau couple cultivent à la ferme de Tout-lui-Faut (Ermite) de 1820 à 1863. Ils sont cultivateurs propriétaires, très actifs.Rapidement intégré, instruit, Antoine Charlier devient aussi conseiller communal de 1823 à 1836 et de 1841 à 1881. il fut aussi échevin catholique de Braine-l'Alleud de 1869 à 1881. Parmi ses fonctions, il se charge notamment de l'Etat-civil, signant ainsi de très nombreux actes et officie à de nombreux mariages. De 1863 à son décès, il résida rue des Jambes n° 24 (actuelle petite rue des Marolles). Père de famille nombreuse, il eut notamment pour descendance, le curé de Virginal Anthîme Charlier, le docteur en médecine Louis Charlier, Antoinette et Emerance Soeurs de Marie (voir ci-dessous).

Charlier Antoinette Elisabeth Emerance (Soeur Marie-Angèle): née à Braine-l'Alleud le 29 décembre 1822 et décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 25 juin 1900 dans la 77ème année de son âge et la 47ème de sa vie religieuse. Fille d'Antoine Charlier et d'Emerance Gerrebos.

Charlier Joséphine Gertrude Ghilaine : née à Braine-l'Alleud le 22 novembre 1824 et y décédée le 23 janvier 1898. Fille d'Antoine Charlier et d'Emerance Gerrebos, elle épouse Jules Mercier. Elle est aussi impliquée dans la vie caritative puisqu'elle est membre du Tiers Ordre de Saint-François d'Assise.

Charlier Emerance Barbe Adrienne née à Braine-l'Alleud le 11 avril 1832 et y décédée le 7 septembre 1871. Soeur de Marie, elle se fait appelé Soeur Emerance, prénom de sa mère. Elle a rejoint sa soeur aînée dans la communauté des Pauvres Marolles, mais c'est Antoinette qui lui survivra encore plus de 28 ans. Fille d'Antoine Charlier et d'Emerance Gerrebos.

Charlier Florimont : né à Braine-l'Alleud le 25 novembre 1829 et y décédé le 28 septembre 1876. Fils d'Antoine Charlier et d'Emerance Gerrebos. Il vécut une partie de sa vie à Virginal où il exerça la profession de meunier. Il est resté célibataire et, malade, est revenu terminer ses jours à Braine-l'Alleud chez ses parents, rue des Jambes 24 (actuelle petite rue des Marolles).

Charlier Louis  : né à Braine-l'Alleud le 27 mai 1827 ( Ferme de Tout-lui-Faut) et y décédé le 3 octobre 1911 (rue Ste Anne 18) fils d'Antoine Charlier et d'Emerance Gerrebos. Docteur en médecine, conseiller communal catholique du 9 janvier 1891 à la fin 1903. Epoux d'Elisa Coppin le 3 décembre 1909, il vécut ses dernières années avec sa nièce Wilhelmina Wegman dite Holleweg native de Rodenburg dans le Reich Allemand.

Charlier Pierre : né à Braine-l'Alleud le 25 décembre 1873 et y décédé le 19 janvier 1921. Epoux de Castiaux Sylvie.

Christophe René : né à Braine-l'Alleud le 8 avril 1917 et décédé à Neufchâteau le 23 avril 1955. Epoux de Perreaux Marie-Louise. Instituteur à l'Athénée Royal de Neufchâteau. Ancien Combattant 40-45. Prisonnier de guerre 40-45.Officier de Réserve. Chevalier de l'Ordre de la Couronne.

Claes François : né à Braine-l'Alleud le 9 avril 1893 et y décédé le 26 janvier 1917. Fils de Claes Emile et Lortiaux Nathalie. Après une déportation de 2 mois et douze jours en Allemagne, est rentré à Braine-l'Alleud où il est mort pour la Belgique.

Claude Georges : né à Ittre le 21 juillet 1892 et mort au combat pour la Belgique pendant la guerre 1914-1918. Fils de Claude Jean-Joseph, maréchal des logis de gendarmerie à Braine-l'Alleud. Parti comme étudiant à Ath en 1911. Capitaine au 6ème Régiment de Ligne.

Claus Karl: né à Lede le 25 mars 1930 et décédé à Braine-l'Alleud le 15 février 2011. Célibataire. Ancien fermier de la Ferme de Mont-Saint-Jean. A résidé au 183, Rue du Charron.

Clément Alphonse : né à Braine-l'Alleud le 18 juillet 1843 et y décédé le 24 mars 1907.Fils de Louis Clément. Tour à tour, simple tisserand, puis marchand de charbons en association avec Waroquet, ensuite contre-maître à l'usine Vanham et enfin négociant en tissus (pour son propre compte). Epoux de Louise-Marie Blanchart le 20 novembre 1888. Musicien au Cercle Catholique. Résidait après 1890 au bas de la rue Kattekop (au coin de la rue des tisserands).

Clément Charles : né à Braine-l'Alleud le 8 octobre 1868 et décédé le 13 juin 1922 à Schaerbeek, fils d'Anatole Clément et de Célestine Theys,négociant en tissus,industriel,a habité la large maison au coin de la rue des Tisserands et de la rue Kattekop (au bas de cette rue)après Alphonse Clément. Neveu de Léon Clément,petit-fils de Charles Napoléon Clément-Mertens, arrière petit-fils du chirurgien Amandeau. Porteur de la décoration militaire de 1ère classe (guerre mondiale 1914-1918).


Clément Jean-Charles : né à Braine-l'Alleud le 10 mai 1891 et décédé à Bruxelles le 2 mars 1967. Epoux de Gosselin Claire (née à Mons le 21 décembre 1891)fille d'Albert Gosselin et d'Elisa Carlier, le 16 juillet 1919. Grand-père de Van Windekens Françoise. Capitaine de réserve honoraire. Président du conseil de fabrique de l'église décanale Saint-Etienne. Président d'honneur des anciens combattants de Braine-l'Alleud. Chevalier de l'ordre équestre Saint-Sylvestre. Officier de l'ordre de Léopold, de l'ordre de la Couronne, de l'ordre de Léopold II. Croix de guerre, 4 citations. Croix de l'Yser, croix du Feu et autres distinctions belges et alliées. Résidait rue Cloquet n°16, il devint propriétaire des maisons voisines qui comprenaient notamment le café de la Perche couverte et le cinéma Palace (actuels n°8 et 12).Ce dernier cessa ses projections peu après le décès de son propriétaire.

Clément Léon Pierre Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 5 janvier 1840 et y décédé le 8 décembre 1925. Fils de Charles-Napoléon Clément et de Pélagie Mertens. Fabricant de tissus à Braine. Il épouse le 18 décembre 1867 Maria Joséphine Boucher, fille et frère de Joachim Boucher (père et fils) filateurs et industriels à Mont-Saint-Pont. Après avoir grandi rue Sainte-Anne, il réside quelques années à Mont-Saint-Pont où le ménage est installé dans la filature qui ferme ses portes fin 1868. Comptable et liquidateur de cette entreprise, Léon Clément en assure la surveillance. La filature est rachetée par les frères Gérard qui vont la transformer en tissage mécanique, mais Clément et sa famille reste sur place jusqu'en 1875. Après quoi, Léon Clément achète et réside rue des Brasseurs N°1 ( l'actuelle maison Mlle Serrano ). A cette époque aussi, Léon Clément fait partie du conseil communal. Elu une première fois en 1869, il reste conseiller puis échevin, de 1870 à 1886, date à laquelle il démissionne. (Voir BRANIA, Revue du Cercle d'Histoire et de Généalogie de Braine-l'Alleud, 2006/2 - 2007/1 pages 20 à 26.) Seul échevin Franc-Maçon brainois au XIXème siècle. Réputé pour ses joutes écrites avec le Curé-Doyen Adolphe Hoofs, il était le fer de lance du libéralisme brainois, mais devint progressivement distant avec les libéraux plus tranquilles et pragmatiques (tels Hilaire Gouttier, Achille Wayez et Edouard Cloquet). Il termine sa vie rue Sainte-Anne n° 26A avec deux de ses fils et son épouse qui lui survit. Ils eurent en tout 5 enfants, 3 fils et 2 filles dont une décédée en bas-âge.


Clerbois Aimée: née à Petit-Roeulx (lez-Braine), le 2 mai 1876 et décédée à Braine-l'Alleud, le 4 juillet 1899. Epouse de Castiaux Gustave.

Clerbois Charles : né à Braine-l'Alleud le 24 avril 1901 et y décédé le 31 octobre 1941. Epoux de Marie Grislain. Habitait rue Jean Volders et était géomètre.


Clerbois Emile: né à Braine-l'Alleud le 20 avril 1915 et y décédé le 24 septembre 1948. Epoux de Andrée Delaprovince. Fils de Léon Clerbois et de Rosalie Charlier. Etudes à l'Institut Saint-Jacques. Electricien à l'usine Allard-Minne. Employé comme secrétaire de Rex-Brabant-Wallon par Joseph Simar, il se signala par une série de dénonciations haineuses pendant la guerre, ainsi que par l'arrestation de résistants. Sa femme et ses parents étaient très sérieusement honteux de ces faits mais le fanatisme de l'enfant terrible de la famille ne put être freiné.

Clerbois Jean : né à Braine-l'Alleud le 13 août 1869 et y décédé le 30 août 1915. Epoux de Paulard Rosine.

Cloquet Antoinette : née à Braine-l'Alleud le 14 juillet 1818 et y décédée le 20 octobre 1905. Soeur de Cloquet Edouard.

Cloquet Edouard-Joseph-Ghislain: né à Braine-l'Alleud le 24 mars 1821 et y décédé le 6 avril 1901.Fils de Jean-Joseph Cloquet (1771-1841) et de Marie Joseph Derbaix. Il grandit à la ferme Mon Souhait (sur la chaussée de Nivelles ferme rose en face du restaurant Marit)puis à la ferme du Mol. Dans cette dernière, il devient un éleveur réputé, fervent de concours tant agricoles (un des meilleurs pour l'élève des génisses et jeunes taureaux de la région) que sportifs. Il sera à l'avant-pointe du progrès scientifiques en matière de cycle des cultures.Son frère aîné, Jean-Baptiste Cloquet (1808-1891)lui servira de modèle. Par sa parenté maternelle, il restera sensible à la foi chrétienne, par son père et son frère aîné, il s'inscrit dans un courant progressiste et se faire élire comme conseiller communal libéral de 1872 à 1875. Il revient à la vie politique en 1887, sur l'insistance de nombreux amis, tant libéraux que comme modérateur par rapport à la sensibilité catholique. Il devient échevin et le restera jusqu'à 1895. En 1890, il remplace souvent Achille Wayez (bourgmestre) à la présidence du collège échevinal. Il fera fonction de Bourgmestre de 1891 à 1895, étant le seul libéral que le gouvernement catholique acceptait comme personnalité recevant l'agrément des deux sensibilités. Frère de Cloquet Antoinette à qui il a laissé tous ses biens meubles et immeubles le jour de son décès.

Cloquet Floriant Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 10 décembre 1825 et y décédé le 19 octobre 1891. Fils de Pierre Cloquet et de Joséphine Ladverts, il a épousé Catherine Joséphine Brassinne, de la famille des hôteliers de Mont-Saint-Jean (Hôtel des Colonnes, du Cosmopolite, de Sainte-Gertrude)et c'est chez son neveu par alliance Henri Brassinne (qui va bientôt quitter Mont-Saint-Jean pour le hameau du Monument) qu'il décède après avoir résider depuis sa naissance sur la chaussée de Charleroi dans une petite fermette (située à l'emplacement actuel de l'entrée du magasin Médiamarkt)où il exerçait le métier alors fort utile à l'époque de charron. D'où son surnom de " el Charli Cloquet". Son fils Emile lui succède avec son épouse Désirée Adrians. Ne pas confondre cette ancienne famille brainoise avec celle,plus ancienne encore, des fermiers Cloquet.

Cloquet Jean Joseph: né à Braine-l'Alleud le 23 mars 1779 et y décédé le 29 août 1861. Fils de Jean-Baptiste Cloquet et de Marie Anne Ramboux. Né à la ferme du Môle, il devient fermier de Mon Souhait après 1800 et il y réside pendant la bataille de Waterloo. Il a laissé un récit du passage des troupes et eut à souffrir personnellement des rigueurs des soldats (les Hussards noirs)le soir et le 19 juin 1815. Ses enfants, dont les plus connus sont Jean-Baptiste junior et Edouard qui compteront parmi les mandataires communaux et régionaux, naissent dans cette ferme. Il revient à la ferme du Môle après le décès de son père survenu le 2 mars 1821. Son fils aîné Jean-Baptiste reprendra la ferme de Mon Souhait, à partir de 1825. Son mariage le 10 juin 1807 avec Marie Joseph Ghislaine Derbaix,née à Nivelles le 27 janvier 1778, fille de Martin Derbaix et de Marie Joseph Diesbeck réalise une des alliances les plus prometteuses, les deux familles étant parmi celles des cultivateurs les plus importantes de Braine-l'Alleud.

Cloquet Martial Sirille Martial Ghislain dit Martial : né à Braine-l'Alleud le 28 janvier 1814 et y décédé le 30 juillet 1867. Fils de Jean-Joseph Cloquet et de Marie Joseph Ghislaine Derbaix. Né dans la ferme de Mon Souhait chaussée de Nivelles. Il fait ses premières études au Petit Séminaire de Malines et acquiert ensuite le grade de licencié en droit à l'université de Liège début 1835. La même année il est stagiaire auprès de l'étude de Mâitre Allard à Bruxelles. Ambitieux et énergique, il demande en juillet de la même année un subside au gouvernement belge afin de pouvoir se rendre au Proche Orient afin d'y étudier la connaissance des langues de la région du Levant. En guise de compensation au refus des autorités du pays, il reçoit une lettre d'introduction fournie par le Ministère des Affaires Etrangères auprès des ambassadeurs en poste à Istanbul (Empire Ottoman).

Il embarque peu après en direction de la capitale de l'Empire Turc, mais en escale à Alger, il est soudainement frappé de méningite. Il est transféré ensuite à l'hôpital militaire de Toulon par le gouverneur français d'Alger le Maréchal Clauzel. Après sa convalescence et son retour à Bruxelles, il obtient en décembre 1837 un poste de commis-rédacteur au Département de l'Industrie et du Commerce des Affaires Etrangères. Après avoir une nouvelle fois fait une demande pour un voyage d'études en Orient, le Ministère lui propose de se rendre à nouveau à Istanbul (alors Constantinople) mais cette fois en qualité de traducteur apprenti puisqu'il désire y perfectionner sa connaissance de l'Arabe classique et du Turc. Il y est nommé le 12 avril 1839 et est placé sous les ordres de l'Ambassadeur le Baron de Behr auprès de la Sublime Porte (Empire Ottoman).Ce diplomate ne tarde pas à déceler en lui l'étoffe d'un futur consul et diplomate. Après plusieurs projets qui n'aboutissent pas (mission commerciale à Bucarest ou en Moldavie et Valachie) il est simplement affecté au Département du Commerce extérieur, le 1er février 1842.

A cette époque, Léopold 1er et le gouvernement belge cherchent des débouchés au commerce national privé depuis l'indépendance en 1830 de relations commerciales hors des pays frontaliers. Un grand projet, ambitieux, vise une région du Guatémala, le territoire de Santo Tomas. Avec ses antécédents au Proche Orient, Martial Cloquet est nommé Consul par le Gouvernement Belge le 8 février 1843. Son traitement annuel est fixé à 9000 francs de cette époque ce qui représente actuellement l'équivalent de 50.000 euros !

Il embarque à Anvers avec une expédition de colons volontaires le 16 mars 1843 et atteignirent la baie de Santo-Tomas le 20 mai. Les débuts furent difficiles et décourageants. Martial Cloquet joua pourtant son rôle de représentant de la Belgique au mieux des intérêts nationaux. Mais, il eut à lutter continuellement contre les désillusions, les désordres liés au désenchantement des colons dont les efforts rapportaient peu en contraste violent avec leurs espérances. Martial Cloquet édita plusieurs rapports sur le développement de la colonie, mais eut à souffrir du déséquilibre financier de plus en plus abyssal, le surendettement étant la pente logique et infernale d'une tentative téméraire et mal préparée de colonisation à finalité commerciale. Le Consul de Belgique à Santo Tomas eut à subir notamment en son bureau le suicide d'un colon avec sa propre arme à feu. Le 18 août 1850, en récompense morale à ses efforts de maintenir la colonie, malgré ses nombreuses difficultés, Martial Cloquet est nommé comme Consul Général de Belgique pour toute la région de l'Amérique Centrale, titre purement théorique, bien entendu.

Il s'endetta auprès d'agents commerciaux anglais qui lui prêtèrent des sommes assez importantes dès que son traitement belge ne lui parvint plus. La situation empira à un tel point, qu'il fut emprisonné par un bataillon anglais qui tenait la région voisine, au nord de la concession belge. C'est encore le Baron de Behr,nommé Ministre Plénipotentiaire au Guatémala le 26 août 1853 qui vint le libérer, après de longues tractations entre le Ministre Belge des Affaires étrangères Charles de Brouckère et Lord Clarendon, titulaire du Foreign Office à Londres.

Le 25 novembre 1856, il est envoyé comme Consul Général en Australie où il prospectera pour l'intérêt du commerce belge l'intérieur du continent australien en 1857 et 58 et fera aussi une tournée de prospection en Tasmanie en 1859.

Fatigué et déçu, il demande à retourner en Belgique en été 1861. Il conserve ses titres et une maigre pension de survie. De retour à Braine-l'Alleud, atteint de cécité de plus en plus importante, il vivra jusqu'à l'été 1867 en se rendant fréquemment à Mont-Saint-Jean et au Lion, chez les Dehaze auprès desquels il laissa ses récits de voyages.

L'arbre de Napoléon.

Martial Cloquet, en revenant de Sydney, passa et fit escale à l'île de Sainte-Hélène. Il s'y recueillit devant l'ancienne tombe de l'Empereur des Français. En partant, il emporta quelques pousses d'un saule pleureur situé au pied de la tombe. Il conserva ses plants, et vint en 1861 dans le cimetière du centre (à cette époque, entre la rue Jules Hans, la rue Schépers et l'avenue Léon Jourez) replanter cet arbrisseau devant la sépulture familiale. L'arbre fut conservé intact lors de la désaffectation du cimetière, et de l'aménagement de 1889 en parc communal. Mais, en 1929 - 30, il fut malheureusement enlevé pour le nouveau tracé du parc. Un souvenir de Napoléon a donc été présent dans notre petit parc du centre durant 68 ans. Avec sa disparition, le souvenir de Martial Cloquet s'est aussi effacé.

Notre notice tenait à lui rendre hommage. Rédaction : Ph. Buchelot Sources historiques : 1. Académie Royale des Sciences d'Outre-Mer, article de biographie sur Martial Cloquet (en anglais) par le Dr. Jan Anckaer Bibliothécaire du Parlement Fédéral. 2. Marc Lafontaine auteur du livre : L'enfer Belge à Santo Tomas, Le rêve colonial brisé de Léopold 1er , éditions Quorum 1997 (à partir de la page 70 pour Martial Cloquet). 3. Notariat Général du Brabant, minutes du notaire Félix Gouttier, inventaire et succession de la mortuaire du Consul Général en date du début août 1867. 4. Nécrologie de Martial Cloquet dans deux journaux régionaux en date du 2 août 1867. 5. L'Union Libérale de l'Arrondissement de Nivelles, août 1902. Article sur les transformations du centre de Braine-l'Alleud, et parlant notamment, du saule de Martial Cloquet.

Courtois Mariette : née à Braine-l'Alleud le 29 Mars 1915 et décédée à Laneffe en 1995. Epouse de Senterre Roger.

Copain Louis : né à Braine-l'Alleud, le 12 septembre 1891 et tombé pour la patrie à Rotselaer (nord de Leuven), le 12 septembre 1914. Fils de Copain Charles et de Michel Louisa. Soldat au 1er régiment des Grenadiers. Son corps n'a pas été retrouvé.

Coppin Jeanne : née à Solre-Saint-Géry, le 14 mai 1902 et décédée à Braine-l'Alleud, le vendredi 12 août 1994. Epouse de Piraux Firmin. Mère de Piraux Maurice et Marcel. A habité rue de la Croix et entre 1935 et 1994 Chaussée d'Alsemberg où elle a tenu l'épicerie "L'Abeille" et le magasin de cadeaux "Au Joli Cadeau".

Corbisier Fernand : né à Braine-l'Alleud le 7 septembre 1893 et décédé à l'hôpital militaire de Beveren sur Yser le 28 septembre 1918. Fils de Corbisier Edouard et de Poulet Odile. Sergent volontaire milice 1911 au 10ème Régiment de Ligne. Un obus lui avait fracturé la cuisse droite et ouvert la cuisse gauche. Il fut inhumé à Beveren sur Yser le 29 septembre 1918 tombe n°364.

Cordier Emile : né à Braine-l'Alleud le 19 février 1887, mort pour la Belgique à Nieuport entre le 23 et le 31 octobre 1914. Fils de Cordier Henri et Van Est Marie-Catherine. Soldat au 4ème régiment de Chasseurs à pied.

Cornet Jacques (dit "Jacquy"): né à Etterbeek le 6 octobre 1927 et décédé à Lillois le 27 août 2010. Epoux de Lamouline. Père de Cornet Jeanne-Marie, Françoise et Jean.

Courbet Marie-Thérèse : née à Lasne-Chapelle-Saint-Lambert le 1er novembre 1813 et décédée à Braine-l'Alleud le 30 janvier 1894. Epouse de Gervy Jean-Baptiste.

Croquet Adrien : Mgr Adrien Croquet

Croquet Léon: né à Braine-le-Comte, le 11 mars 1924 et décédé à Braine-l'Alleud, le 29 décembre 2009. Père de Rolande et Christian Croquet. Résistant armé AS Zone D.10, prisonnier politique N.N., invalide de guerre, chevalier de l'ordre de Léopold II, croix du prisonnier politique avec 6 étoiles et de plusieurs autres distinctions honorifiques.

D

Dagneau Adrien : né à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac le 2 décembre 1878 et décédé à Braine-l'Alleud le 26 juillet 1947. Epoux de Waroquet Louise.

Dambremé Lubin: né le 14 novembre 1849 à Braine-l'Alleud et y décédé le 7 août 1885.Fils de Wenceslas Dambremé et de Marie Thérèse Carlier. Epoux de Marie-Louise Grimberghs (Ixelles le 1er mars 1862 - Braine-l'Alleud, le 15 mai 1882). Lubin Dambremé,qui se faisait appeler Joseph, installa à la Goëtte avec deux de ses frères, une teinturerie sur fils de coton qui ouvrit ses portes en 1883. Après quelques mois, l'activité se diversifia par l'adjonction d'un tissage mécanique. Après son décès, ses frères Hélis, Siméon et Albin continuèrent l'entreprise familiale.

Dambremé Wenceslas: né à Plancenoit le 28 septembre 1815 et décédé à Braine-l'Alleud le 5 octobre 1873.Fils de Pierre Henri Dambremé tisserand et de Marie Thérèse Masson. Fabricant de tissus établi à Braine-l'Alleud en mars 1848. Il fit bâtir la maison (actuel bureau d'expertise comptable) formant le coin de la rue du Petit Jean et de la rue Sainte-Anne. Cette maison et l'entrepôt qui la joignait accueillirent notamment l'école de catéchisme dominicale de la paroisse Saint-Etienne. Il épousa Marie Thérèse Carlier. Ils eurent 4 fils dont le fils aîné Lubin continua la maison de fabrique de tissus.

Dauxin Catherine (Soeur Marie Ursule) : née à Bruxelles le 27 novembre 1829, ayant fait sa profession le 30 septembre 1856 et décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 20 janvier 1883.

Day Robert : né à Braine-l'Alleud le 25 décembre 1953 et y décédé le 10 septembre 2009. Epoux de Herregods Linda. Père de Day Sophie.

Daye Albert : né à Braine-l'Alleud (Estrée) le 19 mai 1849 et y décédé le 28 juillet 1908. Fils de Félicien Daye et d'Apolonie Debusse. Ouvrier, puis contre-maître et ensuite directeur de la teinturerie des frères Hilaire et François Gérard pendant 40 ans. Albert Daye a été depuis l'ouverture en 1866 de la teinturerie du Castegier (site de l'ancien cinéma Kursaal et ancienne salle des fêtes " A la Concorde") un des principaux éléments de cette "usine" . Ses parents étaient amis avec les deux frères mais surtout avec leur père qui mit ses fonds personnels à la disposition de la génération montante pour racheter l'ancienne distillerie de Paul Mercier, père du Cardinal, alors désaffectée. Il épouse Marie-Louise Dury (aussi née à l'estrée) le 11 novembre 1874. Quelques années plus tard, il assure à lui seul la direction de la production de la teinturerie. Son patron, François Gérard est alors bourgmestre de Wauthier-Braine, et lui délègue largement, par expérience acquise, l'ensemble des tâches et responsabilités. En 1879, il ouvre un cabaret où se réunissent les libéraux du centre de Braine. Les Champs-Elysées, comme l'estaminet se nomme, accueillera en été 1884, les premières réunions du Cercle Libéral le Progrès, constitué en organe officiel du parti à l'échelon local, à la suite de l'énorme déception des élections législatives qui ont ramené la droite catholique au gouvernement à Bruxelles. Achille Wayez y est proclamé Président, le président d'honneur est le professeur Schepers, le vice-président Edouard Cloquet, le secrétaire Clément Demanet et le trésorier Mathieu Mastès. Le tenancier et son épouse tiendront ainsi le local libéral quelques années. Ils eurent 4 fils et 2 filles. Parmi les descendants de cette famille, on trouve le bourgmestre et Gouverneur de la Province du Brabant Wallon Emmanuel Hendrickx (sa grand-mère est Emma Daye épouse Joseph Machiels, fille d'Albert Daye - Dury).

Daye Félicien : né à Braine-l'Alleud (Estrée) le 8 mars 1808 et y décédé (Castegier 23) le 30 avril 1889. Cabaretier et tisserand. Epoux d'Apolonie Debusse. Il fit bâtir la première maison située au nord (vers l'estrée) du pont de la ligne 115, sur la chaussée d'Alsemberg en 1838. A partir de cette maison commençait l'Estrée. Avec son épouse, ils tiennent un cabaret nommé "Estréen" durant près de quarante ans. C'est un de leurs fils, Albert Daye, qui ouvrira à son tour un lieu de réunion, nommé café des "Champs-Elysées" ou cabaret libéral en 1879. (Voir Albert Daye- Dury).


Daye Henri : né à Braine-l'Alleud le 23 octobre 1892 et mort pour la Belgique à Noordschoote le 8 avril 1915. Fils de Daye Joseph et de Ghion Alice. Soldat au 1er Régiment des Carabiniers. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

Debacker Jacques : né à Haine-saint-Pierre le 4 juin 1928 et décédé à Braine-l'Alleud,le 25 octobre 2010. Epoux de Berghen Huguette. Pharmacien à Mont-Saint-Pont.

Debast Ludovica : née à Rhode-Saint-Genèse le 9 mai 1928 et décédée à Braine-l'Alleud le 23 octobre 2011. Epouse de Pays Robert.

Debroux René : né à Uccle le 2 juillet 1949 et décédé à Bruxelles le 4 janvier 2010. Inhumé au cimetière du Foriest.

Decamp Jean : né à Ixelles le 14 mai 1929 et décédé à Braine-l'Alleud le 10 juin 2012. Frère de Decamp Marie-Louise. Epoux de Denis Myriam. Père de Decamp Marie-France. Grand-père de Prévot Céline et Arnaud.

Declercq André : né à Lessines le 19 novembre 1923 et décédé à Braine-l'Alleud le 12 octobre 2009. Epoux de Blondeel Jeanne. Père de Declercq Myriam.

Defrance Marie-Louise : née à Braine-l'Alleud le 11 mai 1923 et y décédée le mercredi 13 juin 2012. Epouse de Moulart Jean. Maman de Moulart Françoise, Jean-Paul, Annie, Bernadette et Geneviève. A habité Rue Jules Hans.

Dehaye Louis : né à Feluy le 21 juin 1910 et décédé à Braine-l'Alleud le 20 avril 1972. Epoux de Petit Marie-Louise. Père de 9 enfants dont Dehaye Anne, Philippe, Jean-Pierre, Benoît, Geneviève, Véronique,... Ingénieur agronome et brasseur UCL. Inspecteur principal au ministère de l'Agriculture. A habité Rue de la Légère Eau,65,....

Dehoux Denise: née à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac le 18 juillet 1916 et décédée à Braine-l'Alleud le 12 février 2011. Epouse de Devillers Robert. Maman de Devillers Josette et Lucien.

Dekeukelaere Yvonne : née à Ottignies le 1er février 1930 et décédée à Braine-l'Alleud le 22 avril 2011. Epouse de Glibert Léonet puis de Tilman Victor.

Deladrière Adolphine : née à Braine-le-Comte le 5 avril 1847 et décédée à Braine-l'Alleud le 6 juin 1921. Epouse de Severin Jules-Joseph.

Deladrière Adolphine,épouse de Severin Jules.










Delannoy Willy : né à Braine-l'Alleud le 20 septembre 1910 et décédé le 11 juillet 1976. Apprenti-maçon dès 14 ans, il travailla à 20 ans à son propre compte. Prisonnier 4 ans en Allemagne. De retour de captivité, il se lança dans la construction de fours pour boulanger et exerça cette spécialité en Belgique,en France et en Afrique. A plus de 20 reprises,il se rendit au Congo où les indigènes le surnommèrent "Buana Muzuri" ("Le bon blanc"). Il eut l'occasion de faire visiter au jeune roi Baudouin de passage à la base de Kamina, l'immense boulangerie réalisée sur place avec du matériel belge uniquement. Le souverain ne manqua pas de le féliciter longuement.

Delhaize Eloïse : née à Ransart le 25 novembre 1827 et décédée à Braine-l'Alleud le 15 mars 1890(?). Epouse de Sébilleaud Godefroid.

Delheid Marcel : né à Braine-l'Alleud le 4 octobre 1935 et décédé à Nivelles le 3 septembre 2010.

Delpierre Octave Ghislain : né à Plancenoit le 14 juin 1868 et décédé à Wattrelos, département du Nord, France le 27 septembre 1919. Le Docteur en médecine Delpierre vient s'installer à Braine, rue de l'hôpital, en 1892. Il y fait la rencontre de Mélanie Coulon, fille du vannier dont l'atelier provoqua l'incendie du bâtiment voisin de l'ancien hôpital de Braine en août 1885. Il crée en 1900 son institut médico-chirurgical bâti au début de la chaussée d'Alsemberg,actuel numéro 8 et 10 de la Place Cardinal Mercier , alors nommé le Castegier, et en 1911, obtient la propriété des sources existantes dans le sous-sol du bien appartenant alors à Achille Boucqueau-Delhaize, au château du Ménil dites sources de La Légère Eau. Il constitue une Société en Commandite simple, pour la durée de 10 ans (1er janvier 1912-31 décembre 1921) afin de produire et commercialiser cette eau réputée à haute valeur curative. Son décès inopiné entraînera la fin prématurée de cette exploitation dont les difficultés liées à la Première Guerre Mondiale avaient provoqué des difficultés financières incontournables. De son mariage, il eut 3 enfants. Il fut aussi le premier automobiliste brainois ! Voir dans Glanures au fil du Temps n°37 - 1996 - d'autres détails à l'article de Jean Bosse sur La Légère Eau. Et aussi sur Wiki, la reproduction de l'article d'Armand Courtain sur la première auto de Braine (paru dans l'Alleud).


Delval Oscar (Joseph Ghislain) : né à Braine-l'Alleud, Estrée, le 16 avril 1867 et y décédé le 3 février 1936. Fils de Léandre (Michel Joseph) Delval et de Sylvie Parmentier (native d'Ophain). Etudes primaires à Braine-l'Alleud, degré moyen à Nivelles, études d'instituteur à l'école normale de Nivelles qu'il réussit en 1888. Il postule dans sa commune mais il n'y a pas de place vacante. Il répond alors à une offre pour l'Institut des Sourds et Muets de Berchem-Sainte-Agathe où il débute sa carrière. Il revient en novembre 1894 à Braine, pour devenir 2ème sous-instituteur à l'école (n°2)primaire des garçons à Mont-Saint-Pont. Il enseigne aussi le "flamand" (et non semble t'il le néerlandais ?)langue pratiquée au cours de son séjour à Berchem. Il devient ensuite, 1er sous-instituteur à cette même école, après le décès d'Eugène Lamboray (professeur au centre) et le déplacement de Léon Paesmans à l'école numéro 1, décision entérinée par le conseil communal le 23 novembre 1907. Enfin, il accède à la place (honorable à cette époque) d'Instituteur en chef de l'école de Mont-Saint-Pont le 23 avril 1909. Cette nomination fut serrée politiquement, une voix d'écart, et fut le signe pour les libéraux que leur ancien "poulain" avait changé de camp, étant élu par les 6 conseillers catholiques. Il fut alors surnommé " el toun' casaque" par le chroniqueur brainois de l'Union Libérale de Nivelles. Il restera en fonction jusqu'à son décès, se domiciliant dans l'école même dès août 1910.Epoux d'Erma (Ghislaine) Colle née à Waterloo le 16 novembre 1868. Pas d'enfants.

De Maertelaere Louise : née à Munte (Flandre) le 7 mai 1908 et décédée à Braine-l'Alleud le 15 septembre 2010 à l'âge de 102 ans. Epouse de Claes Léon.

de Meeûs d'Argenteuil Jean, Louis, Emile, Marie, Ghislain (Comte) : né à Lillois-Witterzée le 3 novembre 1889 et y décédé le 24 février 1956. Fils de de Meeûs René et de van der Stocken Marie. Epoux de Snoy Clothilde (baronne). Père de de Meeûs Jacqueline, Emmanuel, Geneviève et Nadine. Bourgmestre de Lillois.

Demanet Armand Henri Joseph : né à Braine-l'Alleud (Sart-Moulin n°8) le 19 août 1874 et y décédé (Rue de la Gare 36) le 22 mai 1953. Etudes au collège Saint Michel à Etterbeek. Il devient à 16 ans le dépositaire du procédé familial du Bleu de Sart-Moulin, transmis par son grand-père alors malade. Il seconde avec sa mère, puis dirige l'usine de Sart-Moulin. Le procédé du Bleu inaltérable, imité mais inégalé, fait sa fortune avant la première guerre mondiale. Il s'intéresse, à la suite de son père trop tôt décédé, à la vie politique locale. Pilier du libéralisme brainois, il est influencé très jeune, par les deux figures marquantes de la localité : Achille Wayez, bourgmestre et Léon Jourez, conseiller provincial puis député libéral. Il devient en 1912 conseiller communal et le restera jusqu'en 1952, à l'exception des années de la seconde guerre mondiale où il est démissionnaire. Durant la collaboration économique, à partir de 1941, il saborde son outillage et refuse aux occupants la production de toiles de jutes réclamés par les Allemands (témoignage de sa nièce Claire Demanet épouse Cauvin. Ph.B.) Après guerre, il renonce à l'activité industrielle. Il vit comme rentier et est connu autant comme colombophile (depuis ses 12 ans) que comme chasseur. Président du cercle libéral " Le Progrès" de Braine-l'Alleud, de 1921 à 1946, il siège comme unique candidat libéral dans la minorité, les socialistes étant en permanence au pouvoir à l'échelon local. Son soutien à Léopold III dans les années de la Question Royale, l'isole au sein du libéralisme local, et l'apparente à Ernest-John Solvay et au Baron Raymond Snoy. C'est ainsi qu'il meurt dans un quasi anonymat, du point de vue des autorités locales.

Demanet Claire : née à Waterloo (Château-Cheval) le 25 août 1908 et décédée à Braine-l'Alleud (rue d'Alconval 54) le 9 novembre 2001. Fille de Raymond Demanet et de Berthe Cheval. Epouse d'André Cauvin (né à Ixelles le 12 février 1907 et décédé à Braine-l'Alleud le 2 avril 2004) avocat, cinéaste et artiste connu. Deux enfants, Raymonde et Pierre Cauvin.

Demanet Clément Louis Joseph : né à Nil-Saint-Vincent (Brabant Wallon) le 18 mars 1845 et décédé à Braine-l'Alleud (Sart-Moulin) le 9 août 1885. Fils de François Demanet et de Marie-Henriette De Rycke. Son oncle, Ernest Florian De Rycke était notaire grand-place à Braine,Clément Demanet commence comme clerc de notaire chez lui. Il épouse le 27 septembre 1873, la fille de l'industriel Jean Joseph Pieret, Adeline (née Adèle Marie Clémentine) et s'installe dans la propriété dite de la verrerie et du bleu de Sart-Moulin. Il ne succéda pas à son oncle, malgré sa candidature, pour des raisons politiques. En 1876, commence alors à Braine, la lignée des notaires catholiques pour contrebalancer l'influence libérale alors dominante chez les notaires brainois. Il seconde alors son beau-père dans la direction administrative et commerciale du Bleu de Sart-Moulin. Il décède d'une broncho-pneumonie foudroyante, en quelques jours, malgré les soins du docteur Devroye. Il laisse trois enfants, deux garçons et une fille. Son épouse devient alors une des premières femmes industrielles de la région, son père Jean Joseph Pieret étant malade et infirme pendant les six dernières années de sa vie.

Demanet Léon: né à Waterloo (Chateau Cheval) le 15 septembre 1903 et décédé le 8 février 1995, en résidence avenue Carsoel à Uccle, mais domicilié à Braine-l'Alleud. Industriel, il succède à son père à la direction des engrais Demanet-Cheval. Président de la Fédération Nationale des Négociants et Détaillants en engrais chimiques. C'est lui qui fait construire dans les années 1920 et dirige l'usine d'engrais située en bordure des voies ferrées à Sart-Moulin. Il reprend aussi le flambeau de l'action libérale locale exercée par son père à Waterloo et son oncle à Braine-l'Alleud. Il est ainsi en 1927, à la tête de la Jeune Garde Libérale de Waterloo, et reste actif en politique jusqu'à l'aube de la seconde guerre mondiale. Il épouse Simonne Paret. Dont il a deux enfants, le médecin Jean-Claude Demanet et une fille, Micheline Demanet. Mobilisé en 1939 comme officier, il est prisonnier de guerre durant toute la durée de l'occupation allemande.

Demanet Raymond : né à Braine-l'Alleud (Sart-Moulin n°8) le 25 novembre 1876 et décédé à Waterloo (Mont-Saint-Jean, Chateau Cheval) le 16 août 1962. Epoux de Berthe Cheval. Cinq enfants : Léon, Jules, Yvonne, Robert, Claire. Fils de Clément Demanet et d'Adeline Pieret. Natif de Braine, il reçoit l'enseignement des Pères Jésuites du Collège Saint-Michel comme son frère aîné Armand. Il devient rapidement industriel où il seconde sa mère à la direction du Bleu de Sart-Moulin. Il devient le beau-fils de Léon Cheval, connut pour avoir commercialisé les engrais agricoles alors connus comme seuls fertilisants massifs. Il reprend la direction de cette seconde industrie au décès de son beau-père et est installé depuis 1903, au château Cheval, que Léon Cheval n'a habité qu'une seule nuit (témoignage de sa petite fille Claire épouse André Cauvin recueilli par Ph.B.)! Plus tard, ayant fait de fructueux achats de terres, il est sur le point d'acheter un lots de terrains bordant l'avenue Franklin Roosevelt, près de l'actuelle ULB. Il hésite, et achète divers biens en remplacement ! Il aurait ainsi pu revendre à une douzaine d'ambassades, établies plus tard sur ces emplacements.... Il eut aussi une activité politique locale à Waterloo, ainsi que comme conseiller provincial libéral. Ses enfants, après son décès, se verront obligés de vendre le château familial dont les devis relatifs aux frais de rénovation et d'entretien s'avérèrent insurmontables....

Demets Jean : né à Braine-l'Alleud le 19 juin 1880 et mort pour la Belgique à Amersfoot (Hollande) le 7 octobre 1918. Fils de Demets Jean-Joseph et de Algire Marie-Catherine. Soldat au 9ème Régiment de Ligne. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

Demeur Georges : né à Braine-l'Alleud le 1er février 1883 et décédé le 9 novembre 1918. Epoux de Bettens Lucie.

Demeur Maria : née à Haut-Ittre le 1er avril 1855 et décédée à Sart-Moulin le 28 décembre 1931. Epouse de Paesmans Cassien.

Denaigre Louis-Marie : né à Esneux le 21 mai 1944 et décédé à Braine-l'Alleud le 2 novembre 2010. Epoux de Denis Claire. Père de Pascale, Gaëtane et Frédérique Denaigre.

Denanglaire Jean-Luc : né à Uccle le 16 mai 1955 et décédé à Braine-l'Alleud le 21 décembre 2011. Epoux de Bertouille Chantal.

De Neunheuser François-Alexandre : né à Virton le 29 janvier 1836 et décédé à Braine-l'Alleud le 4 mars 1902. Entré au grand séminaire le 4 octobre 1856, ordonné prêtre le 17 décembre 1859, vicaire à Braine-l'Alleud le 30 juin 1860, curé à Zetrud-Lumay le 25 octobre 1880.

Deniet Marie-Philomène (Soeur Marie-Gertrude): décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud, le 17 octobre 1894 dans la 39ème année de son âge et la 10ème de sa vie religieuse.

Denis Marie-Louise : née à Braine-l'Alleud le 24 juin 1930 et décédée à Lillois le 22 octobre 2010. Epouse de Sempoux René. Mère de Sempoux Christian et Daniel.

Denuit Christiane: née à Braine-l'Alleud,le lundi 26 janvier 1931 et y décédée le lundi 16 avril 2012. Epouse de Corbisier Paul. Maman de Corbisier Geneviève, Brigitte et Françoise.

Denuit Jacqueline : née à Braine-l'Alleud le samedi 13 juin 1936. Epouse de Monsieur Bataille André décédé le lundi 29 décembre 2008. Maman de Bataille Michel et Pierre. Soeur de Denuit Christiane.

Depoortere Marguerite : née à Watermael-Boisfort le 23 mai 1923 et décédée à Braine-l'Alleud le 24 novembre 2007. Epouse de Dedoncker Jules. Maman de Dedoncker Nicole et Etienne.

Derbaix Adrien Joseph : né à Nivelles le 23 février 1780 et décédé à Braine-l'Alleud le 19 mai 1850. Fils aîné de Martin Derbaix et de Marie Joseph Diesbecq. Cultivateur, il grandit à Merbraine dans la Ferme de Cambrai (sécularisée en 1794 par le régime français) que ses grands-parents maternels exploitaient depuis plusieurs décennies. Il hérite avec son frère Philippe de nombreuses terres cultivables à Braine (pour un total de plus de 38 hectares) qui lui donne une assise financière confortable, malgré les temps troublés (de 1790 à 1832). Il acquiert en 1816 des héritiers Lefevre de Tournai les deux moulins du centre de Braine. Les moulins Wissekin et Bayart lui donnent ainsi le contrôle sur la production de farine. Il vivra en propriétaire foncier,résidant au Moulin Wissekin. Il ne se mêla pas à la vie politique, contrairement à son frère cadet Philippe. Il a épousé le 11 mai 1808 à Nivelles Marie Cécile Bauthier (native comme lui de Nivelles le 11 juin 1788 et fille de fermiers) avec qui il aura 6 enfants, dont Marie-Cécile l'aînée, Marie-Catherine, Joséphine, Théodore (médecin à Gilly), Charles et Héloïse. Sa veuve maintiendra la quasi intégralité du patrimoine familial, ne vendant que le moulin Bayart à Florian Delferrière en 1855.

Derbaix Charles : né à Braine-l'Alleud le 11 août 1819 et y décédé le 21 mai 1903. Fils d'Adrien Derbaix et de Marie-Cécile Bauthier. Resté célibataire, Charles Derbaix a aidé son père comme meunier puis après le décès de son père ne s'occupe que du négoce de grains. Il délaisse vers 1875 le 26 rue du chateau (maison d'habitation du moulin Wissekin) pour occuper la maison des Riches Marolles qu'habitait son oncle alors décédé, le bourgmestre Philippe Derbaix. Il passa une fin de vie en rentier et propriétaire foncier, mais fit des dons et un testament en faveur des pauvres de la commune. Ce qui lui vaut d'être inscrit autour de la porte de l'Hôtel de Ville (1er étage) au nombre des Bienfaiteurs de la commune.


Derbaix Marie-Cécile : née à Braine-l'Alleud le 22 mai 1809 et décédée à Tubize le 12 avril 1886. Fille d'Adrien Derbaix et de Marie Cécile Bauthier. Epouse de Lambotte Antoine natif de Waterloo.Ils eurent 7 enfants, René, Cécile, Marie-Catherine, Firmin, Joséphine, Anne-Marie et Charles Lambotte.

Derbaix Philippe : né à Nivelles le 4 septembre 1783 et décédé à Braine-l'Alleud (Rue de l'Hôpital n°4) le 14 février 1867. Fils cadet de Martin Derbaix et de Marie Joseph Diesbecq. Il est tout d'abord brasseur dans la rue du château entre son rachat de la brasserie Lejuste en 1808 et 1825, mais aussi cultivateur et distillateur de grains, puis rentier et propriétaire de terres de plus de 40 hectares sur Braine-l'Alleud et de 5 hectares sur Waterloo (article des matrices communales respectives nos 198 pour Braine-l'Alleud et 132 pour Waterloo). Il est une des plus terribles victimes des dommages de guerre lors des affrontements du 18 juin 1815, les Anglais ayant fêté la victoire de manière turbulente en mettant notamment le feu à sa ferme nouvellement bâtie sise à Merbraine et connue sous le nom de la ferme de la Mousseline. Il devient conseiller municipal en 1816, échevin en 1822 pour le rester jusqu'en 1836. A ce moment il s'efface pour laisser son beau-frère Jean Joseph Cloquet (époux Derbaix) siéger jusqu'en 1841. Puis il revient aux affaires communales et reste conseiller jusqu'au 31 décembre 1866, ne se représentant plus (étant malade). Il a donc siégé 45 ans au conseil communal ! Conseil qu'il préside puisqu'il est nommé Bourgmestre du 20 novembre 1856 à la fin 1866. Bien connu pour son catholicisme fervent, il encourage la création de la Mutuelle de Saint-François Xavier en 1854, et aussi la fondation de l'oeuvre de Saint-Vincent de Paul. Il préside celle-ci de sa création en 1862 jusqu'à son décès.Stoïque et détaché de l'esprit de gain, il fait le bien des plus démunis par vocation. Il est membre du Bureau de Bienfaisance de 18 à 18 et préside le Bureau de nombreuses années. Figure emblématique du catholicisme brainois au XIXème siècle, avant l'avènement de la "dynastie" Vanham. Il épouse à Waterloo le 22 août 1810,Pétronille (Sophie Joseph) Pastur fille de Philippe Pastur ( et aussi descendante directe du colonel Pastur de Waterloo surnommé "Jaco") et de Marie Bernardine Lejuste, ils n'ont pas eu d'enfants. Sa succession se fait entre les descendants de son frère Adrien Derbaix- Bauthier et ceux de Jean-Joseph Cloquet-Derbaix.Son neveu Charles lui succédera dans sa maison des Hautes Marolles , Rue de l'Hôpital.

De Roeck Léon : né à Leernes, le 17 juillet 1927 et décédé à Braine-l'Alleud (Villa 34), le 24 août 2005. Epoux de Glissoux Marie-Thérèse. Père de De Roeck Francine (née le 23 avril 1959), Monique, Cécile et Isabelle. A habité Chaussée d'Alsemberg 2, Avenue de l'Egalité et clos des Cyprès.

Derville Maria (Soeur Marie Ernestine) : née à Mignault le 24 décembre 1869 et décédée au Couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud, le 13 juillet 1928 dans la 35ème année de sa vie religieuse. A prononcé ses voeux, le 7 septembre 1896. Supérieure générale du Couvent de 1921 à 1928. A habité rue des Jambes.

De Ruytter Maria : née à Bruges le 1er février 1893 et décédée à Louvain le 25 juin 1935. Epouse de Glibert Georges, maman de Glibert Marie-Thérèse, Agnès, Marguerite, Marthe, Madeleine, Françoise, Jean et Alfred. Le service funèbre a été célébré en l'église paroissiale de Saint-Etienne, le 29 juin 1935 à 10 1/2 heures.

Désirant Lise-Marie :née à Braine-l'Alleud le 28 octobre 1894 et y décédée le 11 juin 1975. Pour d'autres infos, voir le blog sur les Désirant de Belgique.

Désirant Emile :né à Namur le 26 septembre 1862 et décédé à Braine-l'Alleud le 23 octobre 1913 à l'âge de 51 ans. Epoux de Boulvin Marguerite. Il s'installe en 1884 à Braine après avoir réussi des études de pharmacien. Il devient vite une personnalité de notre commune, et joint avec bonheur le goût pour la photographie (on lui doit notamment la photo de l'église avant les travaux de réfection du choeur en 1886), la musique et est aussi un commerçant affable et dévoué. Catholique, il ne briguera aucun mandat mais a participé à la mise en place des activités du " cercle catholique " peu avant 1900. Père d'Emile, Louise-Marie, Louis,... Désirant.

Désirant Emile : né à Braine-l'Alleud, rue de la Gendarmerie (actuelle rue Jules Hans), le 26 septembre 1904 et décédé à la clinique de Braine-l'Alleud, le 29 novembre 1979. Epoux de Verhaegen Marie-Jeanne avec qui il se maria le 14 juillet 1928 à Termonde. Père de 8 enfants dont 2 morts en bas âge. Le seul garçon survivant Désirant Emile devint bourgmestre de Braine-l'Alleud. En 1936, Emile (le père) devint journaliste à "La Libre Belgique". Il fut également président de l'Association des journalistes catholiques de Belgique et à ce titre fut reçu à plusieurs reprises par le Pape. Il fut aussi l'auteur des "Billets de Grand-Père" qui parurent dans la presse locale (Dimanche et Calendrier du Commerce) de 1974 à 1979 puis sous la forme d'un livre en 1981.

Désirant Emile : né à Dendermonde le 8 mai 1934 et décédé le 16 mars 2005. Fils d'Emile Désirant II et de Marie-Jeanne Verheggen. Etudiant en Droit à l'Université de Louvain (alors encore unitaire), il devient avocat, inscrit au barreau de Nivelles. Il est avec Willy Barette et Emmanuel Hendrickx, co-fondateur de la Maison des Jeunes de Braine-l'Alleud (1964), puis se lance dans la politique la même année, en devenant conseiller communal PSC dès le début 1965. En 1959, il a repris la direction du Royal Cercle Musical qu'il assumera jusqu'en 1972. Entre temps, il est devenu échevin à l'issue des élections d'octobre 1970. C'est surtout dans les matières culturelles et dans les oeuvres sociales qu'il marquera la commune par son dévouement. En 1977, dans un Braine-l'Alleud des fusions communales, il devient Bourgmestre et le reste du début 1977 au mois de mars 1983. Il se retire alors de la vie politique locale et devient Juge au Tribunal du Travail de 1984 à 1994 puis sera Conseiller à la Cour du Travail jusqu'à son retrait de la vie active en 2001. Connu sous le pseudo affectueux de "Milo" il fut très populaire et très accessible en tant qu'homme public.

Desmet Marie-Antoinette (Soeur Marie Agnès) : décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 22 avril 1886 dans la 55ème année de son âge et la 29ème de sa vie religieuse.

Detienne Joseph: né à Nil-Saint-Vincent Saint Martin le 21 mars 1909 et décédé à Braine-l'Alleud le 4 février 2006. Epoux de Wautier Marie-Thérèse. A habité Chaussée de Mont-Saint-Jean, 176.

Detry Thérésa : née à Braine-l'Alleud, le 13 janvier 1912 et y décédée le 28 août 2008. Fille de Detry Fernand et de Luckx Clémentine. Epouse de Dubois Firmin le 2 décembre 1933 à Braine-l'Alleud. Mère de Dubois Michel et Francine.

Detry Thérésa









De Villaer Simone : née à Saintes le 23 février 1930 et décédée à Braine-l'Alleud le 3 novembre 2010. Epouse de Devel Ernest.

Devillers Adrien Joseph Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 7 décembre 1874 et y décédé le 8 mai 1952. Fils d'Etienne Devillers et de Joséphine Cloqué (orthographiée aussi Cloquet).Issu d'une famille très modeste, il grandit au hameau de la Planche-aux-Pêcheurs.Dès son adolescence, sensibilisé aux problèmes de précarité liés à la condition ouvrière, il devient militant des idées progressistes prônées par l'instituteur Alphonse Allard.Il participe, aux côtés des Hans père et fils, d'Henri et Ernest Laurent, à la fondation de la Ligue Ouvrière régionale en 1887 et à l'inauguration de la Ligue locale de Braine-l'Allleud en 1893 (fête et discours au Quartier Saint-Jacques devant la maison des Hans, et procession jusqu'à l'Estrée avec le drapeau de la Ligue). Ouvrier maçon, il fait partie du comité du syndicat créé par Gosselin en 1900. Le 6 avril 1901 il épouse Odile Bernier, fille de François Bernier, contre-maître de tissage, et s'établit en ménage à l'Estrée.Sa fille Elvire y nait le 26 avril 1903 (plus tard épouse de Louis Decreton). Il est également un des fondateurs de la seconde Maison du Peuple inaugurée place du Môle en juin 1911. Il participe à l'essor la mutuelle Socialiste, la même année.En 1922, il est secrétaire de la Maison du Peuple où il gère aussi le débit de boisson. Il habite au n°21 de la Grand-Place dès la fin des années 1920,et c'est au centre de la localité qu'il réside jusqu'à son décès. Dans le journal nivellois socialiste Jean Prolo,le chroniqueur brainois lui rend un hommage ému la semaine suivant son décès. Son épouse est décédée en 1951. Adrien Devillers a incarné à Braine-l'Alleud le militant désintéressé, idéaliste. Il ne brigua aucun mandat public et ne se présente pas sur les listes électorales brainoises.


Devillé Jean : né à Ohain, le 4 septembre 1925 et décédé à Braine-l'Alleud, le 29 mars 2010. Epoux de Van Loock Janine. Père de Devillé Luc, Marie-Paule, Bernadette et Marc.

Devrais Antoine : né à Braine-l'Alleud le 27 novembre 1829 et y décédé le 21 octobre 1896. D'abord ouvrier teinturier chez Jean-Baptiste Jacobs, il devient commerçant en ouvrant dans les années 1870, une pâtisserie et confiserie réputée au coin de la grand-place et de la rue du Môle (n° 2). Son fils reprendra ce commerce. Epoux de Jeannette Olivet.

Devroede Gustave : né à Braine-l'Alleud le 5 mai 1877 et décédé à Uccle le 12 décembre 1956. Epoux de Van Volsem Jeanne-Marie (née à Rhode-Saint-Genèse, le 12 février 1880). Papa de Devroede Anne-Marie (née le 9 septembre 1904), Devroede Josepha-Pauline (née le 18 janvier 1907) et Devroede Joseph (né le 27 novembre 1915) qui sera élève, professeur puis directeur au Collège Cardinal Mercier.

Devroede René: né à Tubize le 3 décembre 1877 et décédé à Braine-l'Alleud le 18 avril 1952. Epoux de Anna Marie Ghislaine Hazard (3 décembre 1873- 9 février 1955) il s'installe à la Rue des Tisserands reprenant la boulangerie de son beau-père. Il y exercera son métier jusqu'au début de la seconde guerre mondiale. Il fut membre puis vice-président (après la démission fracassante de l'industriel Jules Gérard début 1927) du cercle libéral Le Progrès. Ancien boulanger, il préside aussi les dîners de la Saint-Aubert après guerre et jusqu'en 1951. Père de Désiré Devroede et grand-père de René Devroede, également patrons boulangers.

Diesbecq Lucie : née à Ophain le 27 juin 1855 et décédée à Braine-l'Alleud le 31 décembre 1937. Epouse de Vanderplanck Léopold.

Diesbecq Lucie










Diesbeck Fernand: né à Braine-l'Alleud le 25 février 1901 et y décédé le 4 juin 1921.

Draguet Adolphe : né à Braine-l'Alleud le 1er mai 1812 et y décédé le 21 juillet 1885. Fils de Jean-Joachim Draguet et de Catherine Berrière. Fabricant de bas, ensuite commerçant et cabaretier. Epoux de Eugénie Augustine De Rue, petite-fille du fermier du Ménil, Adrien De Rue, ils s'établissent face à la chapelle Notre-Dame-des-Fièvres, au Ménil, entre 1837 et 1845 où ils ont leurs 7 enfants. Ensuite, ils achètent et résident rue du château n° 14. Fondateur, avec son fils Auguste, de la maison de commerce Draguet, qui s'orienta surtout vers la quincaillerie.

Draguet Jean Joachim : né à Braine-l'Alleud le 21 décembre 1838 et décédé à Cortil-Noirmont le 29 août 1886. Fils d' Adolphe Joseph Draguet fabricant de bas et d' Eugénie Augustine De Rue, Jean Joachim est né au Ménil (face à la Chapelle Notre-Dame des Fièvres) comme sa soeur cadette Sidonie, ses parents étaient locataires de Prosper Gouttier. Il fait son séminaire à Malines et est ordonné prêtre dans cette ville le 23 décembre 1865. Le 9 janvier 1866 il devient vicaire à Braine-l'Alleud où il retrouve Adolphe Hoofs le curé qui lui a inculqué les premiers rudiments de l'éducation catholique. Il reste son plus proche adjoint, notamment lors de la lutte scolaire en 1879. Il est cependant nommé Curé à Cortil-Noirmont le 19 mars 1880. L'enquête sur l'application de la loi Van Humbeek (voir la notice sur le Curé-Doyen Hoofs) dénonce son caractère rigoureux et ultramontain comme exemple d'un catholicisme sévère et radical.

Draguet Sidonie : née à Braine-l'Alleud le 3 mars 1840 et y décédée le 10 août 1878. Née au Ménil comme son frère, elle est restée célibataire. Très pieuse, elle se dévoue à la communauté des Soeurs Marolles et est nommée conseillère de la Congrégation de l'Immaculée Conception de Marie. Elle est décédée dans la demeure de ses parents, rue du château.

Dubois Firmin : né à Braine-l'Alleud, le 19 février 1910 et y décédé le 28 juillet 1996. Fils de Dubois Auguste et de Flamand Elisabeth. Epouse Detry Thérésa le 2 décembre 1933 à Braine-l'Alleud. Père de Dubois Michel et Francine.

Dubois Firmin









Dubois Yvonne : née à Braine-l'Alleud, le 7 décembre 1907 et y décédée le 8 février 2015 à l'âge de 107 ans. Epouse de Degreef Oscar. Fille de Dubois Auguste et de Flamand Elisabeth.

Dubois Georges : né à Rosières le 22 mai 1926 et décédé à Blankenberge le 13 août 2010. Epoux de Leclercq Anne puis compagnon de Devries Marie-Joséphine.

Dubois Laure : née à Braine-l'Alleud, le 30 avril 1916 et y décédée inopinément le 26 novembre 1997. Soeur de Dubois Wilhelmine. Epouse de Arcq Elie. Mère de Arcq Etienne, ?, Françoise et Michèle. A habité Avenue Napoléon.

Dubois Wilhelmine : née à Braine-l'Alleud, le 15 juin 1914 et décédée à Ittre le 27 février 2002. Soeur de Dubois Laure. A habité Chaussée Reine Astrid et en Afrique.

Dubus Marie-Juliette : décédée à Braine-l'Alleud le 27 janvier 1894 à l'âge de 21 ans et demi. Epouse de Cailliau Georges.

Dugauquier Marguerite-Marie : née à La Louvière, le 6 mai 1923 et décédée à Braine-l'Alleud, le 6 décembre 2009. Epouse de Legrand Camille. Mère de Legrand Bernard et Philippe. Décorée de la Croix-Rouge(1946) et de la Reconnaissance Nationale (1951). A habité Rue du Ménil.

Duhoux Irma: née à Ophain le 1er janvier 1883 et décédée en 1981. Fille de Duhoux Jean-Louis et de Wilputte Henriette. Epouse de Vanderplanck François.

Duhoux Joseph : né à Ophain le 18 mars 1886 et mort pour la Belgique à Angleur le 5 ou 6 août 1914. Fils de Duhoux Henri et de Rimbert Elise, époux de Flamand Léona. Soldat au 1er Chasseurs à pied. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

Duhoux Marcel : né à Braine-l'Alleud, le 28 mars 1929 et décédé inopinément à Woluwe-Saint-Lambert, le 25 février 1994. Epoux de Keller Monique. Père de Duhoux Marc et Guy. A habité avenue Général Ruquoy.

Dulière Charles : né à Braine-l'Alleud, le 27 novembre 1928 et y décédé le 10 décembre 2011. Epoux de Wautier Marie-Jeanne. Père de Dulière Luc et ....

Dupierreux Justinien : né à Braine-l'Alleud le 9 juillet 1832 et y décédé le 26 mai 1913. Fils de Maurice Dupierreux et de Florentine Melin. Tisserand, journalier, puis garde particulier et rentier (il fit rebâtir plusieurs anciennes maisons de la rue du Champ-Craya vers 1905 - 1910, dont la sienne). Il épouse Octavie Pierre le 16 septembre 1864. Membre de la société des Anciens militaires sous Léopold 1er, il est aussi le fils d'un ancien volontaire de 1830, et à c'est à ce titre qu'il apparaît sur la photo du 18 juin 1905 prise sur le porche de l'Hôtel-de-ville, à la droite du porte-drapeau (Jean-Baptiste Adriaens).


Dupire Arthur(Eugène) : né à Monceau-sur-Sambre le 2 février 1879 et décédé à Braine-l'Alleud le 8 décembre 1949. Avocat, il s'installe à Braine-l'Alleud le 28 juin 1906 Rue de l'Hôpital. Il est rapidement intégré à la section locale du parti catholique, pour lequel il militera jusqu'à la fin des années vingt. Il épouse Marguerite Gosset (1888-1965) dont il a quatre enfants. Il est conseiller communal entre 1921 et 1930. Il doit démissionner pour cause de santé, des troubles graves l'empêchant de poursuivre sa carrière tant politique que professionnelle. Il fut cependant, avant ce moment, un des meilleurs orateurs publics et fut regretté de bien des amis.

Dupire Jacques : né à Braine-l'Alleud le 13 mars 1914 et décédé à Bruxelles le 1er octobre 1945. Fils de l'avocat Dupire Arthur et de Gosset Marguerite. Frère de Dupire Paule et Michel. Epoux de Ostyn Marie-Elisabeth. Père de Dupire Anne-Marie. Avocat.

Duray Fernande : née à Braine-l'Alleud, le 8 novembre 1850 et y décédée le 9 mai 1928. Epouse de Gravis Léopold.

Dury Ernest : né à Braine-l'Alleud le 13 janvier 1893 et mort pour la Belgique le 22 septembre 1915. Fils de Dury Pierre et de Marin Marie-Albertine. Soldat au 2ème Régiment de Chasseurs à pied. Entré à l'établissement sanitaire l'Océan de La Panne le 22 septembre 1915 par suite de plaies multiples provoquées par des éclats de bombe d'avion. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

E

Eloy Firmin : né à Braine-l'Alleud, le 24 avril 1919 et tombé au champ d'honneur à Bavikhove (Courtrai), le 24 mai 1940. Soldat au 25ème de Ligne.

Equenne LouisJoseph Désiré Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 16 octobre 1836 et y décédé le 4 septembre 1887.Fils de Désiré Louis Equenne et d'Amélie Nicaise. Négociant en textiles. Epoux de Julie Philomène Vandercappel, originaire de Lasne Chapelle-Saint-Lambert. Né à la Grand-¨Place, au coin de la rue du château, il y vivra toute sa vie. Parmi ses enfants, Alfred et Louis (voir ci-dessous)sont devenus des brainois connus pour leur engagement libéral dès la création du cercle Le Progrès (1884) et c'est son fils Emile (né le 30 janvier 1871) qui reprendra à son décès le négoce de tissus paternel avec l'aide de son frère Victor (né le 15 février 1873) qui fut le représentant itinérant de la firme familiale. En fin de vie, il fit bâtir une vaste maison à la Station, actuelle rue des Croix de Feu, qu'il ne put habiter, mais que ses enfants et sa veuve gardèrent ensuite.

Equenne Louis Alphonse Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 14 février 1877 et y décédé le 17 janvier 1943. Fils de Louis Joseph Désiré Equenne fabricant de tissus et commerçant et de Julie Vandercappel également commerçante. Né à la Grand-Placé n°18, son père décède inopinément âgé de 50 ans, le 4 septembre 1887. Sa veuve et ses 5 enfants déménagent quelques semaines plus tard dans une vaste maison en face de la gare, que son père désirait occuper en automne. Sa veuve reste très active et est soucieuse d'éduquer au mieux toute sa famille. Alors que ses frères aînés Emile et Victor reprennent dans les années 1890 l'activité du textile, Louis entre à L'Université Libre de Bruxelles en octobre 1895 et sort en 1902 docteur en médécine. Il devient alors Interne des Hôpitaux civils de la ville de Bruxelles. Comme sa mère a utilisé au mieux les finances issues du commerce textile, elle a fait bâtir plusieurs maisons et bâtiments de la rue de la Gendarmerie (entre autres, l'actuel foyer socio-culturel)ce qui permet à Louis Equenne d'ouvrir en 1906, une clinique privée dans une de ces maisons, le numéro 12. Il épouse Jeanne De Bluts née à Ixelles le 26 septembre 1883, mais ils n'auront pas d'enfants. Sa clinique chirurgicale contient aussi une section de maison de convalescence. Il y accueille une clientèle aisée, ce qui ne l'empêche pas de soigner aussi des personnes défavorisées. Faisant partie d'une famille libérale, il représente ce parti lors des élections communales d'octobre 1926, remportant le 5ème meilleur score des votes de préférences juste après les grandes familles Demanet, Gérard et Jacobs. Mais il se retire de la vie politique aussitôt après le scrutin. Il déménage sa clinique chirugicale et ferme la maison de convalescence au tournant de la seconde guerre mondiale. Son établissement est alors situé au n° 15 et 17 de la rue du château, et sa veuve revendra aussitôt cette clinique alors prospère à un médécin qui va défrayer la chronique : Célestin Rinchard.(Affaire Rinchard de dimension nationale).

Equenne Marguerite : née à Braine-l'Alleud le 14 mars 1903 et décédée après une courte et pénible maladie le 6 novembre 1907. La messe d'ange a eu lieu le lundi 11 novembre à 9 1/2 heures.

F

Félix Anne Ghislaine née à Braine-l'Alleud le 22 mars 1840 et y décédée le 6 novembre 1917. Fut préfète de la Congrégation de la Sainte Vierge et du Tiers Ordre de Saint-François.

Félix Félix Guillaume Joseph : né à Ohain le 25 juillet 1816 et décédé à Braine-l'Alleud le 15 octobre 1899. Fils de Pierre Ignace Félix et de Anne-Marie Hanouille tous deux de Ohain, il épouse Marie Catherine Delporte de Braine-l'Alleud et vient s'établir dans notre commune un peu avant 1840. Marchand de denrées comestibles, il tient un magasin durant près d'un demi-siècle, sur le coin de la rue du Mol et des Jambes. Il y vend surtout des liqueurs et autres boissons alcoolisées. Il est conseiller communal à partir du 25 juin 1853, et le reste jusqu'à sa démission du 27 février 1861. Il est aussi échevin entre le 17 janvier 1857 et sa démission du 27 février 1861. Il est de tendance nettement libérale, hédoniste, ce qui lui vaut d'avoir les honneurs de la plume du Curé Adolphe Hoofs, en 1858, qui lui prête un orgueil et une vanité démesurée ! Mais Félix reste le "bienheureux", une fois son tablier communal cédé à un autre collègue, alors receveur de la Bienfaisance,et aussi amateur de liqueurs, François Lauchay. Toutefois, pour montrer son opposition à la "jeune génération" libérale au pouvoir depuis 1867, il se présente sur la liste catholique en 1878. Les temps avaient changé. Fut aussi membre de l'Harmonie de Braine, et membre honoraire (il a fait partie du voyage mémorable à Merville en 1894). Sa fille Anne Ghislaine était par contraste avec son père, d'une grande conviction chrétienne (voir ci-dessus). Il est cité dans les " Billets de Grand Père " d'Emile Désirant.

Flamand Jean Pierre dit Pierre : né à Braine-l'Alleud le 8 décembre 1837 et y décédé le 5 juin 1911. Fils de Pierre Joseph Flamand et de Marie Joseph Daille. Père et fils sont menuisiers et sont établis de longue date à l'Estrée.Il épouse le 9 février 1870 Hélène Depester, fille de Jean Depester et de Marie Joseph Deprez. Pierre Flamand fut le premier échevin socialiste de Braine-l'Alleud. Militant dès les premières années (1887 - 1893) qui visent à émanciper le mouvement ouvrier de l'aile progressiste du Cercle Libéral le Progrès, Pierre Flamand est un des proches d'Alphonse Allard, instituteur communal pionnier des luttes ouvrières en Brabant Wallon. Il se présente aux élections communales de 1899 sur la liste de cartel libéral - socialiste, il est élu et devient ainsi conseiller communal. Pendant la période de la majorité catholique de 1904 à 1911, il est appelé, le 15 octobre 1910 par le Collège échevinal à remplacer l'échevin décédé Edouard Vandercam et devient ainsi le premier échevin ouvrier chargé des travaux publics et de l'enseignement. Malheureusement, il ne pourra consacrer que quelques mois à l'intense activité qui l'absorbe. Il décède inopinément et sera regretté unanimement par toutes les sensibilités. Ses obsèques ont réuni la grande foule. Son fils Pierre Joseph Flamand né le 23 janvier 1871 lui succédera au sein du conseil communal, reprenant le flambeau paternel, mais restera mandataire communal jusqu'en 1952, alors âgé de 81 ans ! Une longévité seulement dépassée par celle d'Antoine Charlier (voir notice ci-dessus). Sources : Brania 2006/2 et 2007/1 Aux Urnes, citoyens ! Texte de Ph.Buchelot.Etat-civil de la commune de Braine-l'Alleud.


Fleuvy André : né à Braine-l'Alleud le 25 décembre 1923 et y décédé le 17 septembre 2010. Epoux de Buelens Wivine.

Fortamps Augustin Joseph: né à Braine-l'Alleud, le 22 avril 1781 et y décédé le 13 septembre 1854. Il fut échevin de Braine-l'Alleud pendant 56 ans.

François Alexis Joseph Ghilain : né à Braine-l'Alleud le 5 octobre 1793 et décédé à Mons le 16 décembre 1854. Fils de Jacques Joseph François et de Anne Françoise Demeure. Son père était tanneur rue Bayart et sa soeur épousa Félicien Mercier qui reprit le commerce de peaux de son beau-père. Alexis François est connu essentiellement en tant que militaire, sous l'Empire et aussi comme commandant des volontaires brainois de 1830. Son dossier conservé aux Archives Générales du Royaume précise qu'il s'est engagé volontairement le 12 octobre 1812, et fut affecté au 1er régiment de Hussards de Carcassonne, puis versé au 4ème Régiment de Hussards de l'Empire de 1812 à 1814, ayant ainsi participé à la Campagne de Saxe (printemps - automne 1813). Il resta sous les drapeaux pendant la période Hollandaise, en tant que brigadier aux Dragons n°5 et participa aux batailles des Quatre-Bras et de Waterloo. Malgré un avancement en tant que Maréchal des Logis au même régiment, il connut le sort de nombreux officiers belges en temps de paix : il fut licencié le 19 mai 1824.

Le dossier des combattants de 1830 précise : " Le 5 septembre 1830, avec d'autres jeunes gens et sous la conduite de Lucien Mercier, il arbora le drapeau brabançon aux couleurs noir, jaune et rouge au sommet du Lion de Waterloo, ainsi qu'au clocher de l'église de Braine-l'Alleud."

Il participa avec les volontaires brainois aux combats du Parc de Bruxelles dès le 24 septembre en fin de journée, ainsi qu'à tous les combats décisifs pour l'indépendance de la Belgique, jusqu'au siège de la citadelle d'Anvers en octobre et novembre 1830. Louis Hymans, historien précise dans son Histoire de Bruxelles en 3 volumes, qu'il fut blessé par feu à la face lors des affrontements du Parc. (annexe au chapitre X du second tome : liste des décorés de la médaille de fer commémorative de la révolution de 1830). A la tête d'une délégation des anciens militaires de Genappe et Braine-l'Alleud, il est présent à la revue du général Mellinet lors de l'intronisation de Léopold 1er le 21 juillet 1831. Le 27 septembre 1832, après avoir aussi participé aux combats du mois d'août, il reçut avec le Bourgmestre Edouard Gouttier et trois anciens combattants le drapeau d'honneur décerné à la Commune par l'Etat Belge. Caserné à Mons fin des années 1830, il resta domicilié dans cette ville jusqu'à son décès.

Sources : Dossiers des anciens militaires et volontaires de 1830. A.G.R. Le général Anne François Mellinet et sa brigade " La Victorieuse ", les origines du 3ème Chasseurs à pied, Bruxelles, Editions de la Fourragère, 1947, tome 2 (article sur Genappe et notes) par Louis Leconte. Bruxelles à travers les âges, en 3 volumes, par Louis Hymans (le troisième volume Bruxelles moderne a été rédigé par Paul Hymans, neveu de Louis. L'annexe du chapitre 10 du second tome comprend le détail des officiers actifs pendant la révolution belge)


Francq Dieudonné : né à Braine-l'Alleud le 16 octobre 1879 et mort pour la Belgique à Soltau (Allemagne) le 22 février 1917.Fils de Francq Edouard et de Jonet Véronique. Maçon. Déporté en Allemagne en novembre 1916. Son corps a été ramené et inhumé à Braine-l'Alleud au début d'octobre 1926.

Francq René : né à Lillois le 3 août 1893 et mort pour la Belgique à Zuytschoote le 24 avril 1915. Fils de Francq Anatole et de Herrent Louise. Sergent au 1er Régiment de Grenadiers, matricule 49125.

G

Gailly Georgette : née à Ophain le 8 juillet 1920 et décédée à Braine-l'Alleud, le 22 décembre 2012. Epouse de Deridder Vital. Maman de Deridder André et Liliane.

Geerts Emile : né à Braine-l'Alleud le 22 juillet 1920 et y décédé le 28 octobre 2003. Fils de Gustave Geerts et de Zélie Huriaux. Employé communal de la fin de la seconde guerre mondiale jusqu'à sa retraite en 1985. Musicien à l'Harmonie de Mont-Saint-Pont de 1928 à 1935 (clarinettiste). Epoux d' Esther Adrians (fille d'Alfred Adrians et d'Alida Goesens), ils ont eu deux enfants. Habitait Sart-Moulin, rue Hyppolite n°7.

Gérard Gustave: né à Bruxelles le 31 octobre 1863 et décédé à Braine-l'Alleud le 8 août 1937. Epoux de Valentine Tasson avec qui il eut deux filles, Ghislaine et Suzanne. Second fils d'Hilaire père et de Julie Spelkens. Industriel, propriétaire foncier, il fit bâtir le " château de Mont-Saint-Pont" en 1898.Il est directeur du tissage de Mont-Saint-Pont, où il met au point et fait breveter un nouvel outillage mécanique avec son contre-maître Schneider. Il vécut dans son château avec sa famille et ses deux frères cadets, Jules et Léon. Avec la crise financière et économique du début des années 1930, il décide de vendre son usine après 1934. Officier d'Académie des Arts et Métiers, il participait aux concours de fins d'études des métiers industriels.

Gérard Hilaire "père" : né à Braine-l'Alleud le 31 mars 1835 et décédé à Bruxelles, rue du Midi n° 96, le 8 juin 1896. Epoux de Julie Spelkens en premières noces, de Stéphanie Thomas (native de Farciennes) en secondes. De ces deux mariages, il eut 5 fils qui jouèrent un rôle important dans le développement de la maison industrielle et commerciale de leurs auteurs. Hilaire père débute comme simple tisserand, ensuite devient contre-maître pour un négociant en toiles de Bruxelles. Il monte dans la capitale au début des années 1860. Il fonde la maison de commerce : " Gérard frères " avec son frère cadet Jean-François et avec le soutien financier de son père. En 1869, sa maison devient industrielle avec le rachat de l'ancienne filature Boucher à Mont-Saint-Pont. Mais il retarde ses investissements par prudence, jusqu'à la mise en fonction de la liaison ferroviaire Braine-l'Alleud - Bruxelles et Charleroi. Dès lors il transforme la filature en grand tissage de toiles mi-coton, mi-laine. Cette fabrique complète la teinturerie familiale établie dès 1866 et dirigée alors par son frère. Il vit en partie à Bruxelles (avenue du Midi 96-98-100) en partie à Braine-l'Alleud, à Mont-Saint-Pont où il acquiert de nombreux terrains. Avec ses fils, il fonde une puissance financière et investit dans l'immobilier. Il a vécu cependant très simplement. Il fut aussi conseiller communal à Braine-l'Alleud de 1875 à 1895. Chevalier de l'Ordre de Léopold.

Gérard Jean-François : né à Braine-l'Alleud le 9 février 1837 et décédé à Wauthier-Braine le 30 juillet 1908. Fils de Grégoire Gérard et de Anne Joseph Lambert. Fils cadet, il participe avec Hilaire et son père à la mise sur pied d'un ensemble industriel d'envergure. Directeur de la teinturerie du Castegier de 1866 à 1900, il réside tour à tour à Braine-l'Alleud, à Bruxelles et enfin à Wauthier-Braine. Ayant racheté l'ancienne filature de cette dernière commune, il y réside jusqu'à son décès. Il a aussi été quelques années bourgmestre de Wauthier-Braine, succédant à Constantin Jourez, également natif de Braine-l'Alleud et faisant partie du groupe familial Wayez - Jourez. Epoux de Marie-Louise Uytborghs,sans descendance.


Gérard René-Hilaire : décédé le 20 juillet 1875 à l'âge de 7 mois. La messe d'ange a eu lieu le mercredi 21 juillet à 9 heures en l'église paroissiale de Braine-l'Alleud.

Gerrebos Emerance: née à Braine-l'Alleud le 22 janvier 1793 et y décédée le 18 janvier 1866. Fille d'Henri Gerrebos (natif d'Huizingen) et de Jeanne Catherine De Naeyer (native de Buizingen) cultivateurs. Emerance épousa en premières noces Philippe Joseph Croquet, fermier à Tout Lui Faut (entre l'Ermitte, Sept-Fontaines et Odeghien) dont elle a deux enfants, Marie Barbe Croquet (née le 21 août 1815) qui sera la mère du Cardinal Mercier et Adrien Croquet le 10 avril 1818 (voir notice détaillée à son nom). Mais elle perd son mari deux mois avant la naissance de son fils, le 18 février de la même année. Ensuite, le 13 septembre 1820 elle épouse en secondes noces, le cultivateur à l'Ermitte, Antoine Charlier (voir notice à son nom). Elle aura 9 enfants de ce mariage qui sera heureux, les enfants des deux lits ne formant qu'une seule vraie famille. En 1863, toute sa famille vient résider dans la rue des Jambes prolongée vers la rue du château, au n° 24 et 26 qui sera sa dernière demeure. Exemple de mère courage, très pieuse, Emerance est restée dans la mémoire familiale comme une femme exceptionnelle de dévouement et d'espérance constante.

Gervy Emile : né à Braine-l'Alleud, le 5 août 1877 et y décédé le 3 octobre 1960. Fils de Thélesphore Gervy, maçon à l'Estrée et de Sylvie Mairesse, couturière. Epoux de Léonard Marie. Il commence sa carrière comme employé à la comptabilité de la firme Cornil de Genval et ensuite à Jumet. Il est ensuite nommé par la majorité catholique comme secrétaire communal de Braine-l'Alleud en séance du 4 août 1906,(approuvé par la Députation Permanente ensuite) et restera en fonction jusqu'en 1951. Président du Bureau des Marquilliers de la Fabrique d'église de la paroisse Saint-Etienne et président honoraire de la Conférence de Saint-Vincent de Paul.

Gervy Emile
Gervy Ernest










Gervy Ernest : né à Braine-l'Alleud, le 3 mars 1881 et y décédé le 25 janvier 1918.Fils de Thélesphore Gervy et de Sylvie Mairesse. Epoux de Castiaux Marie. Il était trésorier de l'association de Saint François-Xavier, président de la chorale Pie X et membre de la Garde d'Honneur et du Patronage.

Gervy Jean-Baptiste : né à Braine-l'Alleud le 28 avril 1850 et y décédé le 18 novembre 1887.Fils de Florian Joseph Ghislain Gervy et de Marie Joseph Vanpé, il était cordonnier et est resté célibataire.

Gervy Julie : née à Braine-l'Alleud le 2 avril 1854 et y décédée le 19 septembre 1942 épouse de François Kégelart (1845-1917) fut la courageuse mère d'une famille de douze enfants. Après avoir habité, pendant son mariage, le numéro 5 de la Rue du Château, elle résida ensuite au numéro 13 de la Rue des Brasseurs. Parmi ses enfants, on distingue Pierre Kégelart, Omer et Alfred Kégelart qui furent trois personnes marquantes du Braine-l'Alleud du milieu du 20ème siècle. Voyez sa photo sur son pas de porte avec son fidèle petit compagnon.

Julie Gervy et son compagnon.
Sylvie Gervy.












Gervy Télesphore Joseph : né à Braine-l'Alleud le 12 juin 1851 et y décédé le 20 mai 1919. Fils de Jean-Baptiste Gervy, maçon et de Marie-Thérèse Courbet (native de Lasnes Chapelle-Saint-Lambert). Epoux de Mairesse Zélie. Maçon et père d'Emile et Ernest Gervy, notables catholiques de notre commune.

Gervy Sylvie : née à Braine-l'Alleud le 6 septembre 1883 et y décédée le 7 novembre 1960. Epouse de Pays Alexandre.

Ghignet Julia : née à Ohain le 13 janvier 1883 et décédée à Braine-l'Alleud le 21 février 1978. Epouse de Jacob Clément. Maman de Jacob Loulou(?) épouse de Pays Ernest. Grand-mère de Pays Yves,Anne et Dominique.

Ghigny Eugène : né à Petit-Roeulx, le 17 novembre 1817 et décédé à Lillois le 8 janvier 1908. Epoux de Denis Marie-Anne.

Ghysebrechts Augusta : née à Schilde, le 21 septembre 1889 et décédée à Braine-l'Alleud, le 14 mars 1974. Fille de Ghysebrechts Ernest et de Van de Velde Marie Stéphanie. Epouse de Castiaux Omer. Mère de Castiaux Marcel (né le 2 février 1915), Ernest (né le 24 juin 1916), Robert(né le 23 février 1918), Jules (né le 6 février 1920), Raymond (né le 8 novembre 1921), Etienne (né le 3 juin 1923) , Marie-Madeleine (née le 27 juillet 1924), Edmond (né le 8 mars 1925), Simone (née le 6 juillet 1927) et André (né le 23 décembre 1931).

Gilbert Cathy : née à Elisabethville (Congo belge), le 12 août 1958 et décédée à Braine-l'Alleud, le dimanche 8 juin 2003 après une longue et pénible maladie. Epouse de Collet Jacques. Mère de Collet Benoît, Aline et Donatienne.

Gillis André Antoine Joseph : né à Thisnes-lez-Hannut (province de Liège) le 29 septembre 1863 et décédé à Braine-l'Alleud le 13 août 1949, fait des études de droit notarié, milite au sein de la jeunesse libérale de Jodoigne (porte-drapeau). Il est nommé notaire en 1897 et est le successeur de Maître Hautrive à Braine-l'Alleud. Son étude est située tout d'abord rue de la Gendarmerie, ensuite avenue du Parc où il fait construire en 1899-1902, une splendide propriété (actuel centre Belgacom Proximus, ancienne banque ING). Il exerce son ministère public jusqu'en 1927. Il aura comme successeur son beau-fils Paul Glibert époux de Marguerite Gillis. Il fait une carrière politique assez brève mais brillante. Il est échevin des finances et des travaux lors de la période 1904-1911, qui coincïde avec la majorité catholique. Il se retire de la vie politique au lendemain de la première guerre mondiale. Président puis président honoraire de la commission de discipline des notaires de l'arrondissement de Nivelles. Chevalier de l'Ordre de la Couronne, chevalier de l'Ordre de Léopold et membre de la Ligue du Sacré Coeur. Marié avec Clémence Delfosse dont il a deux filles : Marguerite et Marie-Louise.

Gillis André. Collection : Pierre Chantraine.









Gillot Pierre : né à Braine-l'Alleud, le 12 juin 1849 et y décédé inopinément le 7 janvier 1904 après une courte maladie. Epoux de Castiaux Sidonie.

Gilot Virginie-Philomène : née à Braine-l'Alleud le 31 janvier 1846 et y décédée le 3 juillet 1908. Epouse de De Both Jean.

Gilson Lucie Gabrielle (Gaby) : née à Bertrix le 18 mars 1913 et décédée à Braine-l'Alleud le 26 novembre 2009. Epouse de Ravet René. Maman de Ravet Jean-Claude et Monique.

Gilsoul Achille : né à Jodoigne le 1er janvier 1863 et décédé à Braine-l'Alleud, le 18 mars 1923. Epoux de Gervy Maria.

Girboux Alphonsine : née à Braine-l'Alleud le 27 décembre 1880 et y décédée le 18 novembre 1897.

Girboux Léon-Joseph : né à Braine-l'Alleud le 29 octobre 1878 et y décédé le 27 janvier 1906. Epoux de Bovri Adèle.

Girboux Marie : né à Braine-l'Alleud le 9 janvier 1872 et y décédée le 9 février 1902. Epouse de Giblet Henri.

Glibert Adrien : né à Braine-l'Alleud le 5 mai 1808 et y décédé le 26 juillet 1883 à l'âge de 75 ans. Epoux de Boucquéau Eugénie.Fils de Adrien Glibert et Petronille Decuyper, cultivateur et brasseur à la Grand-Place à côté de l'actuel Hôtel de Ville. Héritier d'une longue lignée de cultivateurs d'Ophain et de Lillois-Witerzée, il adjoint l'activité brassicole, déjà ancienne (1662) dans les murs de la maison familiale. Conseiller communal de 1855 à 1869 et membre du Bureau de Bienfaisance. D'opinion libérale, allié à la famille de l'ancien bourgmestre libéral de Lillois-Witerzée Colin Boucqueau, il est cependant modéré et quitte le conseil communal qui se radicalise après les élections communales de 1869. Il a cinq enfants, dont Alfred (voir ci-dessous) qui reprend les activités brassicoles.

Glibert Alfred: né à Braine-l'Alleud le 8 février 1855 et y décédé le 3 novembre 1940, fils d'Adrien Glibert et Eugénie Boucqueau. Cultivateur et brasseur à la Grand-Place, il donne toute son ampleur à la production et la commercialisation de sa brasserie, qu'il rebaptise " Gé Vé" suite à son union avec Clémence Vanham, une des enfants de Justin Vanham et Emerance Carlier. Gévé devient aussi vers 1915, la " Brasserie et Malterie Glibert-Vanham (Gévé) Société Anonyme". Parmi ses enfants ( 5 fils et 4 filles ) trois de ses fils participeront à cet essor industriel : Joseph (1886), Georges (1897) et Louis-Ignace (1901). Conseiller communal catholique de 1905 à 1924, il fut aussi échevin durant le court laps de temps (de juin 1911 à janvier 1912) qui sépare le décès de l'échevin de l'instruction publique Pierre Flamand père et l'installation du nouvel échevinat issu des élections d'octobre 1911. Officier de l'ordre de Léopold II, Président de l'association des Brasseurs de l'Arrondissement de Nivelles.

Glibert André (Clément): né à Braine-l'Alleud le 23 janvier 1915 et y décédé le 27 août 1993. Fils de Paul Glibert et de Marguerite Gilis. Etudes de Droit à Louvain. Notaire, il reprend l'étude paternelle courant de l'année 1952, métier qu'il exerce jusqu'en 1980. Membre et trésorier de la confrérie de Saint-Vincent de Paul, président de la Chambre des Notaires de l'arrondissement de Nivelles, membre de différentes associations (cercle musical, habitations sociales, mutuelle Saint-François Xavier, anciens étudiants de l'institut Saint-Jacques etc...). Il consacre aussi son temps à la vie politique locale, comme ses prédécesseurs. Il devient conseiller communal PSC en janvier 1965, échevin des travaux le 11 janvier 65, mandat qu'il conserve après les élections communales d'octobre 1970,et succède à Louis Paesmans, décédé, à la charge de Bourgmestre entre le 30 juin 1971 et le 31 décembre 1976. Il laisse alors " la place à la nouvelle génération ", ne se représentant plus. De son mariage avec Anne Marie Losseau, il eut quatre enfants. Voir l'article du Soir du jeudi 2 septembre 1993.

Glibert Florian Désiré Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 6 février 1849 et y décédé le 16 décembre 1902. Fils de Télésphore Glibert et de Zénaïs Gouttier. Reprend la ferme et la brasserie paternelle, la dotant d'une machine à vapeur en 1877. Resta célibataire, son frère Nestor reprenant à son décès l'exploitation brassicole.

Glibert Léon : né à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac, le 18 octobre 1906 et décédé à Lobbes le 6 juin 1990. Epoux de Grislain Hélène. Père de Glibert Monique.

Glibert Louis (Ignace Paul Ghislain) : né à Braine-l'Alleud le 28 avril 1901 et y décédé le 7 novembre 1944. Fils d'Alfred Glibert et de Clémence Vanham. Licencié en sciences commerciales et consulaires. Directeur commercial et Administrateur de la Société Anomyme Brasserie et Malterie Glibert-Vanham ( GéVé ). Vice-président de l'Association des Anciens Elèves de l'Institut Saint-Jacques. Membre de la Ligue du Sacré Coeur. Epoux de Maria- Julia Loosveldt dont il eut 5 filles : Anne, Geneviève, Elisabeth, Marie-Paule et Bernadette.

Glibert NestorHilaire Lucien Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 12 juin 1858 et y décédé le 7 juin 1911. Fils cadet de Télésphore Glibert et de Zénaïs Gouttier. Brasseur et cultivateur. Conseiller communal libéral de janvier 1908 à son décès.

Glibert Paul (Justin Eugène Ghislain) : né à Braine l'Alleud le 25 octobre 1887 et y décédé le 16 octobre 1960. Fils d'Alfred Glibert et de Clémence Vanham. Docteur en Droit (Louvain), notaire de Braine-l'Alleud de 1927 à 1952, Président honoraire de la Chambre de discipline des Notaires de l'Arrondissement de Nivelles, Président honoraire de la Conférence de Saint Vincent de Paul et Président du Conseil de Fabrique de l'Eglise Saint-Etienne. Conseiller communal catholique de 1933 à 1938. Son étude se situait avenue Léon Jourez numéro 49, mais il habitait au n° 20 de la rue Longue. Père de 7 enfants qu'il eut avec son épouse Marguerite Gillis (fille du notaire André Gillis).

Paul Glibert. Collection : Pierre Chantraine.









Glibert Télesphore-Philippe : né à Braine-l'Alleud le 29 juillet 1817 et y décédé le 6 juillet 1871. Epoux de Gouttier Zénaïs le 2 avril 1845. Fils d'Adrien Gouttier et de Pétronille Decuyper. Cultivateur et brasseur, dont l'exploitation et l'usine était Rue des Brasseurs et l'habitation au 6 de la Rue du Château. La brasserie Télésphore sera aussi bien réputée que celle de son frère aîné, reprise par ses fils Florian et Nestor. Mais au décès de ces deux fils restés célibataires, la brasserie sera cédée à Henri Herman. Deux fils et deux filles, dont Maria épouse Henri Bourdon vétérinaire.

Glibert Yvette : née à Braine-l'Alleud le 14 juillet 1931 et y décédée le 23 décembre 2012. Epouse de Plasman Fernand. Maman de Linda, Bernard et Gery Plasman.

Godart Célestin : né à Braine-l'Alleud le 4 décembre 1832 et y décédé le 16 juin 1882. Epoux de Pierre Catherine.

Godart Emilie : née à Braine-l'Alleud le 24 novembre 1843 et y décédée le 10 février 1917. Epouse de Charlier Marcelin.

Godart Jean Josephné à Braine-l'Alleud le 28 décembre 1797 et y décédé Grand-Place le 28 mai 1877, tenancier du Café Belge (ancien local où se tenaient les réunions du conseil communal avant la fin 1864), lieu de réunion libéral entre 1872 et 1900,après la fermeture du Casino place Sainte-Anne. Epoux de Marie-Catherine Guillaume.

Godeau Sylvie: née à Plancenoit le 8 septembre 1870 et décédée à Braine-l'Alleud le 29 août 1912. Epouse de Sanspoux Félicien.

Goossens Jozef : né à Willebroek le 27 février 1924 et décédé à Braine-l'Alleud le 11 janvier 2012.

Gossiau Camille : né à Ophain le 20 avril 1889, mort pour la Belgique à Saint-Georges-lez-Nieuport entre le 21 et le 23 octobre 1914. Fils de Gossiau Camille et de Boulard Rosalie. Caporal au 7ème Régiment de Ligne. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

Gouttier Alphonse-Ghislain-Joseph :décédé à Braine-l'Alleud le 2 novembre 1872 à l'âge de 51 ans 5 mois.

Gouttier Edouard François : né à Braine-l'Alleud (grand-place dite place du Marché) le 15 octobre 1789 et y décédé le 19 mars 1850. Diplômé en droit en 1812, clerc de notaire dans l'étude de son père Alphonse le jeune, notaire après le décès de celui-ci le 23 mai 1822. Il occupe cette fonction et profession jusqu'à son décès en mars 1850. Il est nommé conseiller municipal en 1818 et choisit par le Roi Guillaume Ier des Pays-Bas pour être le Mayeur (Bourgmestre) de notre commune. Son installation à la tête de la commune est datée du 24 août 1818 (séance extraordinaire du conseil municipal). Il est seulement âgé de 28 ans et demi. Il fera l'unanimité durant toute la période où sa fonction de premier magistrat communal sera reconduite. Il reste 31 ans et 7 mois mayeur puis bourgmestre de Braine-l'Alleud. Il siégea au Conseil Provincial de 1836 à son décès. D'opinion libérale modérée, le congrès libéral de 1846 lui proposa une candidature de délégué pour représenter l'arrondissement de Nivelles à ce congrès, mais il déclina cette offre, préférant resté le mayeur de tous les Brainois sans distinction d'opinions. Cette attitude se constate aussi en 1830, lorsqu'il évite de prendre part officiellement au mouvement insurrectionnel de septembre. Ayant été nommé par les autorités du Royaume des Pays-Bas, il préfère rester neutre, mais ne fait pas grand chose pour contrecarrer la levée d'armes d'alors. Il est à la base de la modernisation progressive mais limitée par un manque de moyens financiers,de notre commune au cours de la première moitié du XIXème siècle. Il fut le membre de la famille Gouttier le plus populaire avec son neveu Hilaire senior. Il affectionnait les Brainois, tels quels. Ses minutes notariales sont constellées d'annotations intéressantes. Sa soeur a rédigé, sur sa dictée, ses mémoires des faits importants et anecdotiques qu'il aimait à retracer. Un des grands noms aujourd'hui méconnus des brainois contemporains, et pour cause : jamais aucun édile communal n'a depuis la fin de la première guerre mondiale proposé son nom pour incarner une artère de la commune !!! Suprême injustice des successeurs, qui sera, espérons-le, un jour réparée.

Gouttier Hilaire : né à Braine-l'Alleud le 2 mai 1828 et y décédé le 18 juin 1895. Fils de Sylvain Gouttier et de Marie (Josephe Victoire Ghilaine) Dumonceau. Epoux de Boonaerts Elisa dont il aura deux fils, Hilaire et Victor et une fille Elisabeth Gouttier. Notaire, il succéda à son oncle Félix Gouttier en 1868 et fut élu conseiller communal libéral du 1er janvier 1867 à son décès sans interruption . Il était présenté comme candidat à la nomination comme bourgmestre de Braine-l'Alleud à l'issue des élections communales d'octobre 1890, mais le ministère de l'intérieur écarta cette proposition. Ce fut Edouard Cloquet qui fit fonction de Bourgmestre. Les luttes entre libéraux et catholiques étaient alors en pleine force. Président effectif de la Société Royale d'Harmonie de 1868 à son décès. Il laisse un excellent souvenir chez les Brainois, très impartial, chaleureux mais avec beaucoup de tact et de respect des opinions. Il est le second membre de la famille Gouttier le plus remarquable du XIXème siècle.

Gouttier Prosper : né à Braine-l'Alleud le 21 juillet 1799 et y décédé le 12 novembre 1880.Fils d'Alphonse Gouttier et de Marie Catherine Thienpont. Resté célibataire. Président de la Fabrique d'Eglise de 1868 à 1880. Proche du Curé Doyen Adolphe Hoofs. Il hérita de la propriété des étangs au Ménil (Légère Eau) qu'il fit bâtir, alors qu'avant 1827, elle n'était qu'un grand jardin de plaisance. En 1832, il concéda provisoirement la jouissance de sa petite bâtisse pour héberger les malades atteints du choléra. Elle resta inoccupée la plupart du temps que dura la crise, le choléra fit peu de victimes cette année là à Braine. Il fit rebâtir en 1841 cette maison sous la forme d'une belle maison bourgeoise à deux niveaux, et l'habita jusqu'en 1852. Il vendit alors cette propriété et revint habiter le bourg. Il fit aussi construire en 1878 un pavillon dans la rue Colo-Hughes concédé aux activités paroissiales. Rentier, il fit quelques temps le métier de livreur de bières (vers 1820-25) et aussi s'associa dans un service de diligence, mais renonça à cette activité vers 1836.

Gouttier Zénaïs : née à Braine-l'Alleud le 7 juin 1826 et y décédée le 9 octobre 1891. Epouse de Glibert Télesphore.

Gouvart Jean-Charles : né à Braine-l'Alleud le 31 octobre 1928 et y décédé le 24 août 2009. Epoux de De Jaeck Armide. Père de Gouvart Philippe.

Grisez Jean-Baptiste : né à Braine-l'Alleud le 13 novembre 1890 et tombé au champ d'honneur à Ramscapelle le 15 août 1915. Fils de Grisez Emile et Nicaise Marie-Thérèse. Domicilié à Ophain. Soldat au 13ème régiment de Ligne. Sa tombe se trouve au cimetière d'Adinkerke.

Grislain Alexandre : né à Braine-l'Alleud, le 20 décembre 1884 et y décédé le 21 Mai 1967. Epoux de Eveline Pernelle. Père de Grislain Hélène.

Grislain Hélène : née à Braine-l'Alleud, le 16 septembre 1907 et y décédée le 20 février 1989. Epouse de Glibert Léon. mère de Glibert Monique.

Grotard André : né à Braine-l'Alleud le 24 octobre 1938 et y décédé le 8 octobre 2010. Epoux de André Christiane. Imprimeur, éditeur du journal "L'Annonce Brabançonne".

Grotard Georges : né à Braine-l'Alleud, le 31 août 1933 et y décédé le 5 janvier 2010. Epoux de Dezutter Clara. Père de Grotard Marlène, Martine et Marc.

Gudenkauf Gaston : né à Forbach (France) le 21 mars 1922 et décédé à Ixelles le 7 décembre 2010. Ordonné prêtre le 13 avril 1947 à Malines. Licencié en sciences économiques, il est engagé au Collège Cardinal Mercier comme professeur le 10 août 1951. Il devient quelques jours plus tard directeur de l'école commerciale en remplacement de l'abbé Edouard Van Dommelen. Il assurera la direction de cette école jusqu'en 1974 année où il est remplacé par Fernand Gillet.

Guillaume Henri Joseph né à Braine-l'Alleud, Sart-Moulin (actuelle rue de la Gare) le 27 mai 1780 et y décédé le 17 mars 1868. Brasseur et cultivateur, conseiller communal dès la fin du régime hollandais, il siège encore de 1830 à 1842, puis revient comme conseiller d'opinion unioniste entre 1849 et 1866 (il participait encore aux débats à 86 ans et demi, à la fin de l'administration Derbaix !).

Guillaume Marie Catherine née le 30 mai 1797 à Braine-l'Alleud (Sart-Moulin) et y décédée le 27 octobre 1882, Grand-Place. Epouse de Jean Joseph Godart.

H

Hans Jules : né à Braine-l'Alleud le 15 août 1880 et y décédé en 1965.fils de Jules Henri Hans et de Marguerite Remouchamps. Il s'est marié avec Antoinette Carlier le 26 janvier 1907, fille du maçon Henri Carlier et de Marie Catherine Capel. Il a été bourgmestre de Braine-l'Alleud de 1921 à 1940 et de 1944 à 1952. Conseiller provincial de 1923 à 1929, sénateur socialiste de l'arrondissement de Nivelles, membre fondateur de la Maison du Peuple en 1910. Une rue de Braine porte son nom depuis 1947 pour commémorer ses 25 ans de mayorat. Jules Hans peut être considéré comme le plus important des socialistes avec Alphonse Allard. Devenu très populaire en 1919 lors de la grande grève qui frappe les usines textiles, il passe ensuite de l'action syndicale à la présence au plus haut niveau de la politique. Surnommé " Nos Jules " ou " Jules Rigodaine" (l'origine de ce dernier pseudo est familiale, son ascendance brainoise compte un ancêtre Art chez qui l'on dansait en 1830 lieu appelé alors chez Rigodaine) il dirige la commune pendant près de 30 ans. Résistant dans la presse écrite pendant la guerre il a démissionné de son mandat pour ne pas collaborer avec l'occupant. Après la guerre, il prit position contre le retour de Léopold III et a dénoncé au Sénat des visites de Von Falkenhausen au château de Seneffe où le Roi aurait été présent. Mis en cause lors de l'affaire Rinchard, il démissionne à nouveau peu avant la fin de son mandat en avril 1952. A résidé rue Cloquet puis dès les années 30 au 22 avenue Alphonse Allard.

Hans Oscar : né à Couillet le 27 janvier 1921 et décédé à Braine-l'Alleud le 20 mai 2011. Epoux de Falise Fernande. Père de Hans René,Annie,Martine et Denis.

Hans Pierre : né à Boogarden (commune de Pepingen, Brabant Flamand) le 27 mars 1805 et décédé le 12 juillet 1872, à Braine-l'Alleud (hameau de la Neuville). Domestique, il épousa Aldegonde Ghilaine Art (Braine-l'Alleud, le 1er février 1814) le 13 novembre 1842. Ils eurent 4 enfants, deux garçons : Pierre Joseph (11 mars 1843)et Jules Henri (18 janvier 1845) futur père de Jules Hans (voir ci-dessus), Marie Joséphine (5 mai 1848) et Sidonie Félicienne (17 octobre 1850 - 4 avril 1866). Grands parents du bourgmestre Jules Hans.

Hanssens Achille Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 11 juin 1868 et y décédé le 3 novembre 1935. Fils de Jean-François Hanssens, cordonnier et cultivateur au Ménil et de Caroline Odile Pierret. Employé, receveur communal à partir de 1890, proche des libéraux avant 1914 ensuite des socialistes. Il épouse le 16 juin 1897 Marie Catherine Ghislaine Hautfenne, fille de l'horticulteur Jean-Baptiste Hautfenne et de son épouse Elisabeth Jansen. Ils n'auront que deux enfants,dont Rachel Hanssens. Rachel Hanssens épouse de Louis Meurisse sont les parents du pharmacien bien connu Guy Meurisse. Le couple Hanssens - Hautfenne a résidé rue Colo-Hughes n° 42,jusqu'au décès d'Achille, sa veuve rejoignant ses enfants avenue Napoléon ensuite. Achille Hanssens était réputé comme chasseur.


Hautfenne Désiré Jean Joseph Ghislain, né à Braine-l'Alleud le 30 décembre 1851 et y décédé le 25 septembre 1894. Fils de Philibert Etienne Hautfenne et de Elisabeth Désirée Bernier. Epoux de Marie Ghislaine Voussure. Employé d'industrie, il accepte au pied levé de remplacer Jean-Baptiste Theys, démissionnaire, en tant que secrétaire communal. Fonction qu'il assuma à la plus grande satisfaction de tous jusqu'à son décès suite à une courte et irrémédiable maladie. Il laisse une veuve avec enfants âgée de seulement 36 ans.

Hautfenne Georgette : née à Braine-l'Alleud le 27 septembre 1920 et y décédée le 17 avril 2012. Fille de Georges Hautfenne et de Geneviève Campinaire. Epouse de Brassinne Raymond (ancien bourgmestre de Braine-l'Alleud). Maman de Brassinne Michel et Suzy.

Hautphenne Pierre : né à Braine-l'Alleud le 13 janvier 1806 et décédé le 15 mars 1889. Fils de Hautphenne François, journalier, et de Broyaux Marie. Il prit volontairement les armes et vint combattre à Bruxelles pendant les journées de septembre 1830. Il fut décoré de la croix commémorative de 1830. Vers 1850,il est signalé comme journalier et propriétaire à la rue Patiaux.

Hautphenne Philibert Etienne : né à Braine-l'Alleud le 6 janvier 1889 et mort pour la Belgique à Hoogstraete le 27 février 1917. Fils de Hautphenne Jean-Baptiste et de Hautfenne Julie. Soldat au 1er régiment de Grenadiers. Blessé en première ligne à Boesinghe le 25 février 1917 et transféré au "Belgian Fiel Hospital". Son corps a été ramené à Braine-l'Alleud le 18 juillet 1921 et ses funérailles eurent lieu le dimanche 24 juillet 1921. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993).

Hazard Antoine : né à Braine-l'Alleud le 17 septembre 1792 et y décédé le 11 décembre 1874. Epoux d'Anne Marie Delcorde (Waterloo le 17 février 1801- Braine-l'Alleud le 17 février 1883) ils auront 7 enfants dont Célestin Désiré (voir ci-dessous). Cordonnier, savetier et cabaretier, il habita successivement rue des tisserands, puis rue Bayard (n° 7 ancien n°3) où il est décédé.

Hazard Célestin Désiré : né à Braine-l'Alleud le 28 mars 1823 et y décédé après 1872. Fils d'Antoine et d'Anne Marie Delcorde. Cordonnier et savetier dans l'atelier de son père. A habité rue du Pré Coquette à Lillois-Witerzée entre 1867 et 1872, puis est revenu à la Neuville. Epoux de Marie Gossiaux native de Baulers. A ne pas confondre avec son homonyme à la rubrique suivante !

Hazard Célestin Désiré: né à Braine-l'Alleud le 27 février 1835 et y décédé le 20 juillet 1903. Epoux de Emerance Delpierre (Plancenoit 10 mars 1845 - Braine-l'Alleud 2 novembre 1895)ils auront 3 enfants dont Désiré Nicolas (voir ci-dessous). Fournier, il devient ensuite marchand de farine, puis patron boulanger fondant la "dynastie" des boulangers Hazard. Surnommé " el cra" il établit cette boulangerie au numéro 12 et 14 de la Rue des Tisserands. Sa fille aînée Anna ayant épousé un jeune ouvrier boulanger originaire de Tubize,René Devroede (voir à ce nom), le couple reprendra la " maison mère " où il tiendront la boulangerie familiale jusque dans les années 1940. Célestin Désiré que l'on prénommait Désiré, fit partie de la société d'Harmonie de Braine et de son comité d'honneur à l'époque du voyage à Merville (Département du Nord, France) en 1894.

Hazard Désiré Nicolas Joseph Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 4 octobre 1877 et y décédé le mai 1930. Epoux de Marthe Gosselin.Surnommé " Ziré du Cra". Boulanger tout d'abord avec son père, puis ensuite en face de la Poste, 2 Rue Cloquet, qu'il fit bâtir et occupa dans le courant de 1908. Il y restera jusqu'à son décès. Président de la Société des Archers de Braine-l'Alleud (les Archers du Hain), membre de la fédération des négociants en grains. Membre du cercle libéral " Le Progrès " de Braine-l'Alleud.

Hazard Désiré dit Gamin : né à Braine-l'Alleud le 15 mars 1928 et décédé à Waterloo le 9 septembre 2012. Mari de Delvoye Denise. Papa de Hazard Solange et Karin.

Hazard Ernest: né à Braine-l'Alleud le 9 mars 1857 et y décédé le 20 novembre 1936. Fils d'Adrien Hazard et de Julie Gosseau. Epoux de Thérèse De Beukelaer native de Louvain, dont il aura 6 enfants, dont 2 fils qui fonderont famille. Après avoir résidé au 22 Rue du Château (ses parents étaient propriétaires d'une partie des maisons formant l'ancienne muraille du château féodal de Braine) il partit résider à Liège. Il est de retour en 1882, il s'installe et fait construire sur le terrain adjacent à l'ancien château, une vaste maison. Cette maison devient le lieu de réunion du cercle " Au Bon Temps" et milite pour la cause des ouvriers. Ami de Jules Voussure (Rue du Château n°2) il est co-fondateur de la mutuelle " L'Alliance " en 1886. Cette société venait en réponse à la détresse ouvrière en cas de maladie. Il faisait partie du comité organisateur, fut le premier trésorier et les réunions se tenaient dans son estaminet.

Hazard Gaston : né à Braine-l'Alleud le 21 février 1896 et mort pour la Belgique à l'hôpital belge de Coutances le 10 avril 1915. Fils de Hazard Justin et de Herent Elizabeth. Soldat au 3ème Régiment de Ligne. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993).

Hazard Oscar Joseph Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 30 avril 1861 et y décédé le 10 avril 1915. Fils d'Adrien Hazard et de Julie Gosseau. Epoux d'Odile Rosalie Ghislaine Theys. Pas d'enfants. Patron boucher, il habitait rue des tisserands n°22. Présenté sur la liste d'alliance entre les libéraux et les socialistes en novembre 1895, il est élu conseiller communal et siège de 1896 à 1903.

Hazard Raymond : né à Braine-l'Alleud le 20 avril 1937 et y décédé le 26 juin 2012. Epoux de Sapion Arlette. Papa de Hazard Philippe.

Hengels Emile : né à Braine-l'Alleud le 13 juin 1926 et y décédé le 29 mars 2011. Epoux de Minne Marie-Louise. Papa de Hengels Daniel.

Hennaut Jacqueline : née à Ettebeek le 11 mai 1927 et décédée à Braine-l'Alleud le 24 janvier 2011. Epouse de Hazard Alphonse.

Henne Raoul : né à Braine-l'Alleud le 16 juin 1903 et y décédé le 25 octobre 1918.

Helin Jacqueline : née à Etterbeek le 11 février 1925 et décédée à Braine-l'Alleud le 7 mars 2011. Epouse de Rensonnet Serge. Maman de Rensonnet Yves et Suzanne. A habité Rue Ernest Laurent.

Heller Charles Jean-Baptiste : né à Waterloo le 23 septembre 1830 et décédé inopinément à Braine l'Alleud le 15 février 1863. Médecin-vétérinaire, il a épousé Siméone Godart (famille très implantée à Braine) et par cette union fit souche malgré le jeune âge auquel il est décédé. En effet, ses deux filles se marièrent respectivement avec Elisé Hanne (futur instituteur en chef à Mont-Saint-Pont puis au Centre après le décès de Constant Schépers) et avec Edouard Meurisse.

Herlin Etienne : né à Braine-l'Alleud le 17 août 1947 et y décédé le 4 juillet 2010.

Herman Théodore : né à Erpent et décédé à Braine-l'Alleud le 27 juin 1884 à l'âge de 61 ans. Epoux de Pircot Judith.

Herpain Laurent-Joseph : né à Braine-l'Alleud le 21 octobre 1920 et y décédé le 23 septembre 1904. Epoux de Ipersiel Apollonie.

Hoofs Adolphe : né à Malines, le 12 janvier 1814 et décédé à Braine-l'Alleud, le 23 novembre 1886. Entré au séminaire de Malines le 27 septembre 1832, il est ordonné Prêtre le 18 janvier 1837 et le 3 mars de la même année, il est nommé Vicaire à Court-Saint-Etienne. Ensuite, il est nommé professeur au Petit Séminaire de Basse-Wavre le 8 mars 1839. C'est le 31 août 1848 qu'il est appelé à succéder au Curé Vandenacht de Braine-l'Alleud qui vient de décéder. Il devient rapidement un personnage phare de notre commune, par son dynamisme, sa volonté de transformer et agrandir l'Eglise qui nécessite alors des travaux. Mais il est aussi connu pour ses correspondances épistolaires et les nombreux droits de réponse aux journaux libéraux de l'époque. Sa gestion en tant que Président de la Fabrique d'Eglise sera sujette à des critiques de la part des autorités communales, alors libérales. Le 30 mars 1873,la cure de Braine devient un doyenné. Le Curé-Doyen accueille notamment la première messe célébrée l'année suivante par le jeune Désiré Joseph Mercier, futur Cardinal. Il est à la pointe du combat en faveur des écoles catholiques libres et favorise, avec la famille Vanham, la création de l'Ecole Saint-Jacques en 1879. Il comparaît lors des audiences convoquées pour contrôler l'application de la Loi Scolaire (Loi Van Humbeek dite de malheur par les catholiques) en automne 1880. L'ampleur des tensions entre les deux mentalités en présence est typique d'un clergé confronté aux autorités civiles laïques qui sont en faveur d'un enseignement officiel émancipé des contenus de religion. Il a marqué de sa pensée la transformation de l'Eglise de Braine-l'Alleud et a lutté sans faillir, fidèle à d'ardentes convictions chrétiennes et traditionnelles. Il est inhumé au cimetière du Centre, avec quelques uns de ses parents.

Hyernaux Jean-Baptiste : né à Ronquières le 20 novembre 1789 et décédé à Braine-l'Alleud le 12 octobre 1876.Fils de Jean-Baptiste Ghislain Hyernaux et de Marie Béatrix Meynaert. Epoux de Ransquin Jeanne-Joseph-Dominique.Cultivateur à Mon Plaisir, site actuel du dépôt de la voierie communale. Mon Plaisir a été une maison de campagne adossée à une exploitation agricole. La maison a disparu vers 1810, la ferme est restée exploitée jusqu'à l'apparition du site de traitement des déchets de notre commune. Jean-Baptiste Hyernaux a été conseiller communal au milieu du XIXème siècle (voir Brania 2006/2 et 2007/1 : Aux Urnes citoyens !). Son domicile à son décès est le 25 rue du château, soit à gauche de la rue de la Trairée, la maison dite "Espagnole" (façade typique du début XVIIIème siècle) .


Hyernaux Marie-Thérèse : née à Braine-l'Alleud le 10 décembre 1833 et y décédée le 29 janvier 1908. Fille de Pierre Joseph Hyernaux et de Marie Joseph Steinier. Cultivatrice,épouse de Minne Léon.

I

Ipersiel Jean-Baptiste : né à Braine-l'Alleud le 19 janvier 1787 et y décédé le 11 août 1870. Fils de Ipersiel François et de Nicaise Anne. Il est né rue Coleau sur Waterloo, mais à cette époque, le hameau de la Blocquerie (rue Coleau et rue Victor Hugo actuelles)faisaient partie de Braine-l'Alleud. Il est conscrit en 1807 et fait plusieurs campagnes napoléoniennes. Marié le 30 septembre 1814 avec Ghislain Isabelle, décédée le 23 octobre 1836, et remarié avec Stache Marie-Thérèse, le 23 mars 1837. Ancien militaire sous l'Empire,il devient le garde des propriétés (campagnes) de la famille Mercier avant 1830. Il est ensuite garde-champêtre communal.

Ipersiel Françoise : née à Braine-l'Alleud (ferme du Ménil) le 8 octobre 1630 et y décédée le 6 août 1725. Fille de Allonze (Alphonse) Iperziel et d'Isabeau Wautier. Sa mère a connu personnellement l'Archiduchesse Isabelle, alors notre souveraine, laquelle faisait envoyer chercher l'eau de la Légère Eau, pour ses problèmes gastriques. Ce fait a été transmis par Françoise à toute sa famille et aux brainois. Françoise s'est mariée avec Jean Theys le 30 mai 1652. Ils eurent 10 enfants parmi lesquels 3 fils ont été à leur tour soit fermiers à la ferme seigneuriale du Ménil (Nicolas l'aîné né en 1652, Antoine né en 1667) soit à celle de la Basse-Cour (Bernard né en 1662) dans la rue de la Chiennerie (ferme Gilot actuelle). Elle cultive avec ses fils jusqu'en 1711, date où elle répartit certains de ses biens entre ses héritiers. Elle fut veuve dès le 27 mai 1678. (Voir aussi au nom de famille : Theys).

J

Jacqmin Elie-Joseph : né à Braine-l'alleud le 6 décembre 1855 et y décédé le 17 juillet 1891.


Jacqmin Jean-Baptiste :né à Braine-l'Alleud le 25 avril 1740 et y décédé le 12 octobre 1819 à 1 heure du matin. Fils de Jean-François Jacqmin et de Marie Thérèse Theys. Dit : le Houzart. Jean-Baptiste Jacqmin a eu deux occupations sa vie durant : hussard d'un régiment sous le régime Autrichien (vers 1775-1780)et ensuite, dès 1781, cultivateur jusqu'à son décès. Son mariage avec Marie Antoinette Charlier fille de Jean-Baptiste Charlier a été favorisé par ses beaux-parents. Il s'installe alors au Ménil, dans ce qui devient sous sa direction puis celle de ses fils, la ferme du Houzart, rue Jean Volders actuelle. Il laissera 5 enfants, dont 3 participeront à l'exploitation agricole qui est, partiellement, au point de départ du futur parc Bourdon, après un échange de terrains entre le notaire Félix Gouttier et les enfants Henri et Pierre Jacqmin vers 1835-40.

Jacqmin Josette : née à Braine-l'Alleud le 29 mai 1934 et y décédée le 16 janvier 2010. Epouse de Sempoux René. Maman de Sempoux Nancy et Philippe.

Jacqmin Louis : né à Braine-l'Alleud le 5 novembre 1888 et mort pour la Belgique le 6 août 1914 à Seraing. Fils de Jacqmin Justinien et de Thomas Thélésie. Soldat au 4ème régiment de Chasseurs à pied. Son corps n'a pas été retrouvé : décès par jugement rendu après la guerre par le tribunal de Nivelles.

Jacqmin Madeleine : née à Braine-l'Alleud le 18 juin 1913 et y décédée le 28 février 2011. Epouse de Deridder Omer. Maman de Deridder Clarisse. A habité Route du Lion.

Jacqmin Henri : né à Braine-l'Alleud le 26 décembre 1786 et y décédé le 26 février 1864. Cultivateur au Ménil, actuelle rue Jean Volders au lieu-dit : le Houzart.

Jacqmin Philomène Ghilaine : née à Braine-l'Alleud le 27 décembre 1837 et y décédée le 25 octobre 1914. Fille de Pierre Jacqmin et de Christine De Bilde. Reste cultivatrice chez ses parents, et est la dernière des Houzart. Son verger était réputé, et certaines variétés de pommes et poires aujourd'hui disparues faisaient l'objet de ses soins. Célibataire, le mayeur de l'Estrée, François Trépagne lui fait jouer un rôle dans la " légende du dragon de l'Estrée " .

Jacqmin Pierre-Joseph : né à Braine-l'Alleud le 20 août 1796 et y décédé le 23 janvier 1870. Cultivateur au Ménil actuelle rue Jean Volders au lieu-dit  : le Houzart. En indivision avec son frère Henri (voir ci-dessus) il reste toute sa vie sur son héritage, et agrandit sensiblement l'espace réservé à l'élevage. Voisin des Bourdon. Epouse le 3 février 1832 Christine De Bilde originaire d'Onkerzeel, dont il aura 3 filles : Marie Apolonie, Philomène et Josephine.

Jacob Marie-Louise (Loulou) : née à Braine-l'Alleud, le 26 avril 1925 et y décédée, le samedi 26 mai 1990. Epouse de Pays Ernest. Mère de Pays Yves, Anne et Dominique. A habité Chaussée Reine Astrid.

Jacobs Edmond Jean Baptiste : né à Braine-l'Alleud le 16 novembre 1855 (Goëtte) et y décédé (avenue Léon Jourez 53) le 15 mars 1938. Fils de Jean-Baptiste Jacobs et de Anne-Marie Poulet. Industriel sous la direction de son père, il édifie les bâtiments de tissages qui agrandissent l'ancienne teinturerie en blanc sur coton familiale et situés près de la rivière le Hain (actuel Carimar).Sous sa direction, cette entreprise devient la fabrique de tissus Jacobs Frères. Il épouse Catherine Linard en 1880, et ont deux filles, Odile et Clara Jacobs.

Jacobs Jean-Baptiste: né à Braine-l'Alleud le 16 octobre 1820 et y décédé (Goëtte) le 30 janvier 1899. Elevé par sa mère Suzanne Jacobs, il devient blanchisseur de toiles de coton chez Henri Elmer qui travaille sur le site actuel des entreprises Carimar. Il devient ensuite patron teinturier et n'a de cesse d'améliorer ses connaissances en matière de commerce et d'industrie. Avec son fils Edmond Jacobs, il fonde ainsi la maison du Blanc sur coton Jacobs père et fils vers 1875- 80. Il aura deux épouses : Amélie de Hennault et Anne-Marie Poulet et de nombreux enfants, dont Edmond industriel et Léon conseiller communal et échevin, bourgmestre de Braine-l'Alleud de 1912 à 1921. Il fut militant libéral, mais aussi fervent croyant, conseiller communal libéral de 1882 à 1895. Président de l'Association des anciens militaires sous Léopold 1er de 1896 à son décès.

Joinneau Pierre : né à Sint-Pieters-Capelle,Flandre Occidentale (actuellement fusionnée avec Middelkerke) le 23 février 1848 et décédé à Braine-l'Alleud le 19 novembre 1933. Fils de Jean-Baptiste Joinneau et de Dorothée De Weyer. Pierre surnommé Pierre del Barrière, a été le premier garde-barrière de Braine-l'Alleud, entré en fonction à la gare le 10 mars 1874, date de son inscription au domicile dans la Station, alors construite. Il résida un peu plus tard, dans la maison située le long des voies côté nord, vers Mont-Saint-Jean (située à l'époque au n° 9 Sainte-Marie-Madeleine, comprenez la Patte de Poule). Il fera fonction de garde-barrière pendant un peu plus de 10 ans. Il change de fonction et devient maître des aiguillages, assurant la bonne conduite de l'important trafic de marchandises qui s'intercale avec les deux lignes de passagers (124 et 115)à partir de 1885. Il fait construire en 1895-96 une des maisons qui borde la place de la Station (et bouche le passage à l'actuel Pont Courbe) y établissant le reconnu café de la Barrière. Coin préféré des cheminots. Il laisse alors la maison du garde à son successeur Charles-Louis Dehenneau. Il a épousé Marie Alphonsine Paduwat et ils ont eu 6 enfants, tous nés et établis à Braine-l'Alleud et dans les environs. Son père, ouvrier agricole west-flandrien est venu aussi résider avec son fils et est mort à Braine-l'Alleud le 31 décembre 1878.

Joniaux Ignace : né à Braine-l'Alleud le 29 mars 1812 et y décédé le 13 mars 1900 (à 22 heures). Fils de Théodore Joniaux et de Jeanne Ipersiel. Menuisier et cordonnier, il est le connu comme le dernier combattant volontaire brainois des journées de la Révolution Belge de 1830. Le dernier, puisqu'il était le plus jeune, mais aussi, le dernier survivant brainois de cette épopée sociale et politique. Entré rapidement à l'Harmonie de Braine, il lui revient l'honneur de chanter la Brabançonne lors de toutes les manifestations officielles. Il est nommé comme Président de la Société de Militaires décorés, enrôlés sous le règne de Léopold Ier. Il est un des trois volontaires mis à l'honneur lors de la remise officielle du drapeau de cette société par le Ministre de la Guerre Brassinne, le 23 août 1896. Il a résidé presque toute sa vie à Braine-l'Alleud, et à Genappe pendant quelques années au début de son mariage (aux alentours de 1840). Il était propriétaire du numéro 10 de la rue du Château.

Joniaux Victor: né à Genappe le 29 février 1840 et décédé à Braine-l'Alleud le 21 juin 1901. Fils de Ignace Joniaux et de Thérèse Hennault. Epoux en premières noces de Céline Chabeau. Veuf, il se remarie avec Elisabeth André. Employé de commerce. Entré à 14 ans dans l'Harmonie de Braine, où il est clarinettiste, il reprend le rôle de son père dans les manifestations officielles vers 1890. Il est aussi porte-drapeau de l'Harmonie et devient secrétaire de cette société entre 1895 et son décès.

Jossart Marcelle : née à Braine-l'Alleud le 27 juillet 1931 et décédée le 30 janvier 1935. Fille du docteur Ferdinand Jossart et de Nelly Schneider.

Jourez Léon Léopold : né à Braine-l'Alleud le 12 décembre 1857 et décédé le 21 décembre 1945 à Saint-Gilles-lez-Bruxelles. Fils de Jourez Lambert et de Mercier Eugénie. Frère de Jourez Eugène. Epoux de Lorent Aurore avec laquelle il s'est marié le 22 juin 1892. Papa de Jourez Nelly. Conseiller communal, conseiller provincial, échevin, bourgmestre (de 1900 à 1904), député,...libéral. L'Avenue Léon Jourez porte son nom. Pour plus d'infos, voir l'article de Philippe Buchelot dans la "Revue Brania" (2007/2) pages 10 à 14.

K

Kaivez Elisa-Marie-Ghislaine : née à Braine-l'Alleud le 31 mars 1865 et y décédée le 24 décembre 1892. Epouse de Corbisier Jules.

Kégelart François (Félicien) : né à Braine-l'Alleud le 15 février 1849 et décédé à Nivelles le 25 juillet 1917. Epoux de Julie Gervy (noces du 16 août 1874) dont il aura 12 enfants ! Tisserand, puis contre maître textile, il éduque ses enfants de façon exemplaire. Parmi ceux-ci, Pierre (François), Omer, Alfred, Fernand furent des personnes très appréciées dans la commune. Habitait 5 rue du château puis 13 rue des Brasseurs.

Kégelart Julma : né à Braine-l'Alleud le 31 octobre 1895 et y décédée le 15 février 1971. Fille cadette de François Kégelart et de Julie Gervy. Elle épouse le 18 mars 1924 Fernand Bilande dont elle aura 7 enfants. Réside avenue Albert Ier n°14 à partir de son mariage.


Kempen Denise : née à Woluwe-Saint-Pierre le 26 décembre 1930 et décédée à Braine-l'Alleud le 1er novembre 2009. Epoux de Hublau Raymond. Mère de Hublau Liliane, Roland, Christian et Laurence.

Kints Rose : née à Braine-l'Alleud le 30 novembre 1783 et y décédée le dimanche 12 avril 1885 à l'âge de 101 ans et 4 mois. Epouse de Hancq Jean-Joseph. En 1883, la commune avait célébré son centenaire par des fêtes, des illuminations, des bouquets, des cadeaux, des bals,... A la fin de sa vie, elle habitait chez ses petits-enfants, monsieur et madame Wilputte-Léonard. (Source : "Courrier de Nivelles et de l'Arrondissement" du dimanche 19 avril 1885)

L

Lacroix Alphonse : né à Braine-l'Alleud, le 9 mai 1851 et y décédé le 22 septembre 1910. Epoux de Pastur Marie. Surnom en wallon : "Fons Patate". Fils de Jean-Baptiste Lacroix (natif de Horrues près de Soignies, Hainaut) et de Catherine Delauw (née à Lasnes, Brabant Wallon), chaufournier, tailleur de pierres et entrepreneur de briqueteries. Il s'installe en 1886 sur la chaussée de Mont-Saint-Jean (actuelle Chaussée Reine Astrid n°... ) où il fait bâtir une des trois premières maisons de ce qui devient alors le "hameau de la Patte de Poule". Ses fours à briques sont situés principalement dans la descente de la chaussée et fait notamment construire deux maisons à mi-pente de ce qui redevient le "tienne à fons" (tienne signifie chemin pentu) une seconde fois (voir ce vocable sous wiki) dans le 19ème siècle. Avant 1910, il est avec ses deux fils, le fournisseur de briques et de chaux pour les entreprises de construction des nouveaux quartiers de Saint-Sébastien, Vallée Bailly, et les alentours de la gare.

Alphonse Lacroix.









Lacroix Henri : né à Braine-l'Alleud le 5 juin 1881 et y décédé en 1938. Epoux de Françoise Barigand (née à Autryve, le 1er février 1887). Il reprend les activités de tailleur de pierres, et notamment de pierres funéraires, installant son chantier en face du domicile parental. Ce chantier occupait l'emplacement de l'actuel immeuble de l'Immo Clairière au début de l'Avenue Napoléon.

Lacroix Jean-Baptiste : né à Braine-l'Alleud le 31 mars 1884 et y décédé en 1968. Epoux d'Alice Hans (1886-1942) soeur de Jules Hans. Il continue l'entreprise de briqueterie de son père, et réside toute sa vie dans la maison paternelle, chaussée Reine Astrid. Père de Fernand et Marguerite Lacroix.

Laenen Irène: née à Braine-l'Alleud le 7 mai 1926 et y décédé le 30 décembre 2009. Epouse de Mayné Jules.

Lambert Léon : né à Braine-l'Alleud le 18 avril 1888 et décédé à Bruxelles le 24 février 1967. Epoux de Gilbert Flora.

Lambotte Alexandre Ghislain né à Waterloo le 19 novembre 1836 et décédé à Braine-l'Alleud le 14 octobre 1890. Fils de Maximilien Lambotte et de Bernardine Cornet tous deux résidents de Waterloo. Epoux de Céline Halot dont il aura plusieurs enfants, il s'établit à Braine-l'Alleud, dans la maison natale du Cardinal Mercier, dans le courant de l'année 1874. Il y pratique le métier de négociant de tissus. Son fils cadet, Alfred né le 20 juillet 1874 exercera le métier de voyageur de commerce (dans le domaine textile)et son aîné, Emile, né à Waterloo le 12 mai 1867, sera avocat.

Latteur François: né à Feluy le 3 décembre 1891 et décédé à Braine-l'Alleud le 29 novembre 1972. Après des études d'ingénieur commercial à Mons, il est mobilisé fraîchement diplômé. Il passe la première guerre mondiale derrière l'Yser,et est gravement brûlé à l'ypérite, le terrible "gaz moutarde". Après sa démobilisation il entreprend de se consacrer à l'élevage. Des contacts professionnels l'amènent à s'établir à Braine-l'Alleud au début des années 1920.Après avoir épousé Lucie Riklin, originaire de Mourmelon (France,département de la Marne, région Champagne-Ardennes), il crée la ferme avicole " Les Rosiers " dans l'actuelle rue du Jardinier, côté droit (maison avec le coq comme emblème) anciennement isolée, rattachée au hameau de la Planche-aux-Pêcheurs (n° 60). Il est liant et participe rapidement aux festivités locales, notamment aux fameuses processions du Dragon de l'Estrée. Bien que proche du monde ouvrier, c'est pourtant dans la liste libérale qu'il se fait militant local, se présentant aux élections communales de 1932. Ensuite, il reste prudemment à l'écart des remous de la vie politique brainoise, fort agitée pendant deux décennies.C'est en 1952 qu'il revient en politique,en menant la liste libérale des élections communales d'octobre. Il est élu conseiller communal. Il devient ensuite président du Cercle Le Progrès le 20 avril 1956 et conserve ce rôle jusqu'à la fin de l'été 1960. Son poulain n'est autre que Raymond Brassinne qui le remplace dans son mandat de conseiller communal le 15 septembre 1959. Durant les années 1946 à 1960, sa ferme avicole est régulièrement visitée comme entreprise modèle du genre.Mais la concurrence hollandaise lui ôte peu à peu tous les anciens bénéfices. Il se diversifie et crée avec son fils Jean, une division purement horticole.Après son retrait total de la vie communale entre 1960 et 1965, il aide encore Jean Latteur dans son commerce, alors établi comme fleuriste avenue Léon Jourez. Son autre fils Roger, travaille,lui à la Compagnie Intercommunale des Eaux. Sources : listes électorales, état-civil de la commune de Feluy et de Braine-l'Allleud. Témoignage direct de Roger Latteur recueilli par Ph.Buchelot en 1996. Voir aussi : Aux urnes, citoyens ! Brania 2006/2 et 2007/1 pages 63-64;78-81.

Laus Roger : né à Tubize le 28 octobre 1911 et décédé à Nivelles le 1er octobre 1971. Fils de Laus Georges et de Degols Maria. Epoux de Vanderplanck Marie. Père de Laus Jean-Marie. Membre du conseil communal d'Ophain durant plus de 18 ans et décédé alors qu'il exerçait les fonctions de premier échevin. Une rue porte son nom à Ophain.

Le Boulengé Elise : décédée à Braine-l'Alleud le 4 mai 1913 à l'âge de 78 ans. Epouse de Boulvin Charles. Membre du tiers-ordre de Saint-François d'Assise.

Lefèbre Paule : née à Braine-l'Alleud le 22 janvier 1928 et y décédée le 20 janvier 2011. Epouse de Bernier Jacques. Maman de Bernier Monique, Michèle et Christian.

Lefèbvre Mercédès : née à La Hulpe, le 21 novembre 1927 et décédée à Braine-l'Alleud, le 15 janvier 1996. Epouse de Castiaux Marcel. Mère de Castiaux Françoise, Micheline et Danielle. A habité chaussée d'Ophain et Route du Lion.

Lefèvre Adrienne: née à Braine-l'Alleud, le 28 août 1826 et y décédée le 8 octobre 1895. Epouse d'Edouard Debacker.

Lefèvre Dieudonnée : née à Braine-l'Alleud, le 13 février 1838 et y décédée le 2 octobre 1896. Epouse de Castiaux Evariste puis de Waroquet Eugène. Mère de Castiaux Emile (née le 15 mai 1860), Jules (né le 10 juin 1861), Marie (née le 26 octobre 1863), Léon (né le 15 décembre 1866 et décédé le 12 janvier 1867), Louise (née le 14 décembre 1867), Léon (né le 7 avril 1870), Gustave (né le 26 novembre 1872) et de Waroquet Henri.

Lefèvre Emile Désiré Joseph : né à Braine-l'Alleud (rue Sainte-Anne) le 28 novembre 1864 et décédé à Bruxelles le 14 avril 1922. Industriel et fabricant de tissus. Fils de Pierre Lefèvre et de Marie-Antoinette Bernier. En 1887, il dirige avec son père l'entreprise de confection de toiles familiale alors implantée rue de Mont-Saint-Jean (actuelle Avenue Léon Jourez).

Lefèvre Euphémie : née à Braine-l'Alleud et y décédée le jeudi 28 juin 1894, à l'âge de 67 ans. Epouse de Copain Cornélis.

Lefèvre Jean-Pierre : né à Braine-l'Alleud, le 1er juillet 1876 et y décédé, le 30 juillet 1891 à l'âge de 15 ans.

Lefèvre Jules : né à Braine-l'Alleud le 10 décembre 1858 et décédé à l'hôpital de Buscheydt (?) le 11 janvier 1919. Il fut ramené à Braine-l'Alleud le 2 mai 1923 et inhumé le dimanche 6 mai 1923. Epoux de Dieudonné Thérèse. Ouvrier agricole habitant à Merbraine. Réquisitionné par les Allemands en octobre 1918 pour conduire un attelage, il fut écrasé par son chariot. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993).

Lefèvre Marie : née à Braine-l'Alleud le 5 janvier 1817 et y décédée le 17 mai 1897. Epouse de Pierre Timmermans. Elle était "tierçaire"(?) de saint François d'Assise.

Lefevre Pierre : né à Braine-l'Alleud le 12 mai 1835 et y décédé le 14 avril 1908. Epoux de Marie Antoinette Bernier. Ils eurent 6 enfants dont 4 garçons. Marchand de toiles cirées puis fabricant de toiles, il fut aussi cabaretier au n° 28 de la Rue Sainte-Anne avant de faire construire route de Mont-Saint-Jean (actuelle Avenue Léon Jourez) où il s'installe en 1887.

Lefèvre Pierre-Joseph : décédé à l'âge de 83 ans, le samedi 12 janvier 1884. Epoux d'Ernalsten Sophie. Clerc de l'église paroissiale de Braine-l'Alleud pendant 37 ans.

Legrain Francis : né à Tournai le 8 avril 1944 et décédé à Uccle le 2 août 2012. Epoux de Coulon Nelly. Papa de Legrain Olivier, Laurent et Philippe. Grand-père de Legrain Erdene, Maadi, Léo, Aristide, Ambroise, Mathias et Jeanne. A habité Avenue Chantecler.

Lehert Marie-Louise : née à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac le 21 avril 1849 et y décédée le 5 mars 1909. Epouse de Boucher Emile-Jean-Baptiste.

Lejeune Simone : née à Braine-l'Alleud le 4 septembre 1924 et y décédée le 18 septembre 2009. Epouse de Langlet Valère puis de Siroul Roger. Maman de Langlet Nadine et Martine. A résidé au 67, Chaussée d'Alsemberg.

Lejour Joseph : né à Wauthier-Braine le 13 novembre 1815 et décédé à Braine-l'Alleud le 17 décembre 1890. Epoux de Thomas Elisabeth.

Lequeu Elise-Marie-Thérèse-Ghislaine : née à Braine-l'Alleud le 15 juillet 1844 et y décédée le 8 mars 1931. Epouse de Clerbois Charles.

Lequeu Elise.








Lespagnard Renée : née à Arlon le 5 février 1929 et décédée à Braine-l'Alleud le 5 décembre 2006. Epouse de Adams Jean. Maman de Adams Véronique et Pierre. A habité Avenue de l'Estrée, 56.

L'Hoir Gilberte : née à Anvers le 21 juillet 1930 et décédée à Braine-l'Alleud le mercredi 7 décembre 2011. Epouse de Fries Jacques.

L'Hoir Gustave : né à Baudour le 12 mai 1924 et décédé à Braine-l'Alleud le 20 novembre 2005. Epoux de Pays Marie. Papa de L'Hoir Anne, Pierre, Marie-Noëlle et Jacqueline. A habité Chaussée de Mont-Saint-Jean, Rue Wayez,...

Linard Idesbalde né Braine-le-Château le 25 mars 1854 et décédé à Braine-l'Alleud le 29 avril 1925. Fils de Ferdinand Linard et Pétronille Marin, il réside à Braine-l'Alleud avec ses parents et ses 6 soeurs, à la rue du chateau n° 18 (changé en 20) à partir de la fin janvier 1873. Il est engagé par la firme Vanham et y sera comptable puis chef comptable, dès la création en 1880 de la grande filature Vanham. Personnalité du milieu catholique au début du XXème siècle. Membre du conseil de la fabrique de l'Eglise Saint-Etienne.

Linard Marie née à Braine-le-Château le 4 mai 1864 et décédée à Braine-l'Alleud le 21 février 1924. Fille de Ferdinand Linard et de Pétronille Marin. Se faisait prénommer Antoinette. Elle habita avec son frère Idesbalde rue Sainte-Anne jusqu'à son décès. Elle était Membre du Tiers-Ordre et Congréganiste de la Sainte-Vierge.

Lor Célina : née à Braine-l'Alleud, le 12 octobre 1842 et y décédée, le 19 août 1908. Epouse de Sempoux Louis.

Lucas Joseph : né à Bruxelles, le 18 juin 1854 et décédé à Braine-l'Alleud, le 14 décembre 1914. Epoux de Arcolie Marie. Père de Adeline épouse Joseph Delvaux, Oscar Lucas, Jeanne et Fernand Lucas. Cultivateur et cabaretier au Ménil, rue du Longchamp actuelle.

Lussier Mathieu : né à Braine-l'Alleud, le 29 juillet 1994 et y décédé le 3 mai 2011. Fils de Lussier Pascal et De Rycke Natacha. Frère de Lussier Jonathan, Julien, Benoit et Dorian.

Ludwig Marie (Soeur Marie Josépha): décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 23 mars 1890 dans sa 40ème année de son âge et la 16ème de sa vie religieuse.

M

Mairesse Zélie : née à Braine-l'Alleud, le 18 décembre 1851 et décédée le 16 mars 1917. Epouse de Gervy Télesphore.

Maljean Françoise : décédée tragiquement à l'âge de 6 ans le 21 mai 1968. Fille de Maljean Michel et de Samain ... . Soeur de Maljean Dominique et Pascale. A habité Chaussée d'Ophain, 246.

Marchand Euphrasie : née à Braine-l'Alleud, le 26 juin 1813 et y décédée le 13 juin 1889. Epouse de Thomas Henri.

Marneffe Faustin : grand mutilé invalide de guerre. 446, l'Hermite.

Marneffe Faustin
Marneffe Faustin. Collection : Jean-Marc Wautier.









Martin Louis : né à Braine-l'Alleud le 29 mars 1891 et mort pour la Belgique le 5 ou 6 août 1914 à Herstal. Fils de Martin Léon et de Degelas Thérèse. Soldat au 11ème Régiment de Ligne. Son corps n'a pas été retrouvé, décès par jugement rendu après la guerre par le tribunal de Nivelles.

Masquelier Raymond : né le dimanche 11 février 1923 à Sovret et décédé le lundi 13 février 2012 à Braine-l'Alleud. Epoux de Fontenelle Claire. Papa de Masquelier Françoise, Brigitte et Pascale.

Masson Charles Théodore : né à Braine-l'Alleud le 17 août 1861 et y décédé le 26 avril 1927. Fils de Léon Masson et Emilie Malevé. Négociant en tissus. Commandant des Pompiers (de 1900 à 1914)et musicien de l'harmonie royale de Braine, excellent pianiste et chanteur. Epoux de Catherine Pauline Masson le 24 mai 1884. Habitait la place Sainte-Anne n°16 maison qu'il fit construire l'année de son mariage.

Masson Léon Jules: né à Braine-l'Alleud le 11 avril 1834 et y décédé le 16 novembre 1891. Fils d'Antoine Masson et de Marie Catherine Vanderbeek. Il épousa Emilie Marie Anne Malevé, dont il eut plusieurs enfants dont Charles et Gustave Masson, qui furent des brainois notoires. Fils d'un négociant de tissus, il exerce le même métier, en contact permanent avec les grandes maisons de commerce textile de Bruxelles. Il développe ses affaires surtout à partir de la mise en service de la gare de Braine, et devient conseiller communal libéral, aux côté du bourgmestre Achille Wayez dès 1878. Il devient aussi échevin le 8 octobre 1886 (nommé par Arrêté Royal du 25 septembre) occupant les fonctions d'officier d'état-civil et est en charge du délicat échevinat de l'instruction publique. Lorsque son mandat s'achève en 1890, des ennuis de santé le dissuade de se représenter. De plus, Achille Wayez quitte la commune. Il laisse donc la place à d'autres. Il se faisait prénommer Jules et non Léon.

Mastes Marie : née à Lillois-Witterzée le 4 mai 1889 et décédée à Braine-l'Alleud le 8 septembre 1975. Epouse de Kégelart Pierre. Mère de Kegelart Jeanne et François.

Mattelè Louise-Octavie (Soeur Marie-Cornélie) : décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 18 juillet 1902 dans la 32ème année de son âge et la 9ème de sa vie religieuse.

Meerts Georges: né à Braine-l'Alleud le 15 janvier 1891 et décédé (pour la Belgique) à Villefranche-sur-Mer le 22 janvier 1917. Fils de Meerts Firmin et de Theys Joséphine. Soldat au 11ème Régiment de Ligne.

Mélarddy Célestine : née à Ophain le 2 juin 1804 et y décédée le 1er avril 1890. Epouse de Favette François.

Melin Nicolas Joseph : né à Braine-l'Alleud le 7 mars 1823 et y décédé le 9 Août 1906. Epoux de Matheys Léonite. Père de Melin Célina.

Melin Célina : née à Braine-l'Alleud, le 20 septembre 1859 et y décédée le 4 novembre 1921. Epouse de Pernelle Emile. Mère de Pernelle Eveline et Pernelle Adeline

Mercier Désiré: né à Peissant (province de Hainaut) le 27 janvier 1805 et décédé à Saint-Gilles, avenue Fonsny (Bruxelles) le 20 novembre 1884. Docteur en médecine, diplômé à Louvain et reçu médecin le 16 juillet 1828, il vient s'installer à Braine-l'Alleud et est rapidement intégré et apprécié par ses concitoyens. Il répand la pratique de la vaccination et prend des mesures prophylactiques pour éviter la propagation des maladies contagieuses. Braine peut ainsi éviter une mortalité accrue lors de la crise du choléra en été 1832, en isolant les malades dans une propriété de Prosper Gouttier (au ménil). Il milite aussi en politique et est échevin dès 1836. Il devient Bourgmestre au décès d'Edouard Gouttier en 1850, fonction qu'il assume jusqu'en 1856.C'est sous sa direction que l'ensemble des sources de la commune sont concédées pour leur exploitation par la ville de Bruxelles, début d'une période de travaux parfois vécus difficilement par les habitants, mais période d'enrichissement aussi pour les Brainois possesseurs des terrains concernés par ces travaux. Actif au sein du conseil provincial, dont il occupera la vice-présidence, il réside ensuite principalement à Bruxelles, tout en gardant un quartier chez son ami Edouard Cloquet dans sa ferme du Môle. Il sera co-fondateur de l'Institut provincial des Sourds- Muets et d'Aveugles du Brabant situé à Berchem -St-Agathe. Epoux d'Elise-Jeanne (Elisa) Franceschini, il aura pour seul descendant Alfred Mercier, lequel sera d'abord voyageur de commerce, puis deviendra officier de l'Armée, et notamment sert dans l'escorte personnelle de la reine Marie-Henriette épouse de Léopold II.

Mercier Désiré-Joseph (Cardinal Désiré-Joseph Mercier): né à Braine-l'Alleud, au château du Castegier, le 22 novembre 1851 et décédé à la rue des Cendres à Bruxelles, le 23 janvier 1926. Cinquième des 9 enfants de Mercier Paul-Léon-Hubert et de Croquet Anne-Marie-Barbe. Certainement la personnalité la plus considérable que notre commune ait connu. La renommée internationale de notre Cardinal a traversé l'Atlantique, ses positions fermes, philosophiquement autant que politiquement, face à l'occupant pendant la Première Guerre Mondiale ont donné à notre Désiré brainois une stature désormais historique.

Mercier Edouard Joseph : né à Braine-l'Alleud le 1er avril 1799 et décédé à Bruxelles le 18 janvier 1870. Fils d'Hubert Joseph Mercier fonctionnaire du cadastre et de Marie François. Contrôleur des contributions, il monte à Bruxelles où grâce aux relations paternelles ainsi qu'aux recommandations de son oncle François Joseph Mercier, autrefois inspecteur du cadastre, il devient Directeur des Finances. Il se rallie de fait à la Révolution Belge, signant dès le 27 septembre 1830, un ordre de payement important pour le comité des finances du Gouvernement provisoire. Il évolue après la révolution dans le milieu du pouvoir. Il est choisi pour devenir Ministre des Finances, étant devenu un technicien expert dans ce domaine. De sensibilité catholique, il est d'abord présenté par les catholiques libéraux, ce qui est l'état d'esprit dominant autour de 1840. Ministre à trois reprises entre 1840 et 1856, dans des cabinets unionistes, il deviendra vers 1850-55, le leader de l'opinion conservatrice, du moins pour l'arrondissement de Nivelles. Il est aussi Gouverneur de la Province du Hainaut entre 1845 et 1847. Epoux de Jeanne Emilie Virginie Maestraten (1808-1835)en premières noces et d'Esther Borel le 5 décembre 1848 à Bruxelles, en secondes noces. Seule sa fille du second mariage, Julie Mercier vivra et épousera un diplomate. Ministre d'Etat, il siège au milieu du siècle comme Membre de la Chambre des Représentants, élu par le district électoral de Nivelles, où il a son influence maximale. Il porte les décorations de Commandeur de l'Ordre de Léopold, de Grand Cordon de la Branche Ernestine de Saxe et de l'Ordre du Lion Néerlandais. Références : Braine-l'Alleud et son histoire, Glanures au fil du Temps n° 5 article consacré à la famille Mercier par Jules Mercier (pages 16 à 18), 1980 ; voir aussi Joseph Tordoir dans : 1846 - Les libéraux en Brabant Wallon paru en 1996.

Mercier Ernest François Octave : né à Braine-l'Alleud le 19 octobre 1837 et y décédé le 17 mai 1876. Fils de Félicien Mercier et de Fulvie Mercier. Maître tanneur et corroyeur rue Bayard dans l'entreprise paternelle, il épouse Louise Marie Vanham (fille de Léopold Vanham et de Placidie de Backer) le 28 novembre 1871. Il fait alors construire l'actuel n°28 rue Longue. Ils n'y résideront que quatre ans, mais auront eu deux fils Edmond Félicien Placide et René Léopold Eugène Mercier. Sa veuve retournera vivre rue Bayard quelques années, se remariera puis devra divorcer !

Mercier Félicien : né à Braine-l'Alleud le 23 janvier 1801 (4 pluviôse de l'an IX) et y décédé le 12 novembre 1883. Fils de Mercier Hubert,fonctionnaire du cadastre, et de François Marie épicière. Il fut le commandant en second des volontaires de 1830, étant parent proche du capitaine Alexis François. Il reçut la croix commémorative de 1830 pour sa participation aux combats de septembre 1830. Fut le parrain actif et dévoué du Cardinal Désiré-Joseph Mercier. Vers 1850, signalé comme tanneur et propriétaire de bâtiments situés dans la rue Bayard (Actuel magasin du photographe Olivier Stourme ainsi que la grande maison voisine). Il fut aussi le président de la société d'Harmonie de Braine-l'Alleud de 1850 à 1862. Deux fils, Louis et Ernest. De ce dernier il y eut une descendance.

Mercier François-Joseph : né à Braine-l'Alleud, le 24 janvier 1771, décédé le 18 juillet 1841. Aîné des six enfants de Mercier François-Joseph et de Tumerelle Marie-Françoise. Epoux de Hulet Marie-Thérèse-Ghislaine. Eut 6 enfants dont Mercier Paul-Léon-Hubert père de Mercier Désiré-Félicien-François-Joseph,le Cardinal Désiré-Joseph Mercier. Fonctionnaire inspecteur du Cadastre pendant l'Empire,Percepteur des contributions, secrétaire de canton, maire de Braine-l'Alleud pendant 34 ans (selon la tradition familiale, mais dans la réalité fut surtout l'homme-clé durant le mayorat de son beau-frère Panquin, d'origine française), conseiller provincial du Brabant. Il sera notamment le négociateur avisé lors des tractations entre Braine-l'Alleud et Waterloo concernant la séparation des biens des deux communes, restées indivis depuis la création de Waterloo en 1796. Le partage intervint en 1840. Ce fut sa dernière grande tâche administrative.


Mercier Paul-Léon-Hubert : né à Braine-l'Alleud, le 19 juillet 1808 et y décédé le 11 décembre 1858. Cinquième des 6 enfants de Mercier François-Joseph et de Hulet Marie-Thérèse-Ghislaine. Epoux de Croquet Anne-Marie-Barbe avec laquelle il se maria, le 10 octobre 1842. Père de Mercier Estelle (née le 6 août 1843), Emérence (née le 15 décembre 1845), Clara (née le 16 juillet 1848), Léontine (née le 1er mars 1850), Désiré-Joseph (né le 22 novembre 1851), Jeanne (née le 29 octobre 1853), un enfant né prématurément et mort le jour de sa naissance), Elise (née le 3 février 1856) et Léon (né le 15 juin 1857). Artiste-peintre, élève de Navez. Négociant et industriel. Prit part à la Révolution de 1830. A habité "château du Castegier"(voir Place Cardinal Mercier)

Mergeay Andrée : née le 29 septembre 1930 à Ixelles et décédée le 5 décembre 2011 à Braine-l'Alleud. Epouse de Rodts Germain. A habité Rue Wayez.

Merckenbrack Simone : née le 26 novembre 1926 à Vilvorde et décédée à Braine-l'Alleud le 30 janvier 2012. Epouse de Pierart Georges. Maman de Pierart Josiane, Luc, Géo, Corinne et Patrick. A résidé à la résidence de la Rue Grange des Champs.

Mertens Evence(Théodule Juvénal) : né à Wauthier-Braine le 2 juin 1838 et décédé à Waterloo le 7 septembre 1884. Fils d'Aimé Mertens et de ROse Cullus, tous deux résidants à Wauthier-Braine. Il épouse à Braine-l'Alleud le 10 juillet 1871 Marie Louise Poulet fille de François Poulet et Marie Jh Laune. Ils auront 3 enfants dont un fils. Evence Mertens travaille tout d'abord comme représentant de commerce pour la firme brainoise de textiles, Dambremé Wenceslas et Pierre Masson. Il devient en 1873 le patron de sa propre firme. En 1881, il fait construire un vaste bâtiment rue de Mont-Saint-Jean (dénomination de l'avenue Léon Jourez à l'époque) qui servira de fabrique et d'entrepôt de toiles. Cette fabrique ne conserva pas longtemps cette affectation.Au XXème siècle, le bâtiment désaffecté est consacré aux Oeuvres paroissiales et est connu sous le nom de Patronage. Evance Mertens déménagea à Waterloo en 1883, après avoir habité chez son beau-père (n° 3 rue Sainte-Anne) de 1871 au 15 avril 1875, date à laquelle il réside au 12 rue du Château.


Meurisse Gustave : né à Braine-l'Alleud le 19 septembre 1835 et y décédé le 10 novembre 1909. Epoux de Roch Anastasie puis de Sampoux Marie. Facteur des Postes. Décoré de la médaille civique de 2ème classe et de la médaille commémorative du règne de S.M. Léopold II. Président de la Société des Décorés.

Michiels Michel : né à Nivelles le 5 février 1958 et décédé accidentellement à Braine-l'Alleud le 14 avril 1992. Fils de Michiels Joseph et de Defuster Janine. Frère de Michiels Marc et Yves. Epoux de Vastrade Béatrice. A habité Avenue des Coquelicots, Rue Grange des Champs,...

Michiels Joseph : né à l'Hermite, le 6 février 1931 et décédé à Braine-l'Alleud, le 23 février 2008. Epoux de Defuster Jeanine. Père de Michiels Michel, Marc et Yves. A habité Avenue des Coquelicots,...

Michotte Eugène : né à Orp le grand, le 15 octobre 1872. Epoux de Decerf Joséphine avec qui il se maria le 15 décembre 1900. Gérait un " Delhaize" au 18, rue de l'Ecole, actuelle Rue de l'Ancien Bourg. Au début septembre 1914, son intervention courageuse auprès d'un "hauptman" allemand empêcha vraisemblablement un massacre (tueries, incendies,...). Voir : "Le Brainois n°1 - Revue d'Histoire et de Folklore" éditée par le Syndicat d'Initiative de la Commune de Braine-l'Alleud - 1966 . Il quitta Braine le 16 février 1931 pour s'établir à Anderlecht.

Minne Augustin-Joseph : né à Braine-l'Alleud le 1er janvier 1823 et y décédé le 6 février 1894. Fils de Charles Joseph Augustin Minne et d'Ermelinde Josephine Dedoncker. Epoux de Daumeries Zaïre. Il fut tout d'abord commissaire-voyer pour le canton de Genappe, puis devint clerc de notaire à Bruxelles puis est nommé notaire à Braine-l'Alleud en automne 1876.Cette nomination aboutit après avoir sensibilisé le milieu des électeurs censitaires brainois. En effet, à cette époque les deux titulaires du notariat étaient d'opinion libérale (Gouttier et Ernest Florian De Rycke). Malgré une pétition de 106 personnalités brainoises réclamant la succession notariale en faveur du neveu, clerc de notaire,Clément Demanet (sa mère était née De Rycke)le ministère catholique de Jules Malou trancha en faveur d'Augustin Minne. C'est donc à partir de 1876 que l'on trouva à Braine-l'Alleud une étude catholique pour rééquilibrer les sensibilités sociales. Augustin Minne fut aussi Membre du Conseil de Fabrique de l'église Saint-Etienne.

Minne Marie : née à Braine-l'Alleud le 18 octobre 1862 et décédée à Anderlecht le 1er juin 1908. Epouse de Vanham Léon.

Minne Marie-Thérèse (Soeur Marie-Thérèse) : décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 12 septembre 1883 dans la 76ème année de son âge et la 40ème de sa sainte profession.

Minne Odile-Amélie-Ghislaine née à Braine-l'Alleud le 1er octobre 1825 et y décédée le 28 mars 1891. Epouse d'Allard Justinien.

Minne Philibert : né à Braine-l'Alleud le 17 février 1799 et y décédé le 15 décembre 1874. Cultivateur dans la rue de l'Hopital, sa ferme a été abattue en 1875 pour faire place à la demeure de Léopold Vanham - Debacker. Sa grange se trouvait rue Bayart, à l'emplacement de laquelle fut bâtie dès 1868, la maison du docteur Séverin, actuellement propriété du docteur Lefèvre. Il épousa Albertine Blondeau native de Horrues, près de Soignies, et eurent deux filles et deux fils. Son épouse est décédée à Braine-l'Alleud, le 17 juillet 1873.

Morton Joan Una : née à Londres le 24 décembre 1920 et décédée à Braine-l'Alleud le 18 juin 2010. Epouse de Cordier Léon. Ex. Royal Air Force 1942-1946 "PER ARDUA AD ASTRA".

Mosselman Justinien : né à Ophain le 7 octobre 1892 et tué sous un pont de chemin de fer, au cours d'une reconnaissance, à Aerschot le 19 août 1914. Fils de Mosselman Julien et de Overputte Marie-Louise. Soldat au 6ème Régiment de Ligne. Il fut inhumé à Aerschot.

Mottet Marie-Thérèse (Soeur Jeanne) : née à Maboge, le 20 août 1929 et décédée à Chimay, le 15 août 2010. Directrice à l'école des Filles de Marie,Institut de la Vallée Bailly, à la Rue Vallée Bailly. Voir sa biographie

Moutteau Nicolas : né à Braine-l'Alleud le 22 novembre 1819 et y décédé le 12 janvier 1901. Epoux d'Henriette Carmiaux (native de Lasne-Chapelle-Saint-Lambert) ils auront 4 enfants. Cultivateur et chaufournier. Il réalise la production de chaux à partir des pierres de marne dans le hameau du ménil et à la chaussée de Mont-Saint-Jean (près du collège cardinal mercier). Habitait au ménil n°4 c'est à dire rue du Baty Gigot une fermette dont il subsiste un puits de forme circulaire admirablement conservé par son actuel propriétaire.

Moutteau Silvain : né à Braine-l'Alleud le 19 mai 1889 et y décédé le 20 février 1919. Fils de Moutteau Jean-Baptiste et de Danis Anastasie. Rentré malade de déportation le 21 février 1917. Déclaré mort pour la Belgique le 15 septembre 1922. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

Muller André : né à Arlon le 15 janvier 1932 et décédé à Braine-l'Alleud le 1er août 2011. Père de Muller Marianne et Muller Jean-Pierre. Grand-père de Richard Charline, Richard Margaux et Muller Jonathan. Professeur de langues au Collège Cardinal Mercier. A habité Avenue des Coquelicots,Avenue Alphonse Allard, Rue du Ménil,...

N

Neveu Marie : née à Ohain, le 26 juin 1880 et décédée à Braine-l'Alleud, le 5 décembre 1945. Epouse de Draguet Joseph.

Nicaise Pierre : né à Braine-l'Alleud en 1789 et y décédé en 1880. Epoux de Rimbert Marie-Joseph. Père de Nicaise Joséphine.

Nicaise Joséphine : née à Braine-l'Alleud le 8 mars 1836. Epouse de Pernelle Antoine. Mère de Pernelle Emile.

Nicaise Marie-Augustine (Soeur Marie-Augustine): décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 20 mai 1885 dans la 60ème année de son âge et la 24ème de sa vie religieuse.

Nicaise Marie-Jeanne : décédée à Braine-l'Alleud, le 12 janvier 1876, à l'âge de 84 ans. Epouse de Renard Célestin.

Nice Adeline (Soeur Marie-Justine): décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le jeudi 15 juin 1893 dans la 28ème année de son âge et la 8ème de sa vie religieuse.

Noens Marthe: née à Anvers le 25 juillet 1911 et décédée à Braine-l'Alleud le 6 octobre 1978. Epouse de Delperdange Léon. Grand-maman de Castiaux Annick.

O

Ooghe Francine : née à Chimay le 4 juillet 1933 et décédée à Anderlecht le 20 novembre 2010. Epouse de Barbieux Robert. Maman de Barbieux Marie-France, Philippe, Dominique et Jean-Pierre.

Orlans Guillaume Joseph dit Joseph : né à Ohain le 30 novembre 1797 et décédé à Braine-l'Alleud le 11 mars 1875. Marié trois fois : la première épouse, le 5 octobre 1822, se nomme Françoise Longe, elle décède à Braine-l'Alleud le 6 juillet 1823. La seconde : Anne-Marie Pierre, native du hameau du ménil,se marie le 16 juillet 1825 et décède le 13 mars 1832. Et la troisième Florentine Flamand (16 novembre 1806 à Braine et y décédée le 20 août 1869),avec laquelle il se maria le 1er octobre 1834. Installé au ménil dès son second mariage il y resta sa vie durant. Il y tient une boutique durant plusieurs décennies, ce qui lui permet d'améliorer son niveau de vie et de faire construire et rebâtir trois maisons. Il décède à la suite du choc émotionnel causé par l'incendie qui ravage trois maisons lui appartenant ainsi qu'à son beau-fils Philibert Chabeau (témoignage familial direct.) Deux filles du second mariage : Catherine et Anne-Marie.

Orlans Anne-Marie : née à Braine-l'Alleud, le 25 août 1826 et y décédée le 27 septembre 1894. Epouse de Chabeau Philibert.

Oudewater Pierre : né le 2 avril 1922 et décédé le 6 août 2012. A fait ses études au Collège Cardinal Mercier. Ordonné prêtre le 28 avril 1946. Professeur au Collège Cardinal Mercier de 1946 à 1948. Vicaire à Waterloo (Chenois), Saint-François d'Assise de 1948 à 1951. Vicaire à Braine-l'Alleud, Saint-Etienne en 1956. Chapelain à Braine-l'Alleud, Saint-Sébastien de 1957 à 1966,...

P

Paduwat Marie Alphonsine : née à Marcq (fusionnée actuellement avec Enghien) le 21 octobre 1851 et décédée à Braine-l'Alleud le 4 mars 1915. Fille de Jean-Baptiste Paduwat et de Marie Thérèse Marin (celle-ci native de Sint-Pieters-Capelle). Epouse du premier garde-barrière Pierre Joinneau, elle est venue résider à Braine-l'Alleud dès les premiers jours de la mise en service de la ligne 124. Marie tenait le café de la Barrière, Station n° 12, où se retrouvaient les cheminots en fonction à Braine de 1896 à son décès. L'occupation allemande de notre commune aggrava sa santé. Elle eut 6 enfants qui vécurent à Braine ou dans les environs.

Paesmans Louis : né à Ophain-Bois-Seigneur le 31 mai 1900 et décédé à Braine-l'Alleud le 5 mars 1971. Meunier, conseiller communal PSC et bourgmestre de Braine-l'Alleud. Fils de Cassien Paesmans, natif de Braine-l'Alleud et de Marie Demeur, native d'Ophain, il grandit dans la commune maternelle où son père a été nommé instituteur communal dans la dernière décennie du XIXème siècle. Les Paesmans reviennent à Braine à la fin de septembre 1921 où Louis reprend le métier de meunier, après le décès d'un de ses oncles. C'est donc à Sart-Moulin, près du Hain et non loin de la chaussée de Tubize qu'il exerce son métier, dans un quartier partagé entre les industries et l'agriculture.Il a épousé Marthe Jossart native d'Ophain également. Lorsque après la seconde guerre mondiale son fils René (né en 1925)reprend une majeure partie de l'activité ancestrale, il n'hésite plus à se présenter aux élections communales, sur les rangs du PSC local alors emmené par le Baron Raymond Snoy et Lise-Marie Désirant, locomotives de la liste de 1952. Il réalise d'emblée le troisième score en votes de préférences. A l'écart de l'incendie provoqué par la question royale, il rallie les scrutins de tous ceux qui veulent tourner la page et voir l'avenir communal s'inscrire dans une logique saine d'amélioration du sort de chacun. Son charisme simple et sain convaincra. Tête de liste PSC en 1958 (second score préférentiel) c'est lui qui rallie les 3 mousquetaires (André Glibert, Emile Désirant et Charles Van Gucht) formant en 1964, le pôle le plus solide des partis traditionnels, face aux socialistes alors en crise, et aux libéraux, fragiles derrière le ténor que fut Raymond Brassinne. D'où découle alors le changement de majorité, historique, auquel il participa pleinement. Au décès de Raymond Brassinne, gardant patience et sang-froid, les 3 mousquetaires proposent alors sa nomination " pour ramener le calme " et devant les divisions libérales, devient Bourgmestre par arrêté royal du 15 décembre 1967. Reconduit après les élections communales d'octobre 1970, mais épuisé physiquement, il entame son second mandat à la tête de la commune, mais décède quelques mois plus tard. Président d'honneur de l'Harmonie de Mont-Saint-Pont après la seconde guerre mondiale.

Paesmans Rémi-François-Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 22 juillet 1920 et y décédé le 9 septembre 1922. La messe d'ange, corps présent, a été célébrée le mardi 12 septembre 1922 à 8 heures en l'église paroissiale de Saint-Etienne.

Paesmans Sébastien : né à Alsemberg le 29 mai 1817 et décédé à Braine-l'Alleud le 25 février 1887. Fils de Guillaume Paesmans, originaire d'Alsemberg et de Emerance Dehoc, ses parents viennent se fixer à Mont-Saint-Pont, reprenant le bail du moulin en 1819, à Jean Martin Langhendries lequel part s'établir à Waterloo. C'est là que grandit Sébastien. Fils de meunier, ce sera son métier et sa préoccupation centrale, sa vie durant. En 1840, son destin prend forme, succédant à son père dans ses responsabilités de meunier principal à Mont-Saint-Pont, et en se mariant à la fille du meunier Jean-Baptiste Piel établi, quant à lui, depuis 1835, à Sart-Moulin.Son épouse Désirée Piel est native de Drucourt, commune du département de l'Eure en France, ne vivra hélàs pas longtemps, et son décès le 27 octobre 1845, est une épreuve majeure de sa vie. Seule une fille, Adélaïde survit à leur mariage, mais au remariage avec une nivelloise, Renelde Pigeolet, les parents de sa première épouse quittent Braine-l'Alleud, revendant sous seing privé le moulin, emmenant la petite Adélaïde. Sébastien Paesmans, opte alors pour le moulin Piel et achève son bail à Mont-Saint-Pont. De son second mariage, il aura 7 enfants en bonne santé, 4 fils et 3 filles. Parmi eux, René, qui reprendra le métier de meunier (né le 23 février 1851) et Cassien, deviendra instituteur (né le 15 avril 1863), Marie, qui vivra jusqu'à la seconde guerre mondiale assurera l'intendance familiale. En 1863, le sort frappe une nouvelle fois très durement. Alors que Sébastien a décidé de rénover et d'agrandir le patrimoine et les installations du moulin, il contracte deux emprunts importants auprès de membres de la famille Jottrand résidant à Saint-Josse-ten-Noode. Quelques mois plus tard, en septembre, le moulin flambe et est quasi totalement détruit. Reconstruit et modernisé, le moulin Paesmans retrouva toute son importance quelques temps plus tard, confortée par l'application de la force motrice de l'électrification. Pour trois générations encore....

Rédaction Ph.B. Sources : état-civil de Braine-l'Alleud et Ophain-Bois-Seigneur-Isaac; cadastre du Brabant, enregistrement. Sur l'incendie et les prêts : Notariat Général du Brabant Minutes du notaire Félix Gouttier année 1863, Gazette de Nivelles relatant sur deux numéros consécutifs les détails de l'accident.

Parmentier Aurélie : née à Braine-l'Alleud, le 30 octobre 1853 et décédée à Waterloo, le 20 septembre 1921. Epouse de Ducarme Henri.

Parvais Anna: décédée le 10 décembre 1962 dans sa 74ème année. Le service funèbre a été célébré le jeudi 13 décembre 1962 en l'église décanale Saint-Etienne. Epouse de Castiaux Justinien.

Parvais Véronique : née à Nivelles, le 25 mars 1959 et décédée à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac, le 3 juillet 2006. Fille de Parvais José et de Lebrun Yvette. Soeur de Parvais Louis-Marie, Hervé et Pascale. Epouse de Dujardin Serge. Maman de Dujardin Maxime et Jill. A habité Avenue des Coquelicots, clos du Champ d'Abeiche,...

Pastur Félix-Georges dit : "Géo" né à Braine-l'Alleud le 25 août 1878 et décédé le 12 février 1962 à La Hulpe. Fils de Clémentine Victorine Pastur et de père inconnu. Il épouse le 10 mai 1902, Marie Ghislaine Walschaerts, fille des commerçants Walschaerts - Coré (au coin de la rue du Serment et de la rue Jules Hans).Georges Pastur est une personnalité du monde journalistique belge. Neveu de l'imprimeur et commerçant Léon Pastur, il grandit dans cette famille. Dès qu'il est en âge de travailler, il participe aux travaux de l'imprimerie "du Lion" dirigée par son oncle. Devenu vers ses 20 ans co rédacteur de l'Annonce Brabançonne, il se passionne pour le sport en général, les débuts du cyclisme de randonnée, puis de compétition en particulier. Il croise le fer (ou les rayons) avec d'autres cyclos amateurs, tels que Defalque, Devalkeneer et autres champions locaux ou régionaux. Ses chroniques sont signées : Gé pédalé.... Il est aussi le chroniqueur attentif des rencontres de balle-pelote. Devenu journaliste à Bruxelles avant la première guerre mondiale, il crée pendant le conflit une rubrique : " le courrier des soldats " visant à acheminer les lettres des militaires bloqués derrière l'Yser auprès de leurs familles. Plus tard, après l'armistice, il crée le journal Le Brainois, qui sera un des trois principaux hebdomadaires de notre commune, jusqu'au début de la seconde guerre mondiale. Il se retire alors de la vie journalistique. Mais il publiera encore des chroniques locales d'après guerre, notamment dans le journal libéral : Le Publicateur du Canton de Wavre,papiers sans contenu politique, ce qui lui vaudra parfois des déconvenues avec des confrères plus engagés. Il possède aussi une petite boutique de papeterie et autres objets de décoration d'intérieur,chaussée d'Alsemberg puis rue de l'école (n° 7). Membre de la Société Royale d'Harmonie de Braine-l'Alleud, il assume la percussion depuis son adolescence.Malade les dernières semaines de sa vie, il décède dans la clinique du Docteur Dersheid. Nous lui devons, en tant qu'amateurs d'histoire locale, d'avoir conservé de nombreux extraits de l'Annonce Brabançonne, sous la forme de découpes d'articles, nécrologies, réclames et affiches diverses, collées dans un fort volume relié de correspondances commerciales qui passa successivement de sa veuve à feu Pierre Desenfans, puis à feu Gaston Philippe et à sa famille. Merci à Géo Pastur, grâce à qui de nombreux détails de la vie brainoise ont été conservés. Sources : le Publicateur de la ville de Wavre (1948 à 1956), L'Annonce Brabançonne (de 1885 à 1914); le Brainois (1919 à 1939). Ph. B.

Pastur Léon : né à Braine-l'Alleud le 18 juin 1854 et y décédé le 22 mai 1918. Fils de Jean-Baptiste Pastur et d'Apolonie Ghislaine Gosseau. Léon Pastur a été imprimeur, photographe, créateur, rédacteur et éditeur responsable de l'Annonce Brabançonne, commerçant de cycles, de produits à vocation sanitaire (baume du Lion) de divers articles, et agent publicitaire. Léon Pastur travaille dès ses 20 ans pour deux imprimeurs successifs à Bruxelles. Chargé de placer des publicités d'une part et d'assurer la confection et la mise en page d'une gazette de la capitale, il lance un titre à Braine-l'Alleud en 1883 : L'Utilité. Ce journal hebdomadaire connaît plusieurs parutions. En juin 1885, il lance alors un journal qui va connaître une pérennité rare à un échelon aussi local. L'Annonce Brabançonne est tout d'abord une feuille de 4 pages dont 2 entièrement consacrées à la publicité pour ses annonceurs. Ensuite, et rapidement, le contenu rédactionnel local ou général l'emporte. La chronique des événements brainois est variée, sans tendance politique, bien que Pastur ne fait pas mystère d'être entouré et supporté par la bourgeoisie libérale, comme l'Echo du Hain est supporté par le milieu catholique brainois. Comme il est aussi engagé dans la vie associative, particulièrement dans le Cercle dramatique crée en 1875 et dont il est président en 1900, l'Annonce publie tous les comptes rendus des festivités théâtrales (avec un goût prononcé pour le théâtre en wallon) et supporte aussi la Société Royale d'Harmonie dont il relate les soirées, les festivals, les sorties. La vie politique est narrée assez sobrement. Les élections et leurs suites font l'objet de commentaires d'un observateur bienveillant. Il épouse Eugénie Dauphin (née à Diest le 8 avril 1854) à Bruxelles le 28 avril 1888, avec qui il aura deux filles, Alice et Léa. Son imprimerie a été successivement établie dans des locaux de la rue du château n°2 (chez son ami Jules Voussure et ses parents) de 1883 à 1886; ensuite, rue du Môle 5 puis après 1897, au n° 42 de la même rue, formant le coin de la rue du Serment. Enfin, il s'établit à la Place Sainte-Anne n° 4 avant la première guerre mondiale. C'est Jules Grotard qui reprendra en 1919 le titre de l'Annonce Brabançonne, en rendant hommage à Léon Pastur dans le premier numéro d'après guerre.


Pastur Marie : née à Braine-l'Alleud le 10 décembre 1856 et y décédée le 7 août 1936. Epouse de Lacroix Alphonse. Fille d'Henri Joseph Pastur tisserand et d'Antoinette Ipersiel.

Pays Alexandre-Jean-Baptiste-Ghislain:né à Braine-l'Alleud le 1er mars 1884 (Sart-Moulin) et y décédé le 25 mai 1951 (Place Sainte-Anne . Fils de Jean-Baptiste Pays et de Virginie Glibert. Epoux de Voussure Maria puis de Gervy Sylvie. Architecte et géomètre. Par ses parents et ses ancêtres ancrés à Braine-l'Alleud, il s'intéressa à la vie sociale et politique locale. Candidat sur la liste catholique aux élections de Mai 1921, il devient conseiller communal le 2 février 1924, en remplaçant le brasseur Alfred Glibert. Il restera conseiller communal durant le reste de ses jours, sans interruption, notamment au moment de l'évacuation générale en mai 1940. Nommé bourgmestre faisant fonction entre le 21 mai 1940 et le 25 mai 1944, date où il démissionne de cette charge en restant simple conseiller communal. Il fit preuve de sang-froid et de courage pour diminuer le plus possible les difficultés de ses administrés aux prises avec l'occupation allemande. Père d'Ernest Pays, et de ses 3 soeurs aînées : Claire, Marie-Virginie et Laure Pays. (voir aussi BRANIA Revue du Cercle d'Histoire et de Généalogie de Braine-l'Alleud, 2006/2 - 2007/1, pages 56 à 74.)

Pays Ernest : né à Braine-l'Alleud, le 7 juin 1925 et y décédé le 3 juin 1994. Epoux de Jacob Marie-Louise. Père de Pays Yves, Anne et Dominique. Architecte. Président honoraire de la Fabrique d'Eglise de Saint-Etienne. A habité Chaussée Reine Astrid et avenue Raymond Brassinne.

Pernelle Antoine : né à Braine-l'Alleud, le 4 février 1834 et y décédé le 4 Mars 1900. Epoux de Nicaise Josephine . Père de Pernelle Emile.

Pernelle Emile : né à Braine-l'Alleud, le 10 mars 1861 et y décédé le 2 mars 1927. Epoux de Mélin Célina. Père de Pernelle Eveline et de Pernelle Adeline.

Pernelle Eveline: née le 13 mai 1886 à Braine-l'Alleud et décédée à Nivelles le 18 octobre 1966. Epouse de Grislain Alexandre. Mère de Hélène Grislain.

Pernelle Adeline : née le 17 avril 1889 à Braine-l'Alleud et décédée à Laneffe en 1979. Mère de Senterre Roger.

Petit François: né à Ophain le 22 mai 1878 et mort pour la Belgique à Lillois le 27 octobre 1918. Fils de Petit François et de Rimbert Léocadie. Epoux de Huriaux Marie. Maçon. Déporté le 8 novembre 1916 et rentré à Lillois le 19 février 1917.

Petit Marie-Louise : née à Namur le 16 février 1913 et décédée à Jambes le 6 janvier 1985. Epouse de Dehaye Louis. Mère de 9 enfants dont Dehaye Anne, Philippe, Jean-Pierre, Benoît, Geneviève, Véronique,... A habité Rue de la Légère Eau,65,....

Philippart Robert : né à Ressaix le 4 janvier 1932 et décédé à Braine-l'Alleud le 23 décembre 2012. Epoux de Scolas Suzanne. Papa de Philippart Vincent.

Pieret Jean-Baptiste: né à Braine-l'Alleud le 24 juin 1790 et y décédé le 19 octobre 1877. Fils de Charles Louis Pieret et d'Elisabeth Delval. Son père crée une teinturerie le long du Hain, au croisement de la rue de la Gare à Sart-Moulin, l'année même de sa naissance. Décédé en 1813, c'est Jean-Baptiste, le fils aîné qui reprend l'activité.Il épouse Dieudonnée Decupyer en 1817, après avoir reconnu son fils Jean Joseph né en 1816. Il donne un grand essor à l'activité de la teinturerie en bleu et fonde la réputation de la maison du Bleu de Sart-Moulin. Il achète aussi de nombreux terrains afin d'asseoir ses finances dans des décennies où l'activité est très dépendante des fluctuations commerciales. Cette prudence fait de lui un rentier au moment où, au milieu du siècle, il cède l'entreprise à son fils Jean Joseph. Il décède dans la maison qui a connu tout l'essor du Bleu de Sart-Moulin, dont la propriété longe la rivière et la rue du four actuelle, l'ancien pensionnat voisin ayant été acquis par son fils.

Pietquin Jean-Pierre : né le lundi 9 février 1942 à Lillois-Witterzée et décédé à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac le jeudi 21 juin 2012.Père de Pietquin Frédéric et Fabienne. Grand-père de Pietquin Amandine, Pietquin Guillaume, Dutilleux Antoine, Dutilleux Valentin et Dutilleux Nicolas.

Pire Jeanne : née à Havelange le 20 octobre 1925 et décédée à Braine-l'Alleud le 25 août 2012. Epouse de Genon André. Maman de Genon Marie-Chantal, Jean-Marie, Dominique et Béatrice.

Piraux Firmin: né à Biesme-sous-Thuin, le 20 octobre 1905 et décédé à Braine-l'Alleud, le dimanche 23 novembre 1975. Fils de Piraux Bonheur et de Cornet Catherine. Epoux de Coppin Jeanne (Mariage : le 14 août 1926 à Barbençon). Père de Piraux Maurice (né le 18 janvier 1928) et Marcel (né le 13 mai 1931). A habité Rue de la Croix puis entre 1935 et 1975 à la Chaussée d'Alsemberg. Clerc du notaire Glibert. Décoré de la Croix Pro Ecclesia et Pontifice.

Piraux Maurice : né à Barbençon, le 18 janvier 1928 et décédé à Bruxelles le mardi 3 janvier 1989. Fils de Piraux Firmin et de Coppin Jeanne. Epoux de Castiaux Simone. Père de Piraux Jean-François (né le 16 juillet 1954), Bernadette (née le 9 mars 1956), Béatrice (née le 31 janvier 1958) et Roseline (née le 4 septembre 1962). Docteur en droit. A écrit "C'est la ville qui nous envie". A habité Rue de la Croix,Chaussée d'Alsemberg, Rue Longue, Avenue Napoléon et Avenue des Coquelicots.

Plasman Prosper né à Braine-l'Alleud le 31 décembre 1835 et y décédé le 10 juin 1899. Négociant en tissus, il a succédé à Louis Spronck ancien échevin libéral, dans ses propriétés de la rue des Jambes. Candidat pour la liste libérale en 1890. Après la dissolution du corps des pompiers volontaires de la commune, il est le premier commandant du corps des Pompiers Communaux entre 1888 et son décès. On peut voir sa photo dans la revue consacrée à l'Hôtel de Ville, où il préside son corps de sapeurs en uniformes. Il a aussi fait partie des membres fondateurs de la mutuelle indépendante de secours ouvriers " L'Alliance". Son épouse s'appelait Joséphine Nonnon.

Pleunes Gustave : né à Bruges le 13 octobre 1863, décédé le 10 août 1950 à Braine-l'Alleud. Diplômé de l'Ecole Normale , il obtient le poste d'instituteur à l'Ecole Communale du Centre à Braine-l'Alleud en 1883. Au décès de Constant-J. Schepers, il devient instituteur en chef puis Chef d'Ecole. Engagé socialement, il fonde, en 1901, avec le député Alphonse Allard, l'"Union syndicale des maçons et aide-maçons". Il fut aussi le premier instituteur communal à donner des cours de néerlandais, étant parfait bilingue dès l'enfance. Professeur également à l'Ecole Industrielle de Braine-l'Alleud. Artiste reconnu, maniant le fusain et la peinture, il a laissé de nombreuses aquarelles représentant les coins typiques de la commune à la fin du 19è siècle. La Royale Harmonie de Braine-l'Alleud, dont il fut le secrétaire durant 50 ans, le conduisit à sa dernière demeure, en 1950. La presse du lendemain a dit de lui : "Il a passé en faisant le bien". Il épousa Elisabeth Hancq dont il eut deux fils, Maurice et Lucien Pleunes.

Pleunes Lucien : fils cadet de Gustave Pleunes et d'Elisabeth Hancq, est né à Braine-l'Alleud le 10 mai 1899 et y est décédé en 1989. On retiendra son maïorat (1953 - 1955) durant lequel il se montra un bourgmestre "compétent, distingué et aimable"; il présida entre autres les cérémonies de jumelage de Braine avec Ouistreham-Riva-Bella en 1954. On ignore plus souvent qu'il fut également capitaine de l'équipe de football du Racing White où il joua de 1923 à 1925. Fortement engagé politiquement, il fut l'un des piliers du Socialisme en Brabant wallon. Ecrivain et chroniqueur, il publia - le plus souvent sous un pseudonyme - de nombreux "papiers" d'actualité ou historiques.

R

Randoux Berthe : née à Braine-l'Alleud le 31 janvier 1927 et décédée à Ixelles le 13 janvier 2011. Epouse de Ribant Valère. Mère de Ribant Daniel.

Ransquin Jeanne : née à Plancenoit le 4 août 1792 et décédée à Braine-l'Alleud le 20 avril 1873. Epouse de Jean-Baptiste Hyernaux (voir à ce nom).

Ransquin René : né à Plancenoit le 18 août 1878, et décédé à Braine-l'Alleud le 9 mai 1922. Fils de Lubin Alexandre Ransquin fermier propriétaire à la Maison du Roi et de Jeanne Adolphine Dessy décédée à Plancenoit en 1898. Docteur en médecine il exerce à Braine-l'Alleud à partir de 1905 et deux ans plus tard il épouse le 3 avril 1907 Marie Clémence Vanham, fille de Justin Vanham, filateur décédé le 13 janvier 1905 (voir sa notice) et de Maria Broekman native de Nimègue aux Pays-Bas. Ses deux frères Raymond et Gaston restent agriculteurs à la Maison du Roi sous Plancenoit. Il est domicilié chez ses beaux-parents, actuelle Avenue Léon Jourez, en face du parc, étant le voisin immédiat du notaire Gillis (plus tard les notaires Glibert). C'est chez eux que se déroulait le goûter des enfants qui avaient fait leur confirmation le matin, après la première guerre mondiale.

Raymond Richard : né à Braine-l'Alleud, le 18 septembre 1920 et y décédé le dimanche 19 mai 2002. A habité Chaussée d'Alsemberg. Epoux de Stassin Agnès. Père de Raymond Vincent, Benoît et Françoise. Membre pendant plus de 40 ans de la conférence de Saint-Vincent de Paul de la paroisse Saint-Etienne.

Raymond Vincent : né à Berchem-Sainte-Agathe, le 18 juin 1952 et décédé inopinément à Waterloo, le 20 mai 2001. Fils de Raymond Richard et de Stassin Agnès. Frère de Raymond Benoît et Françoise. Epoux de Vanobbergen Brigitte. Père de Raymond Olivier, Frédéric, Aline et Géraldine. A habité Chaussée d'Alsemberg,...

Reiff Alexis : né à Waterloo le 29 avril 1872, décédé à Braine-l'Alleud le 10 juin 1955. Epoux de Lacroix Joséphine (mariage le 29 juillet 2005 à Braine-l'Alleud). Père de Reiff Alexandre, Julia, Emile, Ernest, Willy et Gaston. Source : "Revue Brania" (2008/1) page 31.

Reiff Gaston: Gaston Reiff

Renard Célestin Antoine : né à Braine-l'Alleud le 30 mars 1794 et y décédé le 24 janvier 1847. Fils de Renard Michel et Piret Marie-Thérèse. Epoux de Nicaise Marie-Jeanne. Papa de l'Abbé Michel Renard. Fabricant de bas, cultivateur et cabaretier. A habité Rue du Château.

Renard Célestin Maurice Gilain : né à Braine-l'Alleud le 6 avril 1821 et y décédé le 13 juillet 1881. Fils de Renard Célestin Antoine et de Nicaise Marie-Jeanne. Frère de Renard Michel (Abbé Michel Renard). Célibataire.

Renard Clément Michel Gilain: Abbé Michel Renard

Renard Michel : né à Braine-l'Alleud le 11 mai 1748 et y décédé le 11 janvier 1823. Fils de Renard Léon-François et de de la House Catherine. Epouse Piret Marie-Thérèse le 15 février 1790. Grand-père de l'Abbé Michel Renard. Il fut conseiller municipal, échevin, bourgmestre, notaire,cultivateur, négociant et même brasseur.

Renard Euphrasie: décédée à Braine-l'Alleud le 12 janvier 1877 à l'âge de 72 ans. Epoux de Malfroid.

Renard Philomène: Marie née à Braine-l'Alleud le 11 avril 1836 et y décédée le 30 janvier 1899. Fille de Célestin Antoine Renard et de Marie-Jeanne Nicaise. Epouse de Zacharie Firmin Stourme fabricant de vannerie, mère de Zacharie, Louis, Joseph Stourme, tous trois fabricants de vannerie également. Elle est née rue du Château et est décédée dans la maison attenante à la fabrique qui à cette époque occupait l'emplacement actuel de l'agence Belfius, au début de l'avenue Léon Jourez.

Rigaux Justinien : né à Braine-l'Alleud le 22 novembre 1882 et y décédé le 14 janvier 1971. Ancien Comabttant de 14-18. Epoux de Marie Van Weerdegem. Contre-maître de maroquinerie. Habitait au Castegier, chaussée d'Alsemberg 129.

Rigaux Léon : né à Braine-l'Alleud le 19 mai 1894 et décédé à Montignies-sur-Sambre ("Le Rayon de Soleil") le 6 avril 1973. Ancien combattant 14-18 et déporté en novembre 1916. Epoux de Sylvie Prins. Maçon. Habitait rue Wayez 97.

Rimbert Firmin : né à Braine-l'Alleud le 14 juin 1893 et mort pour la Belgique à Alveringhem le 24 novembre 1914. Fils de Rimbert Firmin et de Colin Philomène. Soldat au 10ème Régiment de Ligne. Il est mort dans l'ambulance à 4 heures du matin. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

Rimbert Marie Joseph: née à Braine-l'Alleud en 1790 et y décédée en 1866. Epouse de Nicaise Pierre. Mère de Nicaise Joséphine.

Rochat Lucette: née à Pompaples Saint Loup (Suisse) le 20 mai 1937 et décédée à Wavre le 31 juillet 2007. Epouse de Richard Jacques. Maman de Richard Jean-Luc et Marc. A habité Rue de la Croix.

Ruelle Marie-Joséphine (Soeur Marie-Joseph) : décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 14 février 1896 dans la 42ème année de son âge et la 23ème de sa vie religieuse .

S

Saint-Jean Désiré : né à Ophain le 11 mai 1934 et décédé à Braine-l'Alleud le 30 juin 2010. Boucher-charcutier de l'Estrée, chaussée d'Alsemberg, au coin de la rue de l'Abattoir. Il a épousé Marie-Louise Scourneaux et eut une fille Mireille Saint-Jean.

Saintes Herman : né à Lillois-Witterzée le 4 août 1896 et mort pour la Belgique à Soltau, à l'hôpital des prisonniers de guerre, le 28 janvier 1917. Fils de Saintes Elise. Domicilé à Lillois rue Fontaine Saint-Jean,284. Artisan.

Sanspoux Emilienne: née à Braine-l'Alleud et décédée au Foyer Christiane Boonen (Villance) le 7 février 1943.

Sansterre Justinien : né à Braine-l'Alleud, le 29 mai 1866 et y décédé le lundi 9 décembre 1912. Epoux de Castiaux Coralie. Décoré de la Médaille industrielle de 2ème classe.

Schépers Constant-Joseph : né à Grez-Doiceau le 26 septembre 1849 et décédé à Braine-l'Alleud, le 2 mars 1909. Fils de Constant Joseph Schépers et de Jeanne Guilmain. Il épouse Marie-Thérèse Rémy, originaire de Grez-Doiceau, comme lui. le 4 septembre 1872. Son père était décédé pendant son service militaire, le 31 août 1868 et il était déjà orphelin maternel depuis ses 7 ans. Il fut nommé sous-instituteur à Braine-l'Alleud en avril 1869, puis Instituteur en chef en novembre 1874. En 1880, le gouvernement libéral de Frère-Orban pensa à lui et lui proposa le poste d'inspecteur de l'enseignement officiel dans la province de Brabant. Il hésita mais sur l'insistance d'Achille Wayez, bourgmestre de Braine, il resta en poste dans notre localité.C'est Constant Schépers qui devint titulaire de la direction de l'école primaire lors de son transfert de la rue de l'Ancien Bourg actuelle à la rue Schépers alors nommée rue de l'enseignement.En charge de l'organisation générale des classes, il fut aussi et surtout un pédagogue brillant et renommé.Il voulut stimuler ses élèves à s'améliorer et leur proposait volontiers de se présenter au concours organisés entre les écoles dans des épreuves visant à améliorer le niveau des connaissances et la formation du caractère pour permettre au plus grand nombre d'entre eux d'entrer dans la vie sociale munis d'un solide bagage. Il fut: collaborateur aux journaux Wallonia et l'Annonce Brabançonne (sous le pseudo : "Céjiesse" ses initiales : CJS). En tant qu'instituteur il estimait que l'éducation des enfants du peuple devait être réalisée en fonction de l'instruction laïque, scientifique, comme nombre de bourgeois le revendiquaient au milieu du XIXème siècle. C'est pourquoi il voulut toujours garder une totale indépendance à l'égard du clergé, et à Braine-l'Alleud, cela signifiait une distance très nette par rapport au Curé-Doyen d'alors, Adolphe Hoofs, dont la force de caractère était fortement trempée par une obédience farouche à la seule hiérarchie ecclésiastique. C'est pour cette raison que Schépers se rallia d'emblée au milieu libéral brainois et qu'il fut un des membres fondateurs du cercle libéral "Le Progrès" en juin 1884 lors d'une réunion qui se tint chez Albert Daye à l'Estrée,Chaussée d'Alsemberg.Il revendiqua aussi sa participation au cercle de la Libre-Pensée du Brabant. Il était aussi président du cercle pédagogique cantonal. Il a publié plusieurs livres soit à finalité pédagogique, soit à vocation culturelle tels que son récit de la bataille de Waterloo (1894) et un réputé almanach brainois (1891). Dans le cimetière du centre, un mémorial rappelle également son souvenir, il a été élevé sur sa tombe par ses anciens amis et élèves en octobre 1909.Il fut aussi musicien et soutien effectif de l'Harmonie de Braine-l'Alleud. Après avoir résidé dans les deux écoles primaires qu'il dirigeait, il fit construire dans le nouveau quartier de Saint-Sébastien, dans l'actuelle rue de la Croix où il termina ses jours. Père d'Ivan (né le 27 juin 1873) et de Juliette Schépers (née le 5 février 1877). In memoriam. Ph.B.

Scocaert Elisa : née à Braine-l'Alleud le 23 septembre 1854 et y décédée le 28 avril 1911. Epouse de Van Cabeke Victor.

Senterre Justinien : né à Haine-Saint-Paul, le 27 septembre 1890 et décédé à Braine-l'Alleud en juillet 1957. Epoux de Polderman Annie (de nationalité hollandaise). Grand blessé de guerre 1914-1918. Titulaire des distinctions honorifiques suivantes : la médaille commémorative de la guerre 1914-1918, la médaille de la victoire, la croix de Chevalier de l'ordre de Léopold II au titre de "grand blessé", la croix de guerre 1914-1918, la croix de feu 1914-1918, nommé Chevalier de l'ordre de la couronne par le prince régent à la date du 21 juillet 1944, la médaille commémorative de l'indépendance nationale et diverses décorations civiques. Il fut pendant sa vie professionnelle et jusque sa retraite "inspecteur adjoint" à la régie d'électricité de la commune d'Ixelles et résidait à l'époque à Watermael-Boitsfort.

Senterre Justinien.








Senterre Jean-Baptiste : né à Haine-Saint-Paul, le 15 août 1891 et décédé à Braine-l'Alleud, le 24 février 1964. Epoux de Pernelle Adeline. Père de Senterre Roger et frère de Justinien Senterre (grand blessé de guerre 1914-1918)

Senterre Roger : né à Braine-l'Alleud, le 5 mars 1915 et décédé à Montignies Le Tilleul en 1993. Epoux de Courtois Mariette. Père de Senterre Sylviane, Alain et Yves.

Senterre Joseph : né à Wauthier-Braine le mardi 12 août 1919 et décédé à Braine-l'Alleud le dimanche 18 décembre 2011. Epoux de Raes Lucienne.

Severin Eveline (Mère Marie-Laurence de Saint-Louis de Gonzague) :née à Braine-l'Alleud le 8 avril 1869,religieuse professe le 14 septembre 1895 et décédée à la Sainte-Famille d'Helmet le 4 septembre 1836.

Severin Jules-Joseph : né à Grand-Leez (province de Namur), le 7 décembre 1837 et décédé à Braine-l'Alleud, le 6 juillet 1919. Epoux de Deladrière Adolphine. Docteur en médecine. Chevalier de l'Ordre de Léopold. Décoré de la Croix Civique de Première Classe et de la Médaille Commémorative du Règne de Léopold II. Il s'installa à Braine-l'Alleud en juillet 1863, Rue des Brasseurs, puis fit construire en 1868 la grosse demeure bourgeoise qui fait l'angle de la Rue Bayard et la Rue des Tisserands. Il fait pour cela abattre, des granges séculaires qui appartenaient au fermier Philibert Minne (Rue de l'Hôpital). C'est chez lui que se déroule une partie de la réception officielle de l'Archevêque de Malines Mgr Goossens le 29 août 1886. Il devint rapidement populaire comme médecin, s'intéressa spécialement à l'éducation de la classe ouvrière, et devint conseiller communal en 1875, alors comme catholique indépendant, puis se rallia à la section locale du parti catholique, et siégea jusqu'en 1899 (mais avec une interruption entre 1882 et 1885). Il publia une très intéressante étude sur la petite enfance en 1916 intitulée :" La protection de l'enfance et les consultations de nourrissons dans les communes rurales qui est une référence pour la question de l'encadrement de la petite enfance. Il est le co-fondateur avec sa fille Adèle Séverin de la première consultation des nourrissons à Braine-l'Alleud qui commença son oeuvre en 1906 et comprenait deux sections, une pour le centre, une seconde pour les hameaux, recevant une centaine d'enfants dans leur première année. Une des plus importantes personnalités de notre histoire communale. Un peu laissé dans l'oubli, hélàs !

Severin Jules-Joseph.










Severin Léon : né à Braine-l'Alleud le 8 mars 1876 et décédé à Wareghem le 22 septembre 1930. Epoux de Canler Gabrielle. Ingénieur, Chevalier de l'Ordre de la Couronne.

Severin Léonie-Marie-Acardie : née à Braine-l'Alleud le 16 janvier 1868 et y décédée le 24 janvier 1950. Epouse de Vanham Désiré. Décorée de la Croix Pro Ecclesia et Pontifice.

Severin Raymond-Emile-Joseph : décédé le 2 septembre 1880 à l'âge de 2 mois. Une messe d'ange a été célébrée le samedi 4 septembre 1880 à 8 1/2 heures en l'église de Braine-l'Alleud.

Smans Anna : née à Bruxelles, le 23 mars 1930 et décédée à Braine-l'Alleud, le 27 mars 2006. Epouse de Vanderborght Michel. Mère de Vanderborght Michel et Yves (né le 1er mars 1962).

Snoy Raymond : né à Braine-l'Alleud le 14 octobre 1885 et décédé à Bruxelles le 19 juillet 1960. Il servit successivement au 1er régiment de Lanciers et des Guides pour être désigné par la suite au service de l'artillerie. Il devint expert en achat de chevaux. Il fut blessé deux fois pendant la guerre 1914-1918. En 1940, il fut fait prisonnier par les Allemands et fut emmené dans un camp de prisonniers jusqu'en 1945. Il fut nommé lieutenant-général honoraire en 1946.Il fut conseiller communal PSC de 1952 à 1958 et de 1959 jusqu'à sa mort en 1960. Une esplanade lui a été consacrée : Esplanade Lieutenant-Général Baron Snoy.

Spiltoir René : né à Amiens (France) le 14 octobre 1932 et décédé à Braine-l'Alleud le 26 janvier 2010. Epoux de Rousseau Christiane. Papa de Spiltoir Etienne.

Springal Pierre Joseph : né à Braine-l'Alleud le 13 mars 1837 et y décédé le 14 juin 1911. Fils de Jean-Baptiste Springal et de Marie-Thérèse Cumps. Epoux de Marie Parmentier. Maçon puis entrepreneur en constructions. Instruction acquise, il entre en association avec Pierre-Louis Glibert, entrepreneur et financier en son temps favorisé par le Ministre d'Etat Edouard Mercier (voir ce nom). Il devient ainsi le principal maître - maçon à l'époque où se bâtit tout le quartier de la gare. Il est aussi le maître d'oeuvre de plusieurs maisons de la place Sainte-Anne, dont celle de son domicile (n° 16). Il participe à deux reprises aux luttes électorales de notre commune, en 1887 et 1890, en support de la liste catholique. Il termine paisiblement sa vie en rentier.


Spruyt Adhémar : né à Braine-l'Alleud le 28 juin 1879 ( rue du Môle 10 ) et y décédé le 23 novembre 1965 ( rue Pierre Flamand 46 ) fils de François Spruyt (plafonneur) et de Hélène Debusse. Epoux d'Irma Naverne le 14 janvier 1914, sans descendance. Négociant en matériaux de constructions.

Stassin Agnès : décédée le vendredi 28 octobre 2005, âgée depuis peu de 80 ans. Epouse de Raymond Richard. Mère de Raymond Vincent, Benoît et Françoise. A habité Chaussée d'Alsemberg.

Stekke Luc: né à Tubize le 4 février 1938 et décédé à Braine-l'Alleud le 6 août 1991. Fils de Stekke Marcel et de Bonnewyn ?. Epoux de Botman Anne-Marie puis de Pauwels Marie-Jeanne. Papa de Stekke Anne, Bertrand, ?, Laurent et François. A habité Route du Lion 2,51.

Stourme Thomas né à Virginal le 7 mai 1796 et décédé à Braine-l'Alleud le 1er janvier 1875. Epoux de Pauline Gailly et ancêtre de la famille Stourme qui a fait souche à Braine-l'Alleud. Installé à la rue Bayart puis à la Goette (registre de population 1846 - 1870 : maison n° 436). Thomas Stourme exerça le métier de vannier, en s'alliant avec Jean Joseph Godart et Prosper Gouttier dont il exploitait les oseraies situées le long du Hain. On retrouve ainsi une patente pour l'exercice de ce métier à son nom dès 1825. Il est décédé Grand-Place n° 2 dont il occupait un quartier (c'est à dire un appartement) chez les frères Vandooren.


Streel Marie-Charlotte : décédée à Braine-l'Alleud le 20 août 1882, à l'âge de 21 ans et 6 mois.

T

Taymans Jeannette (Soeur Marie-Catherine): décédée au couvent des Soeurs de Marie le 8 janvier 1884 dans la 26ème année de son âge et la 5ème de sa vie religieuse.

Tellier Raymond : né à Plancenoit,le 20 juillet 1911 et décédé à l'Ermite, le 30 novembre 1975. Eut 6 frères et une soeur. Epoux de Devaux Germaine et ensuite de Glibert Monique. Père de 3 filles et d'un fils, grand-père de 5 filles et de 3 garçons. Médecin généraliste, diplômé à l'Université de Leuven, puis radiologue.

Thils Jean : né à Petit-Enghien le 14 août 1929 et décédé à Braine-l'Alleud le 7 juin 2010. Epoux de Waerterloos Jacqueline. Papa de Thils Jean-François et Philippe. Grand-père de Thils Marie, Nicolas, Florian, Noah et Eléa.

Thomas Henri : né à Braine-l'Alleud, le 21 mars 1810 et y décédé le 13 décembre 1887. Epoux de Marchand Euphrasie.

Tielemans Laura : née à Braine-l'Alleud, le 1er septembre 1901 et y décédée le 27 juin 1914 à l'âge de 12 ans.

Tondeur Armand : né à Waterloo le 29 avril 1882,fils de Maurice-Valentin Tondeur et de Zulma Vandercam. Il réside chez ses parents à Braine-l'Alleud jusqu'aux décès de ceux-ci. Travaille à Bruxelles comme employé commercial puis comme clerc de notaire. Il s'établit ensuite à Bastogne et son fils Maurice y devient notaire.

Tondeur Maurice-Valentin : né à Arquennes le 14 février 1858 et décédé à Braine-l'Alleud le 19 novembre 1919. Epoux de Vandercam Zulma. Instituteur de l'école communale de Mont-Saint-Jean sous Waterloo dès 1879, il vient s'établir en septembre 1904 dans sa villa au bas de l'actuelle Chaussée Reine Astrid. C'est dans cette villa que s'installera provisoirement le Collège Cardinal Mercier en 1924.

Tondeur Maurice-Valentin









Tournay Léon : né à Lillois-Witterzée le 9 décembre 1881 et mort pour la Belgique, durant un transport, à Osnabruck le 17 février 1917. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

Tournay Léon : né à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac le 20 février 1929 et décédé à Anderlecht le 18 octobre 2009. Epoux de Schoonheyt Agnès. Papa de Tournay Etienne et Marc.

Trépagne Philippe Joseph : né à Braine-l'Alleud le 10 juillet 1792 et décédé à Braine-l'Alleud le 21 août 1873. Fils de Trépagne Joseph et de Knep Marguerite. Marié à Braine-l'Alleud le 30 décembre 1817 à Willaume Célestine dont il aura 7 enfants. Tisserand, journalier. Source : "Le rémouleur de l'Estrée" par Véronique Denis-Simon dans la "Revue Brania" (2008/2) page 16.

V

Vallée Hilaire : né à Braine-l'Alleud le 27 octobre 1891 et mort pour la Belgique à Herstal le 5 ou le 6 août 1914, son corps n'a pas été retrouvé (Décès par jugement rendu après la guerre par le tribunal de Nivelles). Fils de Vallée Jean et de Dubois Marie. Soldat au 11ème Régiment de Ligne. Source : "Les Combattants et déportés de la Guerre 14-18 à Braine-l'Alleud, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac et Lillois-Witterzée par Jean Bosse (Novembre 1993)

Van Belle Ulrich : né à Anderlecht le 2 septembre 1890 et décédé à Louvain le 17 juillet 1949. Frère de Van Belle Gaston, Henri, Irma et .... Curé-doyen de Braine-l'Alleud de 1930 à 1949. Prisonnier politique. Chevalier de l'Ordre de Léopold II. Croix de prisonnier politique. En 1942, il fut arrêté par les allemands avec interdiction de revenir à Braine-l'Alleud. Le 5 septembre 1944, au milieu de l'enthousiasme populaire, il revient dans sa commune et sa paroisse. Une rue lui a été dédiée, la Rue Doyen Van Belle.

Van Belle Ulrich.






Vanbellingen Chantal : née à Liège le 19 septembre 1943 et décédée à Braine-l'Alleud le 24 avril 2012. Epouse de Lefèvre Guy. Assistante décanale, elle fut la première femme à assumer cette fonction en Brabant wallon. A habité avenue du Champ de la Bloquerie,...

Van Boxelaer Auguste : né à Lierre le 11 juin 1908 et décédé accidentellement, victime du bombardement allié près de la "Maison Espagnole", le 19 juillet 1944. Epoux de Springaels Flore. Père de Van Boxelaer Jean, André, Emile, Josette et Jeanine.

Vancutsem Jeanne(Soeur Marie-Bernardine): décédée au couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud le 24 octobre 1884 dans la 35ème année de son âge et la 11ème de sa vie religieuse.

Vandepapelière Georges : né à Ypres le 17 août 1930 et décédé à Braine-l'Alleud le 4 décembre 2012. Epoux de Duthoit Yvette, papa de Vandepapelière Pierre et Philippe. Docteur en droit, inspecteur général des finances, chargé de missions pour le FMI, financial controller SHAPE-OTAN. A habité Avenue Napoléon,...

Vandenplas Albert : né à Braine-l'Alleud le 22 avril 1822 et y décédé le 27 décembre 1874. Fils de Joseph-Albert Vandenplas et de Marie-Thérèse Delferrière. Marié avec Williot Lucie le 6 juillet 1863. Nommé secrétaire communal le 14 décembre 1853, fonction qu'il occupe avec honneur jusqu'à son décès.

Vandenplas Joseph-Albert: né à Braine-l'Alleud le 31 octobre 1795 et y décédé le 18 novembre 1876. Epoux de Marie-Thérèse Delferrière. Il fut le dernier fermier de la ferme du Corbeau, située rue Longue, près de la fontaine Saint-Etienne, entre 1825 et son décès. Abandonnée durant deux décennies, les bâtiments disparurent avant 1900.


Vandepoele Godefroid : né à Esen, le 11 juin 1923 et décédé inopinément à Braine-l'Alleud le 26 novembre 1975. Frère de Vandepoele Fernand. Père de Vandepoele Geneviève, Bernadette, Cécile, Etienne, Eric et André. Instituteur au Collège Cardinal Mercier de 1955 à 1975.

Vanderaa Emile: né à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac le 13 mai 1930 et décédé à Braine-l'Alleud le 29 novembre 2010. Epoux de Coureur Jeannine. Papa de Vanderaa Marie-Chantal, Gilbert et Didier. Porte-drapeau pendant 20 ans à la Fédération Nationaliste des Combattants.

Vanderborght Yves : né à Ixelles, le 1er mars 1962 et décédé à Braine-l'Alleud, le 8 février 2007. Fils de Vanderborght Michel et de Smans Anna. Frère de Vanderborght Michel. Père de Vanderborght France, Nancy et Jean-Yves.

Vandercam Jean-Baptiste: né à Waterloo le 18 novembre 1818 et décédé à Braine-l'Alleud le 2 décembre 1865. Epoux de Virginie Nicaise, il devient hôtelier par cette alliance, l'hôtel de l'Etoile rue du Môle étant à cette époque le plus important de la localité. D'opinion catholique, il est aussi conseiller communal conservateur entre 1861 et 1865.

Vander Elst Edouard : né à Braine-l'Alleud le 27 décembre 1827 et y décédé le 30 juin 1902. Epoux de Laune Thérèse.

Vanderplancq Abel : né à Braine-l'Alleud le 3 juin 1914 et décédé à Marbella (Espagne) le 2 mars 2007. Fils du photographe Adrien Vanderplancq et de Hélène André. Il était également photographe, installé au 45 avenue Léon Jourez (adresse en 1950-60) et fut ensuite agent immobilier dans les années 1960. Il fit construire une villa près du Collège Cardinal Mercier, sur la chaussée de Mont-Jean. Epoux de Monique Naudts, il eurent une fille Brigitte. Il fut aussi co-fondateur (avec l'abbé Jean Goffaert) de la Ligue Saint-Paul du Collège Cardinal Mercier, qui est à la base de la création de la première troupe scoute en Brabant Wallon.


Vanderplanck Céline : née à Braine-l'Alleud le 22 janvier 1935 et décédée à Woluwé-Saint-Lambert le 24 novembre 2009. Epouse de Denanglaire Achille. Maman de Denanglaire Anne-Marie et Jean-Luc.

Vandevandel Léon: né à Lillois-Witterzée le 29 novembre 1883 et mort pour la Belgique au camp d'internement de Lichtenhorst le 18 février 1917. Déporté en Allemagne le 8 novembre 1916.

Vanhaelen Catherine (Soeur Marie-Philippine): décédée au couvent des Soeurs de Marie le 19 décembre 1886 dans la 52ème année de son âge et la 27ème de sa sainte profession.

Vanham Désiré Charles Ghislain Edouard : né à Braine-l'Alleud le 30 décembre 1868 et y décédé le 9 août 1949. Président du Conseil d'Administration de la S.A.Vanham Frères. Chevalier de l'Ordre de Léopold. Membre de la Ligue du Sacré-Coeur.

Vanham Emile Adolphe Ghislain : né à Braine-l'Alleud le 21 avril 1865 et y décédé le 2 avril 1937. Epoux de Mussche Jeanne. Industriel. Président du conseil d'administration de la société "Nouveau tissage Vanham". Il fut directeur général des établissements "Vanham Frères", président de l'école professionnelle de l'Institut des Soeurs de Marie, président de la commission d'assistance publique de Braine-l'Alleud, président du conseil de la fabrique d'église Saint-Etienne et marguillier d'honneur,... Chevalier de l'Ordre de Léopold, officier de l'Ordre de la Couronne.

Vanham Justin (père)  :né à Braine-l'Alleud le 7 avril 1815 et y décédé le 17 janvier 1882, fils de Jacques Vanham et de Marie Françoise Darquenne. En 1838 il fonde avec son père une maison de fabrication de tissus et de commerce d'articles de coton. Associé avec ses quatre frères dans des sociétés temporaires (en général pour 18 ans) de teinturerie sur coton, de négoce d'étoffes et de tissus, il crée aussi un comptoir bancaire indépendant en septembre 1867. La banque Justin Vanham subira progressivement les difficultés de crédits inhérants aux affaires Lengrand-Dumonceau et la concurrence des comptoirs plus importants. Il fonde aussi une société d'encouragement à l'épargne ouvrière, caisse d'épargne et société d'intéressement par actions aussi. Son fils Justin reprendra à son décès ces missions ainsi que la grande filature que les Justin associés ont créés après avoir investi dans celle de Braine-le-Château (qui appartenait aux enfants de Léopold Vanham frère de Justin). Membre du bureau de bienfaisance, conseiller communal catholique de 1849 à 1855 et de 1868 à la fin 1860. Lors de la loi Van Humbeek en 1879, il offre, avec ses frères, les bâtiments de la rue des marolles dans lesquels commence l'école libre et catholique Saint-Jacques (en mémoire de leur père Jacques Vanham).

Vanham Justin (fils) : né le 1er mai 1852 et décédé le 13 janvier 1905. Fils de Vanham Justin et de Coppin Léocadie, originaire d'Ambresin. Sa maman décéda en 1853. Epoux de Broeckman Marie. Fondateur de la filature Vanham en 1880, située au bas de la rue du château, dont il assume la direction jusqu'à son décès. Elu conseiller communal en 1903, il devient échevin des travaux et de l'instruction le 2 janvier 1904. Président du Conseil de Fabrique de l'église Saint-Etienne, de la Conférence de Saint-Vincent de Paul et de de l'Association de Saint-François-Xavier. Echevin de la commune de Braine-l'Alleud. Vice-président de l'Association cotonnière de Belgique. Membre du Tiers-Ordre Franciscain.

Vanham Laure : née à Braine-l'Alleud le 10 octobre 1870 et y décédée le 18 janvier 1969. Epouse de Allard Charles.

Vanham Pierre: né à Braine-l'Alleud le 27 novembre 1900 et y décédé le 17 décembre 1974. Père de Vanham Jean-Pierre, Vanham Alain et de 3 filles. Administrateur de sociétés.

Vanhasselt André : né à Braine-l'Alleud le 7 mars 1922 et y décédé le 6 septembre 2010. Epoux de Vancutsem Ghislaine. Pharmacien.

Vanhove Anne Catherine : née à Braine-l'Alleud le 9 mars 1819 et y décédée le 7 janvier 1893, fille de Jean-Baptiste Vanhove et de Ermelinde Meurice. Epouse de Prosper Hubert Ghislain Allard, frère de Justinien Allard-Minne. Mère de l'imprimeur Alfred Allard et de deux filles restées célibataires.

Van Humbeeck Philippe : né à Bruxelles le 28 octobre 1839 et décédé à Braine-l'Alleud le 30 décembre 1916. Voir ci-dessous.

Van Humbeeck Philippe. Collection : Jean-François Piraux.
Van Humbeeck Philippe. Collection : Jean-François Piraux.













Vanstenagen Edouard "Douwar": né à Braine-l'Alleud le 9 janvier 1919 et décédé à Nivelles le 3 décembre 2011. Epoux de Debouge Alice. Père de Vanstenagen Claude et Nicole. "Je suis né le 9 janvier 1919. A huit ans, rentré de l'école, j'aidais ma maman dans le travail. A 14 ans et 2 jours, j'ai été embauché dans un atelier (vélos et motos) comme apprenti. Je touchais zéro franc ! Trois ans plus tard, comme ouvrier, je gagnais 1,50 franc l'heure, six jours par semaine de 8 heures du matin à 6 heures du soir. En février 1937, service militaire. Dix-sept mois. Je touchais 0,30 franc par jour. En juillet 1938, j'ai été démobilisé. Fin août, j'ai été rappelé. La guerre se préparait. Elle a éclaté en mai 1940. J'ai été fait prisonnier par les Allemands. Trois jours plus tard, je me suis évadé et pendant plus d'un an, j'ai aidé deux fermiers, en me cachant de la Gestapo. Mon épouse a été arrêtée et relâchée trois jours plus tard, grâce à un monsieur de Braine-l'Alleud qui travaillait à la Gestapo de Nivelles. Nous nous sommes cachés jusqu'en septembre 1944, sans rien gagner. Après la libération, ma femme et moi n'avons fait que travailler 15 heures par jour. Quand l'un était malade, l'autre devait travailler encore davantage. Mon épouse est décédée il y a sept ans. J'ai gardé une santé raisonnable. Mais je suis découragé de vivre avec une pension ridicule. Je touche 695,20 euros par mois. J'espère une amélioration..." (Voir son témoignage datant de 2007 sur Ucm.be)

Vantaelen Marie-Joséphine (soeur): décédée au Couvent des Soeurs de Marie à Braine-l'Alleud dans la 57ème année de son âge et la 38ème de sa vie religieuse. Le service funèbre a eu lieu le samedi 2 décembre à 9 heures à l'église de Saint-Etienne.

Vanteelant Rita : née à Braine-l'Alleud, le 5 mai 1952 et y décédée le 26 avril 2011. Fille de Vanteelant André et de Rans Georgette.

Van Thuyne Aloïs : né à Kruishoutem le 22 août 1930 et décédé à Braine-l'Alleud le 28 novembre 2011. Epoux de Evenepoel Irène.

Veralewyck Georges: né à Waterloo (Mont-Saint-Jean)le 5 mars 1819 et décédé à Braine-l'Alleud (Lion-Monuments) le 25 juin 1893. Fils de Henri Veralewyck cabaretier à Waterloo (route de La Hulpe) et de Anne Joseph Ernalsteen. Tout d'abord menuisier, il devient restaurateur au Lion, créant l'Hôtel du Lion, reprenant la collection d'armes et d'objets relatifs à la Bataille du 18 juin 1815 conservée par le sergent Cotton. Précisons que ce dernier habitait dans l'Auberge de Sainte-Gertrude (établie par le Chapitre de Sainte-Gertrude de Nivelles au milieu du XVIIIème siècle au croisement de la route de Nivelles et de celle de Charleroi vers Bruxelles) à Mont-Saint-Jean et non au Lion, comme on le croit communément. Cotton aurait séjourné ses dernières années chez le gardien du Lion et n'a pas fait bâtir l'Hôtel du Musée. Celui-ci est bien, à l'origine, un édifice bâti par Georges Veralewyck et son épouse Jeanne Munday (native de Wimbledon, Royaume-Uni d'Angleterre, le 9 mai 1819) en 1855 et occupé le 10 janvier 1856 (date de déclaration du domicile du couple à Braine-l'Alleud en provenance de Waterloo). Dès lors, l'histoire de Georges Veralewyck consistera avec son épouse à accueillir les nombreux touristes anglophones et de toute provenance, pour leur servir de gîte et de leur prodiguer les conseils utiles à leur faire vivre un séjour touristique agréable, à une époque où il n'existe évidemment aucune infrastructure liée à un lieu de mémoire d'importance historique. Pendant 37 ans, Georges Veralewyck se tiendra à la disposition de tous haussant la réputation de son établissement au premier rang de l'hôtellerie de notre région. Les agrandissements successifs de l'Hôtel du Lion en témoignent. La vie de Georges Veralewyck sera pourtant perturbée fortement par un drame qui survient dans sa propre famille la nuit du 5 mai 1882. Son fils Henri (né Alfred - Henri à Braine-l'Alleud le 15 septembre 1858) amoureux éconduit d'une jeune servante en service à l'Hôtel du Musée, en état d'ivresse tenta d'abattre d'un coup de fusil Isabelle Glibert, la blessa en déchirant son épaule et tenta de l'achever, mais fut maîtrisé par son père aidé de domestiques heureusement présents lors du drame. Incarcéré, Henri Veralewyck fut condamné à plusieurs années de prison ferme. Il ne revit pas ses parents, sa mère Jeanne Munday étant décédée le 31 octobre 1886 et son père avant le terme de sa peine. Après ce décès, l'Hôtel du Lion fut repris par le couple Salwey Browne et Isabelle Veralewyck.

Georges Veralewyck était aussi musicien, membre fondateur de la fanfare de Waterloo " Les Amis Réunis". Ses funérailles se sont déroulées le 27 juin 1893, et plusieurs discours lui rendirent hommage, notamment le bourgmestre de Waterloo, Mr Santerre. Mais aussi par le président du Bureau de Bienfaisance de Braine-l'Alleud en remerciement d'un don de 300 francs au bénéfice des Pauvres, ce qui occasionna l'inscription de son nom à l'Hôtel de Ville à la Porte des Bienfaiteurs de la commune (premier étage).

Sources : registres de population et état-civil de Waterloo et de Braine-l'Alleud. Le Drame de Waterloo, relaté dans le Courrier de Nivelles le 13 mai 1882. Nécrologie parue dans le Courrier de Nivelles du 2 juillet 1893. Ph.B.

Verhagen Marie-Jeanne : née à Termonde le 7 février 1903 et décédée à Braine-l'Alleud le 15 mai 1974. Epouse de Désirant Emile. A habité au 5,Rue des Marolles.

Verhamme Jean-Pierre : né à Watermael-Boisfort le 24 mars 1954 et décédé à Braine-l'Alleud le 30 août 2011. Epoux de Payot Barbara. Père de Verhamme Laurence, Isabelle et Nicolas. Grand-père de Ben Rohdhane Noah, Maya et Lila, de Bellal Kenza et de Verhamme Eliza. A habité Rue Baty Gigot, 244.

Verhelle René: né à Mouscron le 5 décembre 1935 et décédé à Bruxelles le 17 mars 2002. Epoux de Pillyser Marie-Paule. Papa de Verhelle Véronique, Damien, Fabienne, Yves et Ludovic. A habité Rue du Charron,51.

Voussure François Posside : né à Braine-l'Alleud le 14 janvier 1813 et y décédé le 15 octobre 1884. Epoux de Marie Florentine Ceuppens, ils ont 1 fils Jules Voussure, et une fille Marie Ghislaine qui épousera le secrétaire communal Désiré Hautfenne. Tisserand, puis négociant et cabaretier. C'est chez lui, au n°2 de la rue du château (maison supprimée dans les années 50, à droite en sortant de la Grand-Place) que furent imprimés les premiers exemplaires de l'Annonce Brabançonne en juin 1885. Son fils Jules était en effet un proche de l'imprimeur Léon Pastur, créateur de ce journal aujourd'hui âgé de 126 ans ! (écrit le 28 novembre 2011)

Voussure Jules : né à Braine-l'Alleud le 14 février 1855 et y décédé le 27 juin 1908. Fils de François Posside Voussure et de Marie Florentine Ceuppens. Jules Voussure grandit rue du château, et devient voyageur de commerce pour différentes maisons de la capitale. Avec son ami Léon Pastur, il prospecte la région pour placer les produits diffusés en primeur à Bruxelles. Léon Pastur devient alors imprimeur et l'Annonce Brabançonne naît dans la pièce annexe de l'habitation dont une pièce est le cabaret familial. Plus tard, devant la détresse ouvrière, les deux amis fondent une société d'aide aux ouvriers malades, nommée L'Alliance. Cette mutuelle libre de toute tutelle, est fondée le 7 novembre 1886. Jules Voussure en sera le président fondateur jusqu'à son décès. Les réunions de l'Alliance ont eu lieu chez Ernest Hazard, au bas de la rue du château, rue de la chiennerie actuelle. Jules Voussure est resté célibataire.

Voussure Narcisse-Joseph: né à Braine-l'Alleud le 13 juillet 1850 et y décédé le 26 septembre 1914.

Voussure Siméon Joseph, né à Braine-l'Alleud le 24 mars 1843 et y décédé le 23 octobre 1894.Fils de Florian Voussure et de Marie Antoinette Demeure, il épouse Marie Dufrasne. Il exerce la profession de charron, au carrefour de Mont-Saint-Pont.

Voussure Valère : décédé le 26 mai 1940 à Wisbeek (près d'Audenaerde) fauché en plein combat. Il sera enterré le 23 juillet 1940 à l'Ermite. Habitant au hameau de l'Ermite, il est terrassier. Soldat au 13ème Régiment de Ligne, il est affecté à la défense de la Meuse à Wépion, le 10 mai 1940. Source : "Glanures au fil du temps (Fascicule n°30)" Association du Musée de Braine-l'Alleud (1993)

W

Waroquet Edouard : né à Braine-l'Alleud le 21 juin 1839 et y décédé le 8 mai 1895. Epoux de Montaigne Eugénie.

Waroquet Jules : né à Braine-l'Alleud, le 2 décembre 1893 et y décédé inopinément le 16 septembre 1904 à l'âge de 10 ans.

Waroquet Luc : né à Nivelles le 8 janvier 1954 et décédé à Bruxelles le 6 août 2011. Epoux de Pays Dominique puis de Wattelet Brigitte. A habité Boulevard Pire Lefebvre Desnouettes, 64.

Waterschot Jules : né à Braine-l'Alleud le 11 avril 1889 et mort pour la Belgique à Lampernisse le 29 octobre 1914. Fils de Waterschot Charles et de Thomas Noëlle. Son corps a été ramené à Braine-l'Alleud le 22 mars 1923 et inhumé le 23 mars 1923.

Wautier Elvire : née à Braine-l'Alleud, le 26 juin 1895 et y décédée le 2 novembre 1915 à l'âge de 20 ans.

Wautier Emile : né à Braine-l'Alleud, le 9 août 1871 et y décédé le 27 juin 1896.

Wautier Joseph : né à Braine-l'Alleud le 10 juillet 1908 et décédé le 17 juillet 1927.

Wautier Joseph. Collection : Jean-François Piraux.












Wery Emile : né à Ohain le 20 janvier 1846 et décédé à Braine-l'Alleud le 25 décembre 1912 . Marchand de volaille, veuf à 29 ans de Joséphine Denuit, il s'installe à Braine tout d'abord au 19 rue Sainte-Anne puis fait bâtir la maison formant l'angle de la place Sainte-Anne et de l'actuelle rue des Croix de Feu en 1876. Il y installe un commerce de grains qui passera ensuite à son beau-fils Oscar Desmet. De son mariage avec Elisabeth Faignoy, il aura 3 filles, Julie (qui épousera Oscar Desmet), Jeanne et Marie-Adrienne. Il réside après 1900, rue Schépers (alors rue de l'enseignement).

Wayez Adolphe : né à Braine-l'Alleud le 21 février 1833 et décédé à Ottignies le 25 septembre 1907. Fils de Pierre Joseph Wayez et de Célestine Capitte. Ingénieur civil, Adolphe Wayez a dirigé deux charbonnages de la région de Charleroi. Il a aussi exercé le métier d'agent de change à Bruxelles. Il a été domicilié à Braine-l'Alleud avec son frère le bourgmestre Achille Wayez jusqu'en 1888, et réside deux ans dans la capitale. Il épouse ensuite,le 23 décembre 1890, la veuve d'Hector Sébastien Lorant, Louise Delinte, 16 ans plus jeune que lui, et vient se fixer à Sart-Dames-Avelines où habite son épouse. Il sera l'attentif beau-père d'une fille Aurore Lorant, qui épousera deux ans plus tard, le conseiller provincial, plus tard député, Léon Jourez,et de son jeune frère Gaston Lorant. Il décède sans descendance personnelle, mais Léon Jourez fut considéré comme son héritier.Son enterrement civil à Braine-l'Alleud le fit passer pour un franc-maçon, mais après recherche, aucune appartenance n'a pu être prouvée. Des trois frères Wayez, seul l'aîné Emile, à été effectivement membre d'une obédience maçonnique. Rédaction : Ph.B. Source pour le détail sur la franc-maçonnerie : renseignement fourni par Joseph Tordoir auteur de nombreux ouvrages et d'une thèse sur les libéraux en Brabant Wallon. 1996.

Wayez Achille : né à Braine-l'Alleud le 6 janvier 1839 et y décédé le 8 avril 1905. Fils de Pierre Wayez et de Célestine Capitte. Son frère aîné Emile étant un des membres fondateurs de la Ligue de l'Enseignement (mouvement de promotion des connaissances laîques et scientifiques fondé en 1864) Achille milite parmi les premiers libéraux sensibles à la séparation des pouvoirs civils et religieux. Il se porte candidat sur la liste libérale en octobre 1866 et est élu conseiller communal. Sa candidature de Bourgmestre est validée par le Gouvernement (arrêté royal en date du 20 mars 1867). Lors des toutes premières réunions du collège échevinal, puis du conseil communal, il présente un dossier visant à introduire au bureau de la poste de Braine les livrets d'épargne ouvrière. En tant que président du Bureau de Bienfaisance, il fait abolir la coutume de soumettre en place publique l'entretien des enfants abandonnés au "moins disant" (la commune réduisant ainsi sa charge financière dans l'obligation légale nommée : domicile de secours). Il est reconduit dans sa fonction de bourgmestre sans discontinuer jusqu'en décembre 1890. Il fit améliorer sensiblement l'infrastructure de l'enseignement communal, faisant créer les bâtiments de la nouvelle école communale du Centre (rue Schépers) et de celle de Mont-Saint-Pont. Il organisa les deux écoles et les dota de moyens pédagogiques modernisés. Il est aussi à la base de la création de l'école de musique (prédécesseur de l'académie) ainsi que l'organisation d'un cours de dessin professionnel, à la base de la future école industrielle. Son mayorat vit aussi le premier essor industriel significatif, grâce à la création des deux gares, celle du centre et celle de Sart-Moulin, qui multiplièrent les débouchés de ces activités. Il part en 1891 vivre à Bruxelles-ville où il est directeur d'usine. Il revient habiter à Braine en 1904, place Sainte-Anne chez une cousine où il achève ses jours. Premier président du Cercle Libéral " Le Progrès " depuis sa création en juin 1884, il cesse toute activité politique début 1891. En sa mémoire, il fut décidé de créer une artère " rue Wayez " mais la décision fut officialisée bien après. A ses funérailles, le collège échevinal refusa que les édiles communales accompagnèrent le convoi, en souvenir du refus du conseil communal en février 1867, d'accompagner officiellement le convoi funèbre de Philippe Derbaix, bourgmestre catholique. Son mayorat fut aussi celui de la Guerre Scolaire, lutte acharnée entre l'opinion catholique et l'opinion libérale.

Wayez Charlotte : née à Braine-l'Alleud, le 21 mars 1836 et y décédée, le 24 octobre 1836 à l'âge de 7 mois.

Wayez Emile : né à Braine-l'Alleud, le 8 octobre 1831 et décédé à Saint-Gilles, le 19 juin 1896.

Wayez Jules : né à Vieux-Genappe le 12 avril 1870 et décédé à Lillois-Witterzée le 7 février 1961. Epoux de Boucher Jeanne. Instituteur en chef à Lillois.

Wézel Louise-Eugénie-Ghislaine : née à Braine-l'Alleud le 26 octobre 1872 et y décédée le 11 juin 1894.

Willeman Jean-Marc: né à Braine-l'Alleud, le 29 mai 1962 et décédé inopinément à Saint-Gilles, le 2 décembre 1987. Fils de Willeman Jean. Frère de Willeman Yanec, ?, Agnès, Jean-Pierre et Geneviève. A habité Route du Lion.

Wilputte Armand : né à Ophain-Bois-Seigneur-Isaac le 27 août 1913 et décédé à Herent le 9 mars 1969 après une longue et pénible maladie. Fils de Wilputte Hubert et de Chrétien Placide. Epoux de Massart Marguerite. Père de Wilputte Claire. A habité au n°28 de la rue du Try à Ophain.

Wilputte Lucienne : née à Braine-l'Alleud le 2 septembre 1938 et y décédée le 2 octobre 2010. Epouse de Minne Emile.

Wynen André : né à Uccle le 8 décembre 1923 et décédé le 10 juin 2007. Voir l'article de Vers l'Avenir du 10 juin 2007. Résistant, emprisonné à Breendonk et déporté à Buchenwald. Diplômé docteur en médecine en 1950, chirurgien en 1954. Rouvre en 1954, l'ancienne clinique (25 lits) du docteur Rinchard, à la Rue du Château. Ouvre une unité plus grande (50 lits) en 1960,Rue Wayez. Cette unité (voir aussi Hôpital) sera agrandie en 1977. Fondateur et président de l'Association belge des Chambres syndicales des médecins.

Wynen Sophie : décédée au Kenya des suites d'un traumatisme crânien consécutif à une chute, le lundi 22 janvier 2007 à l'âge de 26 ans. Soeur de Wynen Thomas. Ingénieur.

Familles brainoises

26 août 1908 : mariage d'Ernest Gervy et de Marie Castiaux. Sur la photo : Ernest Gervy(1881), Marie Castiaux(1885), Jules Castiaux (1861,papa de Marie), Célina Lor (maman de Marie), Thélesphore Gervy(1851,papa d'Ernest), Sylvie Mairesse (1851,maman d'Ernest), Emile Gervy (1877,frère d'Ernest), Sylvie Gervy (1883, soeur d'Ernest), Omer Castiaux (1887,frère de Marie),... Photo : A.Vanderplancq. Collection : Jean-François Piraux.
Outils personnels
Navigation
Territoire et nature: