Histoire (Des origines à 1900)

De Wiki - Braine-l'Alleud .

Version du 27 juillet 2017 à 15:15 par Germain (Discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Voir aussi Histoire (20ème siècle) et Histoire (21ème siècle)

On ne trouve pas de trace de peuplement à Braine avant – 70 000 mais quelques vestiges datant du paléolithique moyen (moustérien) ont été découverts qui font penser qu’il y aurait pu y avoir un habitat néanderthalien. En revanche, on retrouve d’assez nombreuses traces datant du mésolithique. Un tumulus, situé à Mont-Saint-Pont mais malheureusement rasé vers 1850, semble attester la présence d’une population à l’époque gallo-romaine. Source : Larousse.

Voir aussi les résultats de fouilles archéologiques à Paudure dans Le Soir du 21 décembre 1993

Sommaire

12ème siècle

1131 : Braine-l’Alleud apparaît dans les documents écrits dès le XIIe siècle. En 1131, la paroisse y est mentionnée dans la cession à l’abbaye de Gembloux, d’un bien nommé "Dudinsart" (l'Ermite aujourd'hui), par Godefroid Ier, duc de Brabant, et Godefroid, son fils.

1197 : la première Eglise Saint-Etienne est probablement construite à cette époque sur les ruines d'une ancienne chapelle.

1197 (juin) : Henri 1er, duc de Brabant, sur le point de partir en croisade, met fin au différend qui l'oppose au chapitre Notre-Dame de Cambrai, à propos des autels de Braine-l'Alleud et d'Overijse.

13ème siècle

1202 : pour répondre au voeu du chevalier Renier de Witterzée, les moines d'Orival envoient un des leurs pour occuper la cure du village de Witterzée et célébrer les offices religieux dans l'église Saint-Martin.

1218 : vers cette époque, Léon Ier, petit-fils de Franco III, seigneur de Beersel, fortifie Braine. On voit s'élever une halle, une léproserie, un hôpital.

1223 : année du plus ancien document retrouvé traitant de l'Eglise Sainte-Aldegonde à Ophain. Godefroid, évêque de Cambrai, confie l'église d'Ophain et l'abbaye de Nizelles aux chanoines de sa cathédrale. (Source : "Braine-l'Alleud, Lillois-Witterzée et Ophain-Bois-Seigneur-Isaac." par R.Delooz (2004))

1253 : construction du moulin de Mont-Saint-Pont

1282 : Nicolas de Barbençon est cité comme "sire de Braine".

14ème siècle

1374: date à laquelle fut scellé à Braine-l'Alleud un traité mettant fin au conflit qui opposait le duc Wenceslas de Brabant à ses nobles et à ses villes à propos de la perception d’une aide qui lui avait été octroyée après sa défaite à Bäsweiler.

1388-1389 : fondation du prieuré de Sept-Fontaines par les chanoines réguliers de Saint-Augustin.

1395 (8mai): Jacques d'Enghien, seigneur de Braine-l'Alleud, fonde dans le château de Braine une chapellenie dédiée à la Sainte-Vierge afin qu'on y célèbre une messe quotidienne.

15ème siècle

1405 (5 juin) : miracle du Saint-Sang à Bois-Seigneur-Isaac.

1418 : érection du prieuré des chanoines réguliers de Saint-Augustin à Bois-Seigneur-Isaac.

1427 : les fossés de Braine dateraient de cette époque.

1429 : le seigneur de Bois-Seigneur-Isaac acquit la seigneurie d'Ophain.

1437 (14 octobre) : la seigneurie de l'Estrée (un domaine et un moulin) est adjugée aux religieuses de Ter Cluysen ou Ermite.

1439 : fondation de l'abbaye cistercienne de Nizelle à Ophain.

Bourg de Braine-l'Alleud en 1450 : essai de reconstitution avec emplacement des principaux sites connus (Ernest Pays).

















1456 (5 avril) : un incendie dû à la foudre embrase les corps de logis et la ferme et consume la toiture de la chapelle du Couvent de l'Ermite. Les religieuses trouvèrent refuge à Bruxelles et leur vie changea d'orientation.

1457 (12 août) : consécration de la chapelle Notre-Dame des Belles Pierres par l'évêque de Cambrai Godefroid Gréveray. Cette ancienne chapelle fut détruite pendant la révolution française.

1459 (14 janvier) : inhumation à l'abbaye de Nizelle de Jean de Huldenberghe, seigneur de Bois-Seigneur-Isaac et bienfaiteur de l'abbaye.

1470 (11 mai) : la seigneurie de l'Estrée passe aux de Witthem.

1471 (6 janvier): naissance de Philippe de Beersel (ou de Witthem), fils d'Henri II de Witthem et d'Isabelle van der Spout au château de Braine-l'Alleud.

1475 (18 janvier) : le seigneur de Braine, Henri II de Witthem rachète le Foriest comme plein fief au duc de Brabant. En 1387, il s'y trouvait déjà un manoir et une léproserie.

1480 : Marie de Bourgogne assiste, au château de Braine, au baptême de Pierre, fils d'Henri Ier de Witthem et d'Isabelle Spout.

1482 (20 mai) : la seigneurie des Cans (voir Rue Grange des Champs) fut rachetée par le seigneur de Braine.

1483 : les terres d'Ophain sont cédées par Jean 't Serclaes à Henri de Witthem.

1488 : importants dégâts subis par le château féodal d'Henri II de Witthem qui avait pris le parti du duc de Brabant contre ses sujets rebelles. Le bourg de Braine est incendié.

1492 : Henri III de Witthem cède ses biens de Braine-l’Alleud à son fils Philippe à l’occasion de son mariage.

16ème siècle

1515-1523 : règne de Philippe 1er de Witthem. Braine est alors une seigneurie toute puissante ayant justice sauf la haute.

1523 : Henri de Witthem succède à son père Philippe qui décéda le jour de Pâques.

1542 : construction de la première Maison de Ville.

1550 : agrandissement et restauration de l'église Saint-Etienne.

1554: l’armée de Charles Quint, commandée par Philibert de Savoie, campe à Sart-Moulin et occasionne de nombreux dégâts notamment aux biens du prieuré de Sept-Fontaines.

1560/1561 : vente par Martin 't Serclaes de la seigneurie du Ménil au seigneur de Braine-l'Alleud Jean de Witthem qui annexa ce nouveau bien à son domaine.

1572 (5 décembre) : les troupes de Guillaume le Taciturne pillèrent le couvent de Bois-Seigneur-Isaac.

1580 (18 février) : le couvent de Bois-Seigneur-Isaac est entièrement détruit par les flammes.

1582 : les Gueux incendient et réduisent en cendres la ferme de Tout Lui faut qui était une des plus belles propriétés de l'ordre des Augustins.

1585 : les Gueux incendient l'Eglise Sainte-Aldegonde.

1592 : restauration du moulin de Mont-Saint-Pont.

17ème siècle

1613 : une "sorcière" est brûlée à Lillois.


Château, chapelle et prieuré de Bois-Seigneur-Isaac d'après J.Le Roy (1620)
















1626 (9 septembre) : un incendie ravage le bourg de Braine-l'Alleud (et notamment la Cure y détruisant les registres des décès, des naissances et des mariages antérieurs à 1619).

1652 : épidémie de peste. Elle est à l'origine du Tour Saint-Roch, une marche religieuse autour de Braine. Cette marche a survécu jusqu'en 1953.

1662 : les seigneurs du château de Braine intentèrent procès à la brasserie située sur le marché (Grand-Place) dont les eaux usées polluaient les eaux des fossés du château.

1676 : un incendie, allumé par des fourrageurs de l'armée hollandaise, détruisit à Ophain, 22 maisons. L'église fut aussi brûlée, détruisant les archives communales entreposées dans sa tour.

1676: la dysenterie fait des ravages.

1677 : la ferme de Tout Lui Faut est de nouveau réduite en cendres "après avoir été despouillés jusques à la dernière paille" par le passage et le repassage des troupes du roi d'Espagne et du prince d'Orange.

1680 : pavage de la route entre Waterloo, Genappe et Charleroi (chaussée de Charleroi). Cette route servait entre autres pour transporter le charbon destiné aux habitants de Bruxelles. Cette route était sale recouverte de poussières de charbon par temps sec et d'une boue noire par temps de pluie.

1681 : reconstruction d'une petite église à Ophain.

1687-1688 : on a pavé les rues du Môle, du cimetière et de l'hôpital et il semble bien que c'était le premier pavage du genre dans le bourg de Braine. (Source: "Feuillet d'information 98/3 de l'Association du Musée de Braine-l'Alleud")

1690 (22 avril) : un violent incendie dévaste le bourg de Braine-l'Alleud : rue des Jambes, du Château, de la Gohette (actuellement de la Goëtte), Bayard, de la Porte (actuellement du Môle), de la Fontaine (actuellement de l'Hôpital), sur le Marché (actuellement Grand-Place),.... 105 maisons (sur 120) sont détruites. A cette époque, la plupart des maisons étaient constituées avec des matériaux (bois, paille, ...) très rapidement inflammables.

Le château de Braine-l'Alleud. Gravure de Harrewyn datant de la fin du XVIIème siècle (1694?). L'entrée se trouvait au bas de la rue du Château














1695 (10 au 20 août): des troupes de son altesse l'Electeur de Bavière commandées par le comte d'Athlone campent sur le territoire de Braine et causent beaucoup de dégâts aux récoltes.

1699 (23 octobre) : un certain Landuyt a été exposé au pilori qui se trouvait sur la place publique (actuelle Grand-Place) face à la halle aux draps. Il le fut "depuis onze heures du matin jusqu'à une heure après-midi".

18ème siècle

1706 : Braine-l'Alleud doit fournir des chariots, des chevaux et des "pionniers" pour le siège d'Ath, 22 pionniers du 16 au 28 septembre et 22 autres du 4 au 12 octobre.

1711: incendie due à un acte de malveillance de la ferme de la Neuve Cour à Lillois.

1720 : la brasserie du marché (Grand-Place) possédait une cuve de 13 "aimes" soit 1700 litres selon certains auteurs ou 2200 litres suivant d'autres.

1726: la dysenterie fait des ravages.

1734 : translation des reliques de Saint Sébastien à l'Eglise Saint-Etienne.

1735 : reconstruction de la Maison de Ville. Elle était située sur la Grand-Place à l'emplacement actuel du restaurant "L'Anacapri"".

1740 à 1742 : reconstruction et agrandissement de la nef de l'Eglise Saint-Etienne.

Reconstitution par Ernest Pays du site de l'église Saint-Etienne vers 1750 avec le cimetière qui à cette époque entourait l'église. L'église daterait du XIIème siècle. Dans le fond, le château de Braine.
















1750: la carrière de grès de Sart-Moulin appartient au sieur Noël Olivet, entrepreneur des chaussées de sa majesté l'impératrice Marie-Thérèse. Il en tire des pierres qui sont employées pour paver les chaussées.

1751: réalisation de la chaussée pavée reliant Nivelles à Mont-Saint-Jean.

1761-1763 : construction du clocher actuel de l'église Saint-Etienne.

1762 : reconstruction de l'église paroissiale d'Ophain en conservant le choeur de 1681.

1766 : Léandre Henry reçoit un octroi pour faire à Sart-Moulin "des glaces ou verres en tables et miroirs à l'imitation de ceux de Bohême et de France".

1769 : pour cause de vétusté, l'hôpital (coin de la rue Longue et de la rue des Tisserands) cessa d'accueillir et de soigner malades et blessés. Les bâtiments furent transformés en 3 maisons données en location à des particuliers. La chapelle de l'hôpital étant maintenue et utilisée certainement jusqu'en 1785.

1777 : carte de Ferraris avec le plan du centre de Braine-l'Alleud.

1777.














1784 (19 avril) : l'Abbaye de Nizelles cesse officiellement d'exister sous le règne de Joseph II.

1785 : un ouragan frappe Bruxelles et des pluies torrentielles s'abattent sur le Brabant compromettant les moissons. L'humidité qui en résulte cause le pullulement des hannetons.

1790 (2 décembre) : le bourg de Braine-l'Alleud a logé pendant 2 nuits le quartier général des Autrichiens avec toute sa suite...et dans les hameaux plus de 5000 hommes de différents régiments y compris 300 dragons de la Tour et au moins 500 chevaux. Parmi les personnalités logées au bourg : le général d'artillerie, le comte de Braun chez les Gouttier (maison à l'angle de la Rue de l'Hôpital et de l'actuelle Rue Doyen Van Belle) et le général baron de Beaulieu, chez Gaspar Hazard.

1791: la dysenterie fait encore une fois des ravages.

1794 : les troupes autrichiennes ont brisé les portes, les meubles et forcé le coffre du moulin de Mont-Saint-Pont.

1794 : départ des troupes autrichiennes et arrivée des troupes françaises (réquisitions, fournitures, logement de troupes,...)

1794 ( 29 novembre) : incendie à la ferme du Ménil. Une partie des bâtiments a été épargnée (grange, écurie, bergerie,...)

1795 (1er octobre) : l'annexion de nos régions à la République française devient effective.

1796 : on compte 4251 habitants à Braine-l'Alleud et tous ses hameaux (y compris Waterloo), 441 à Lillois, 192 à Witterzée, 188 à Bois-Seigneur-Isaac et 725 à Ophain

1796 : l'administration française crée la commune de Waterloo par l'amalgame de trois hameaux de Braine: ceux de Waterloo, du Roussart et de Mont-Saint-Jean.

1796 : première numérotation des maisons de Braine.

1797 (13 octobre) : on supprime tous les signes de manifestation extérieure du culte. On enlève la croix de l'Eglise Saint-Etienne qui devient le "Temple de la Raison".

1798 : le prieuré de Bois-Seigneur-Isaac est confisqué comme bien d'église. Son nouveau propriétaire, le comte Gommaire Cornet de Grez, le transforme en ferme (ferme dite de "La Chape"). Le cloître devient une porcherie.

19ème siècle

1801 : Concordat (sous le Consulat de Napoléon Bonaparte): les églises sont réaffectées au culte.

1802 : suite au Concordat, la paroisse de Braine-l’Alleud qui, sous l’ancien régime avait fait partie du diocèse de Cambrai, puis, depuis 1559, de celui de Namur, est rattachée à l’archidiocèse de Malines.

1804: construction d'un moulin à vent à l'angle de la Chaussée d'Alsemberg et de la future Avenue Léon Jourez.

1808: un orchestre de chambre fut créé. Il deviendra rapidement la Société d'Harmonie.

1808 : la brasserie du marché (Grand-Place) devint la propriété de la famille Glibert qui la détiendra pendant près d'un siècle et demi.

1811 (19 avril) : les 2 villages d'Ophain et de Bois-Seigneur-Isaac ont été réunis pour ne former qu'une seule commune.

1814 (décembre) : un convoi de prisonniers français rapatriés de Russie a dû être hébergé dans les maisons du bourg.

1814/1815 (hiver): un certain Plasman, habitant de la commune d'Ophain, tue un loup dans le bois d'Ophain. Il reçut une prime de 12 francs.

1815 (18 juin) : bataille de Mont-Saint-Jean, dite aussi de Waterloo. Défaite des armées françaises de l'empereur Napoléon 1er face aux alliés commandés par l'anglais Wellington et le prussien Blücher. (voir la bataille)

1815 (19 juin) : a) Au lendemain de la bataille, l’église paroissiale Saint-Étienne de Braine-l'Alleud servit d’hôpital aux blessés. b)Incendie de la ferme de Cambrai à Merbraine. Cet incendie avait été causé par des Hollandais qui avaient allumé des feux de réjouissance trop près de la ferme.

1815 (28 juillet) : visite du champ de bataille par le roi des Pays-Bas, Guillaume Ier.

1818: démolition du moulin à vent à l'angle de la Chaussée d'Alsemberg et de la future Avenue Léon Jourez.

1818 : le sergent-major Edward Cotton, ancien combattant de Waterloo, s'installe à Mont-Saint-Jean, devient guide et se constitue une collection de reliques qui deviendront un musée bien connu. Voir Hôtel du Musée.

1822 à 1826 : pavage aux frais de la commune du grand chemin de Braine-l'Alleud à Mont-Saint-Jean (actuelles chaussées Reine Astrid et de Mont-Saint-Jean).

1823 : Lillois et Witterzée sont réunis administrativement par décret.

1823-1826 : construction de "La butte du Lion, dit de Waterloo" situé à l'endroit où fut blessé le prince d'Orange.













1825 (20 juillet) : l'entreprise de pavage du chemin de communication allant à Mont-Saint-Jean vient d'être terminée. (Source : Feuillet d'information 98/2 de l'Association du Musée de Braine-l'Alleud)

1830 (septembre) : des volontaires brainois (52?) participent à l'insurrection belge contre les Hollandais.

1830 (novembre) : plantation par l'administration communale d'un arbre de la liberté sur la Grand-Place. C'était un peuplier qui était entouré d'un grillage protecteur.

1831/1832 : pavage du grand chemin (actuelle avenue Alphonse Allard) de Braine-l'Alleud à la chaussée de Nivelles.

1832 : lors du passage des troupes françaises du maréchal Gérard pour le siège de la citadelle d'Anvers toujours occupée par les Hollandais, le Lion faillit être renversé. On en brisa même la queue (selon Tarlier et Wauters en 1859).

1832 (13 septembre): Braine-l’Alleud se vit octroyer par arrêté royal un drapeau d’honneur en récompense du courage de ses volontaires lors des journées de septembre 1830 à Bruxelles.

1832 (22 septembre) : inauguration du canal de Bruxelles à Charleroi. Son ouverture eut une incidence désastreuse pour tous les commerçants, aubergistes et cabaretiers établis le long de la Chaussée de Charleroi du fait de la diminution drastique du charroi apportant le charbon provenant du Pays Noir.

1832-1833: épidémie de choléra.

1833 : construction de la chaussée d'Alsemberg reliant cette commune à Braine-l'Alleud et à Mont-Saint-Jean.

1834 (nuit du 22 au 23 novembre) : la cure de l'église Saint-Etienne est ravagée par un incendie.

1835 : création d'un cimetière entre la route provinciale de Mont-Saint-Jean (actuellement avenue Léon Jourez) et la rue Jules Hans (qui n'existait pas encore). Il se trouvait à l'emplacement actuel du parc communal. A l'époque, il était plus grand que le parc et était entouré d'un petit mur.

1836 (18 juin) : une loi belge prescrit l'usage des dénominations des anciennes mesures et introduit définitivement et officiellement le système métrique.

1837-1838 : démantèlement du cimetière qui se trouvait autour de l'Eglise Saint-Etienne

Années 1850

1850 (février) : incendie à Mont-Saint-Pont de la fabrique d'ouate appartenant à René-Benoît Clep. L'incendie s'était déclaré dans le séchoir.

1850 (19 mars) : décès d'Edouard-François Gouttier, bourgmestre de Braine-l'Alleud depuis 31 ans et 7 mois, à l'âge de 69 ans. Il était en outre notaire et conseiller provincial. C'est le docteur Désiré Mercier (natif de Peissant, arrondissement de Mons, Hainaut) qui lui succéda comme bourgmestre.

1852 (10 février) : incendie dans le moulin à moudre le grain situé à Mont-Saint-Pont et appartenant à Pierre-Joseph Wayez. Le moulin a été entièrement détruit ainsi qu'une partie du corps de logis.

1852 : Victor Hugo parcourt à plusieurs reprises le champ de bataille en compagnie notamment du colonel Charras, historien de la campagne de 1815.

1854 (26 octobre) : François Lauchay est désigné comme premier commissaire de police à Braine-l'Alleud. François Lauchay, né à Braine-l'Alleud, avait été garde-champêtre communal pendant 12 ans, brigadier pendant 10 ans et secrétaire communal depuis le 9 avril 1841. Pour le remplacer au secrétariat de la commune, le conseil communal désignera Albert Vandenplas. (Source : "Feuillet d'information 2000/3" de l'Association du Musée de Braine-l'Alleud.)

1855: le premier réel captage installé par la ville de Bruxelles est inauguré. Il utilise les eaux des sources du Hain, à Braine-L'Alleud. Le réseau principal d'adduction est en place, inauguré symboliquement par un jaillissement d'eau au centre du Parc de Bruxelles. A voir sur le site de l'Intercommunale Bruxelloise de distribution et d'assainissement d’eau

1855 : inauguration de l'aqueduc entre Braine-l'Alleud et le bois de la Cambre (Bruxelles). Le "Pont des Piles" date donc de cette époque.

1855 (1er septembre) : ouverture du premier bureau de distribution du courrier (bureau de poste) à l'actuel 4, rue de l'Hôpital.

1855/1856 : construction d'un moulin à vent au lieu dit le Haut Courtil à Ophain par le meunier Jean-François Jossart. Son diamètre au sol était de 16 mètres.

1857 : sur l'emplacement du cinéma Kursaal,le père du futur Cardinal Mercier, Paul-Léon Mercier (1808-1858) fait bâtir une distillerie de grains et lui adjoint une machine à vapeur provenant de Virginal. La mise en fonction aboutit peu de temps après à une explosion et un incendie consécutif. Cet incident acheva de ruiner la santé de Paul Mercier qui décéda en 1858, à l'âge de 50 ans. Rappelons que l'on doit à Paul Mercier différents portraits familiaux peints dès 1830, date où il s'engagea volontairement en participant à la révolution Belge. Barbe Croquet (1815-1882) assura la continuité de l'entreprise de son mari et confia la direction à Félix Franck. La firme cessa cette activité en 1865.

1857 (25 mars) : l'Association de Saint François Xavier est transformée en société mutuelle. C'est la toute première "mutuelle" en Brabant wallon et une des premières en Belgique. Cette association installe son local à la la Planche au Pêcheur (voir Rue de la Planche au Pêcheur) dans un immeuble mis gracieusement à sa disposition par mademoiselle Waroquez.

1859: construction du moulin à vent de Lillois. Celui-ci cessa ses activités meunières lorsqu'il perdit ses ailes au début du XXème siècle.

Années 1860

1860 : construction du château de Lillois par Anatole van der Stocken (1831-1883), époux de Léontine, comtesse de Robiano (1840-1865). Le domaine englobait environ 250 hectares

1860-1861 : nouveau système de sonnerie des cloches "système breveté de Premereur" et réparations au clocher (par Antoine Autot et Adrien Vanderbeck) et à la toiture de l'église Saint-Etienne.

1861 (mai, juin): séjour de Victor Hugo à l'hôtel des Colonnes de Mont-Saint-Jean. Il y écrit une partie de son livre "Les Misérables", il fait de nombreuses visites du champ de bataille et des environs.

1862 : la firme Vanham-Darquenne fait construire à la Neuville (Quartier Saint-Jacques)une cité ouvrière de 36 maisons. Ces maisons appelées aussi les "Pignons Noirs" étaient considérées à l'époque comme des modèles de maisons ouvrières.

1862-1866 : crise économique majeure dans le secteur textile qui comporte à Braine-l'Alleud 2225 ouvriers et ouvrières dont 1415 sont inactifs en janvier 1863, comme l'atteste un document signé par le Bourgmestre Philippe Derbaix en date du 14 janvier. Cette crise est appelée la "famine de coton" et est due à l'interruption progressive de l'import de coton à Anvers et est consécutive à la Guerre de Sécession aux Etats-Unis d'Amérique. Il faudra attendre cinq ans pour retrouver un approvisionnement correct en matières premières, ce qui provoquera aussi les difficultés de la principale filature de coton brainoise située à Mont-Saint-Pont.

1863-1864 : construction de l'escalier puis de la plateforme autour du lion.

1864(25 janvier) : le collège échevinal autorise Félix Delporte,négociant en liqueurs, à établir une vinaigrerie alcoolique sur une de ses propriétés Rue des Jambes

1865 : en fin d'année eurent lieu des conférences animées par la Ligue de l'enseignement, d'obédience laïque, organisée à Bruxelles fin de l'année précédente. Elles se tiennent dans la salle du "Casino" tenu par la veuve Jean-François Hautfenne et son fils Edmond Hautfenne, au coin de la place Saint-Anne (actuel restaurant Lou Soleu). Le Curé Adolphe Hoofs et plusieurs catholiques notoires de Braine y entendent les premiers discours sur la doctrine de Darwin sur l'évolution des espèces et des origines de l'homme ! Conférences qui firent sensation et scandale parmi les Brainois qui ont fait le déplacement ! C'est l'entrée en jeu de l'esprit positiviste et scientifique dans un bourg de 6000 habitants, encore très agricole et traditionaliste...

1866 : la veuve de Paul Mercier vend à Grégoire Gérard (1799-1878)acquéreur en son nom et pour ses fils établis alors à Bruxelles François et Hilaire Gérard, les bâtiments de l'ancienne distillerie Mercier. Transformée en teinturerie d'étoffes et de fil de coton, l'entreprise ne cessera de croître dans la décennie suivante. En 1871 et en 1880, notamment, les cuves sont équipées de machines à vapeur de plus en plus puissantes. Des transformations notables et agrandissements sont opérées. Les frères Gérard font également construire la série des habitations qui voisinent en descendant vers l'Estrée, occupées principalement par des teinturiers.

1866 : la malle-poste mettait moins d'une heure pour faire le trajet entre les localités de Braine-l'Alleud et de Nivelles soit une distance de 2 lieues.

1866  : malgré les efforts consentis par les responsables sanitaires de la commune, plusieurs dizaines de décès témoignent du passage de l'épidémie de choléra dans notre commune, qui sera quand même assez épargnée. La crise s'étend du mois de mai à l'automne.

1866  : les élections communales d'octobre enregistrent la victoire d'une liste libérale dont les notaires Gouttier et De Rycke ainsi qu'Achille Wayez sont les figures marquantes. Les libéraux prennent la direction de la commune.

1867  : le gouvernement nomme Achille Wayez bourgmestre de Braine-l'Alleud par Arrêté Royal le 20 mars. Il restera "mayeur de Braine" jusqu'à la fin de 1890.

1868 : les premières études sur le terrain sont effectuées pour déterminer le tracé exact de la future ligne de chemin de fer sur notre territoire communal. Le Gouvernement avait finalement opté pour un passage à l'est du bourg de Braine, alors qu'un plan bis passant à l'ouest du Hain avait la faveur de certains députés. Un long débat se cloture et les expropriations pour utilité publique vont commencer. Un autre projet, communal celui-ci, fait aussi grand bruit : la construction d'une seconde école communale pour les hameaux de Mont-Saint-Pont, Sart-Moulin, Paudure, Odeghien, Ermite, Chenois (sur Braine).

1868 : la filature Joachim Boucher fait faillite. Sa surveillance est confiée à Léon Clément époux de la soeur du filateur failli. Cette filature avait commencé ses activités fin de l'année 1851.

1869 : plusieurs séances du conseil communal sont consacrées à la mise en route du chantier de la seconde école communale dont le terrain situé en bordure de la chaussée de Tubize est acquis. Les devis consacrés à tous les postes sont passés en revue au conseil. Les dossiers sont transmis à la députation provinciale en fin d'année. Il est décidé de délocaliser l'école privée de Alexandre Corbisier et de nommer ce professeur comme Instituteur en chef de cette nouvelle école. Il y restera en fonction jusqu'à son décès en 1883, à la grande satisfaction du conseil communal. Une autre école privée,celle de François Laune à Sart-Moulin sera par contre supprimée, l'ancien instituteur devenant sous-instituteur de la nouvelle école puis plus tard employé communal.

Années 1870

1871: ouverture de l'école communale mixte de Mont-saint-Pont comprenant 2 classes pour garçons et 2 classes pour filles.

1874 (10 mars) : inauguration de la section de la ligne ferroviaire 124 entre Waterloo et Braine-l'Alleud.

1874 (5 avril, dimanche de Pâques) : Désiré-Joseph Mercier célèbre sa première messe en tant que prêtre à Braine-l'Alleud.

1874 (10 avril): inauguration de la section de la ligne ferroviaire 124 entre Braine-l'Alleud et Lillois.

1874 (1er juin) : inauguration de la section de la ligne ferroviaire 124 entre Lillois et Luttre.

1874: ouverture de l'école primaire communale pour garçons rue de l'Ecole à Ophain.

1874 : la filature Gérard ouvre ses portes à la chaussée d'Alsemberg (emplacement du futur cinéma Kursall), une teinturerie Gérard est également créée.

1876 : mise en service du cimetière dit du Centre d'une superficie de 1 ha 30 a.

1876 (12 mars) : un ouragan occasionne, entre autres, des dégâts considérables aux toitures de l'église Saint-Etienne, à son clocher, au presbytère,...

1876 (8 juin) : au hameau de Mont-Saint-Pont, fut fondée officiellement une société musicale appelée : "Les Fanfares des Hameaux". En réalité, c'est bien avant cette date que nous retrouvons les origines de cette société.

1877 (octobre) : ouverture de l'école communale pour garçons sise rue de l'Enseignement (actuelle Rue Schepers).

1879 : création d'une école pour filles et garçons au hameau de Mont-Saint-Pont sous la direction des Soeurs de Marie.

1879 (1er juillet) : ouverture de l'Ecole Saint-Jacques au coin de la rue des Marolles et de la rue du Château. L'enseignement est confié aux "Frères Notre-Dame de la Miséricorde".

1879-1880 : remplacement des cloches de l'Eglise Saint-Etienne. La plus lourde fut appelée "Grosse cloche Saint-Etienne" et baptisée en 1879. Les trois autres , dédiées respectivement au Saint-Sacrement, à Saint-Joseph et à Saint-Adrien furent installées l'année suivante.

Années 1880

Vers 1880 : à la rue de la Station, actuelle rue Jules Hans, construction de la grande salle du "Cercle catholique", au moment de la guerre scolaire. A l'époque le Parti catholique avait besoin d'un local de réunion et il fallait organiser des fêtes, des pièces théâtrales...pour aider au financement de la construction des écoles et de leur fonctionnement. Un café était attenant à la salle.

1881 : construction du Château de l'Ermite par le Baron Georges Snoy, membre de la Chambre des représentants. Georges Snoy occupait auparavant un pavillon de plaisance construit par Auguste Gauchez, grand propriétaire établi à Bruxelles et cela depuis son achat en novembre 1872 de la propriété pour une étendue totale de 182 ha 47 ares. Une part importante de ce domaine forme actuellement le golf de 7 Fontaines.

1882 : construction d'une Grotte Notre-Dame de Lourdes à Lillois-Witterzée.

1884-1885 : construction des ponts de la rue de l'Estrée (actuellement, Rue Pierre Flamand) et de la Chaussée d'Alsemberg. Le viaduc de l'Estrée fut l'un des plus longs jamais érigés en Belgique. Il compte 16 arches d'une largeur de 16m50.

1884 : suppression du passage à niveau dit de Colo-Hugues qui aboutissait à l'avenue de la Barrière (actuellement Avenue Alphonse Allard). Ces travaux et ceux effectués à la gare sont une conséquence de la création de la Ligne 115 vers Tubize. Les députés de l'époque prévoyaient un développement vers Wavre et Jodoigne. Braine-l'Alleud était pressentie comme noeud ferroviaire d'importance identique à celui de la commune de Baulers. Ce deuxième parcours fut abandonné et quinze années furent nécessaires pour voir apparaître la solution du tramway vicinal comme substitut à ce projet.

1885 : création de l'Annonce Brabançonne.

1885(mercredi 15 septembre): ouverture de laLigne 115 de chemin de fer Braine-l'Alleud - Clabecq.

1885 (mercredi 13 octobre) : incendie des bâtiments où se trouvait l'ancien hôpital de Braine-l'Alleud (au coin de la rue des Tisserands et de la rue Longue). Les bâtiments incendiés appartenaient au Bureau de Bienfaisance; le seul locataire, M.Coulon, y avait installé une fabrique de paniers en osier.

1885 ou 1886 : incendie du moulin à vent du Haut Courtil ou moulin Jossart à Ophain.

1886 (mardi 10 août): un formidable orage accompagné de tempête sévit sur notre localité.

1886: démolition des décombres et vestiges des bâtiments de l'ancien hôpital incendié en 1885 pour réaliser l'alignement de la rue des Tisserands prolongée par la rue Notre-Dame.

1887: la Ligue Ouvrière, premier groupement politique socialiste de Braine-l'Alleud, est créé. Source : "La Maison du Peuple de Braine-l'Alleud 1911-2011" de Jean-Marie Laus (Revue Brania 2011)

1888 : dissolution et reconstitution d'un corps de Pompiers qui de simples volontaires devinrent un corps communal sous l'autorité du bourgmestre et de son premier capitaine Prosper Plasman. C'est l'origine de nos sapeurs-pompiers actuels.

1888(9 mars) : le conseil communal a décidé de construire un Hôtel de Ville sur l'emplacement des immeubles acquis de M.Orens-Mercier.

1888(16 novembre) : le conseil communal fixe à 600 000 francs la somme affectée à cet Hôtel de Ville. Il demande à Jules De Becker architecte à Koekelberg de lui proposer un projet.

1889 : le bureau de poste est transféré sur la Grand-Place (actuel n°8).

Années 1890

1891 : inauguration de l’actuel Hôtel communal.

1891 : construction d'une caserne de gendarmerie rue de la Station à Braine-l'Alleud. Le corps de gendarmerie était composé de 1 commandant et de 4 gendarmes. Cette rue deviendra la rue de la Gendarmerie puis Rue Jules Hans.

1891 (12 juin) : le conseil communal a approuvé par 7 voix et 2 abstentions le plan d'un kiosque permanent à construire sur la Grand-Place.

1891(17 juillet) : le collège échevinal a décidé de faire l'acquisition de costumes neufs pour les pompiers volontaires

Les volontaires pompiers à la fin du XIXème siècle.














1891-1892 :construction de l'église Sacré-Coeur de Jésus au hameau de l'Ermite.

1893 : ouverture du cimetière d'Ophain.

1894 : construction d'un abattoir public, le long de la chaussée d'Alsemberg.

1896 : les édiles communaux rédigent un règlement pour la circulation des cyclistes.

1896 : le ministre de la guerre, le lieutenant-général Brassine, rend visite à Braine-l'Alleud. Il y apporte un drapeau offert par le roi. C'est à cette occasion que fut inauguré le livre d'or de l'Hôtel de Ville.

1897 : une soirée fut organisée dans la salle des fêtes de l'Hôtel de Ville par un club cycliste brainois affilié à Ligue Vélocipédique Belge.

1898 : création de l'entreprise Boulemberg par Jean-Baptiste Boulemberg, menuisier ébéniste de formation, avec trois ouvriers.

1898 (22 mars): mise en service du tronçon Braine-l'Alleud - Renipont en traction à vapeur. La ligne sera prolongée jusqu'à Rixensart gare (16 juillet 1898) puis jusqu'à Wavre (11 mars 1899).

1899 : fondation du club de balle pelote, la "Paume brainoise".

1899 : inauguration d'un temple protestant à Sart-Moulin.

1900 (27 mai): Léon Jourez (libéral), le baron Georges Snoy (catholique) et Alphonse Allard (socialiste) sont réélus ou élu pour ce dernier à la Chambre. Grâce au nouveau suffrage universel plural, les socialistes brabançons wallons obtiennent un premier siège de député avec l'instituteur brainois Alphonse Allard.

1900 (9 novembre) : collision de trains à La gare de Braine-l'Alleud (2 morts : 2 cheminots). L'enquête administrative conclut à la culpabilité du manoeuvre qui aurait négligé de mettre les signaux réglementaires et aurait occupé les voies par un train de marchandises à l'heure où celles-ci auraient dû être occupées par les trains de voyageurs.

Collection : Jean-Marc Wautier













1900 (31 décembre) : d'après les recensements I.N.S., Braine-l'Alleud comptait 8186 habitants, Ophain-Bois-Seigneur-Isaac: 1604 et Lillois-Witterzée: 1167.

Outils personnels
Navigation
Territoire et nature: